-
-
609 m
1 m
0
24
49
97,9 km

Vu 90 fois, téléchargé 6 fois

près de Cervera de la Marenda, Occitanie (France)

|
Afficher l'original
Données selon mon appareil Garmin:
100,32 km
1 147 m +
'Cols':
Col de Jau (seulement les 7 premiers km)

La Route des Cols commence officiellement, laissant Cerbère tôt. Il fait encore un peu de vent, mais j'espère que le vent se relâchera à mesure que je m'éloigne de la côte.
La première section longe la route parallèle à la côte. Le paysage est très beau et, comme il est trop tôt, je peux à peine trouver du trafic. La route me rappelle ce qui se passe entre Tossa de Mar et Sant Feliu de Guíxolsl (sur la Costa Brava) dans le sens où il y a encore des montées et des descentes et des courbes qui suivent le profil de la côte.
Quand j'arrive à Argelès-sur-Mer, je me tourne vers l'intérieur. A partir de ce moment, et jusqu'à Bouleternère, je ne passe pas par la voie "officielle" de la Route des Cols pour un thème logistique. Lors de la préparation du voyage, il était à la recherche d'un hébergement lui permettant de parcourir une centaine de kilomètres tout en regardant les inégalités accumulées qu'il représentait. Dans cette région des Pyrénées, je ne pouvais trouver aucun logement correspondant à ces critères. J'ai donc décidé de modifier l'itinéraire «officiel» pour un parcours ad hoc, via des routes secondaires menant à la plaine du Roussillon. La vérité est que je n’étais jamais allé dans le nord de la Catalogne et que j’étais très enthousiaste à l’idée de le connaître à la bosse du pédalier. Avec ça, j'ai passé les plus longs 'poulains' de long, mais chacun doit faire son propre voyage, nulle part n'est écrit ni où aller ...
Jusqu'à Bouleternère, la route est très calme, sur des autoroutes et très plate et permet de progresser à un bon rythme. Les seules difficultés que je rencontrais étaient deux: la chaleur torride que je produisais (au-dessus de 40 ° C) et le manque de sources où je remplissais les tambours pour me hydrater.
À Bouleternère, j'ai trouvé toute l'eau que j'avais trouvée jusque-là. Au lieu-dit "Le coin du moulin", il y a un cours d'eau naturel avec une impressionnante cabale, une fontaine ornementale et une source pour boire et se rafraîchir.
À ce stade, je reprendrai l'itinéraire "officiel" de la Route des Cols et je ne me divertirai pas avant d'avoir atteint le golfe de Gascogne.
Le tronçon menant à l’entrée de Prades passe par une route nationale très fréquentée. Très souvent, cette route a un large virage pour pédaler, mais elle est parfois sale (avec le risque de crevaison qui s’ensuit) ou d’étanchéité. Le fait est qu’il s’agit de l’un des tronçons les plus désagréables de l’ensemble du parcours, de sorte que le trafic est respecté.
À Prades, je m'assieds sur la terrasse de la place pour le déjeuner, puis attends environ deux heures à l'ombre d'un portail pour le digérer avant de poursuivre la route.
Heureusement, j'ai réservé une chambre dans un refuge à un peu plus de 10 km de Prades, mais la plupart d'entre eux grimperont vers mon premier «col»: le Col de Jau.
Le col de Jau, pour Catllar, a une longueur de 23,1 km à 5% en moyenne. Dans cette étape, je fais les 7 premiers kilomètres du col. Les premiers kilomètres ne présentent pas de pente moyenne excessive, mais le thermomètre indique les 41 ° C, et il fait très chaud même si la route ne va pas trop loin, et encore plus après avoir fait un bon frisson ...
Enfin, j'arrive à l'auberge Mas Lluganas à Mosset, où le traitement est cordial et un peu catalan. Cette auberge est idéale pour se reposer car elle ne se trouve pas à l'intérieur du noyau (Mosset est un peu plus loin), mais elle se trouve au milieu de l'environnement naturel, à proximité de la route solitaire menant au col, sans nuisances sonores. ni lumière ni son, ..., tout reste.

Commentaires

    You can or this trail