Durée  un jour 3 hours 31 minutes

Coordonnées 4417

Uploaded 29 août 2015

Recorded août 2015

-
-
4 018 m
1 855 m
0
5,9
12
23,77 km

Vu 1250 fois, téléchargé 119 fois

près de Ailefroide, Provence-Alpes-Côte d'Azur (France)

Refuge du Glacier Blanc (2.550 m): 2h (10:00 – 12:00)
Refuge des Écrins (3.170 m) : 4h30 (10:00-12:00 – 13:00-15:30)
Dôme de Neige depuis le refuge des Écrins : 4h30 (4:00 – 08:30)
Point de départ : Parking (refuge Cézanne) / Pré de Madame Carle (1.874 m)

Situé au pied de la Barre des Écrins, point culminant du massif des Écrins à 4.102 m d’altitude, le Dôme de Neige (4.014 m) constitue le "4000" accessible le plus méridional des Alpes sur la commune de Pelvoux, dans la Vallouise. L'ascension se fait habituellement depuis le refuge des Écrins (3 170 m) et demande trois à quatre heures pour des alpinistes entraînés. C'est une course glaciaire sans difficulté technique majeure - si ce n'est le franchissement de la rimaye sommitale, aléatoire selon les conditions d’enneigement d’une saison à l’autre.

Première ascension : Emmanuel Boileau de Castelnau, avec Pierre Gaspard père et fils, le 21 juillet 1877.

Records d’ascension (en date de 2015) :
Refuge Cézanne-Barre des Écrins : Hubert FIEVET – 2h03 (1998)
Refuge Cézanne-Barre des Écrins (A/R) : Nicolas BONNET – 2h51 (2009)
Refuge Cézanne-Dôme de Neige des Écrins : Mathéo JACQUEMOUD – 1h57 (2011) et Alexia ZUBERER – 2h41 (1999)
- - - - - - - -
Refuge Cézanne (1.874 m) : (+33) 4 92 20 16 52 / refuge-predemadamecarle.com/
Refuge du Glacier Blanc (2.550 m) : (+33) 4 92 23 50 24 (Nicolas CHAUD) / refugeduglacierblanc.ffcam.fr/
Refuge des Écrins (3.170 m) : (+33) 4 92 23 46 66 / (+33) 6 63 78 51 09 (Jocelyne FOUCHARD) et (+33) 6 98 90 45 66 (Jef FOUCHARD) / refugedesecrins.ffcam.fr/

GLACIER BLANC : L’ÉQUILIBRE EST ROMPU
(13 Août 2015, www.ecrins-parcnational.fr/)

Un bilan réalisé à partir d'images aériennes montre que le plus grand glacier des Alpes du Sud a perdu en moyenne près de 10 mètres d'épaisseur en douze ans, avec des différences importantes selon l'altitude. Malgré quelques épisodes de répit, le volume du glacier Blanc diminue, en réponse à l'évolution du climat. Un déséquilibre qui remonte aux années 80. Les fortes chaleurs de cet été vont certainement accentuer le phénomène.
C'est une mesure qui n’est reconduite que tous les 10 à 15 ans : établir une carte précise d’un glacier pour en connaître les variations d’épaisseur sur toute la surface. Ce bilan, réalisé à partir d'images aériennes, donne la tendance à long terme du bilan de masse du glacier, c’est-à-dire de son état de santé en réponse aux changements du climat.

La dernière mesure de ce type conduite au glacier Blanc, le plus grand glacier des Alpes du Sud, datait d’octobre 2002. Elle a été reconduite en septembre 2014 à partir de photographies aériennes réalisées par l'IRSTEA (1) pour le Parc national des Écrins. Plusieurs mois après la réalisation des images aériennes, le résultat tombe : ce sont près de 42 millions de m3 d’eau que le glacier a perdu en 12 ans. Cela représente, en moyenne, entre 9 et 10 m de perte d’épaisseur sur toute la surface du glacier.
« Si l’on n'observe que peu de changements entre 3800 m et le sommet du glacier au Dôme de neige des Écrins (4015 m), c'est vers 3000 m que le glacier a perdu plus de 10 m d’épaisseur en face du refuge des Écrins, et jusqu'à 20 m dans la chute de sérac en face du refuge du glacier Blanc », explique Emmanuel Thibert, ingénieur de recherche à IRSTEA - ETNA Grenoble (1).
Au niveau du front actuel du glacier, là où émerge le torrent sous-glaciaire, 90 m de glace ont disparu depuis 2002. « C’est dans les zones terminales du glacier que les changements sont les plus marqués, là où la surface du glacier a le plus diminué (48 ha en moins, soit 10% de sa surface initiale) et la langue glaciaire s’est retirée (370 m de recul). »

Au cours des 12 dernières années, le glacier a ainsi perdu en moyenne une lame d’eau de 70 cm chaque année, soit 40% de plus de ce qu’il perdait annuellement entre 1981 et 2002. Cette perte de masse est observée depuis les années 80. Elle s’accentue depuis les années 2000 et indique que le glacier est de plus en plus en déséquilibre avec le climat.
« Les années 70-80 sont la dernière période au cours de laquelle le glacier a été à peu près en équilibre avec les conditions climatiques : son bilan de masse était équilibré, c’est-à-dire nul, les précipitations de neige accumulées l’hiver étant exactement compensées (à l’échelle du glacier) par la fonte estivale », explique Emmanuel Thibert. Depuis le milieu des années 80, la fonte d’été a nettement augmentée en réponse à l’augmentation des températures atmosphériques. Le glacier réajuste alors son volume : son front recule et il perd de l’épaisseur, en moyenne une lame d’eau de 50 cm chaque année entre 1981 et 2002.
« Ce que nous disent ces dernières mesures, c’est que ce réajustement n’a pas suffi et que le glacier a augmenté sa perte de masse annuelle entre 2002 et 2014, certainement parce que, simultanément, le climat continue de se réchauffer. »

Si les précipitations d’hiver qui alimentent en neige le glacier à haute altitude n’ont pas beaucoup changé depuis 30 ans, ce sont surtout les conditions estivales qui expliquent cette accentuation : une fonte plus précoce au printemps, plus tardive en automne et bien plus intense au milieu de l’été. Au glacier Blanc, la présence d’un grand bassin d’accumulation à plus de 3000 m et la variabilité inter-annuelle des conditions météorologiques font que le glacier a compté tout de même quelques années au cours desquelles il a connu des bilans excédentaires depuis 2002. Les mesures réalisées annuellement par le Parc national des Écrins montrent qu’en 2008, 2013 et 2014 des hivers bien enneigés conjugués à des étés pas trop chauds ont permis au glacier Blanc d’augmenter légèrement son volume. Mais, la tendance à long terme, celle liée à l’évolution du climat, est bien à une diminution du volume du glacier Blanc, comme on peut l’observer pour la quasi-totalité des glaciers de l’arc alpin.

(1) IRSTEA : Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (ex-CEMAGREF) - ETNA - Érosion torrentielle, neige et avalanches.
(2) E. Thibert, N. Eckert, and C. Vincent (2013). Climatic drivers of seasonal glacier mass balances: an analysis of 6 decades at Glacier de Sarennes (French Alps). The Cryosphere 7, 47-66.

Commentaires

    You can or this trail