Télécharger

Distance

79,23 km

Dénivelé positif

2 567 m

Difficulté technique

Difficile

Dénivelé négatif

2 567 m

Altitude maxi

2 080 m

Trailrank

32

Altitude mini

1 090 m

Type d'itinéraire

En boucle
  • Photo de Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus (puits), route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/Amont et monolithe de Sardières
  • Photo de Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus (puits), route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/Amont et monolithe de Sardières
  • Photo de Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus (puits), route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/Amont et monolithe de Sardières
  • Photo de Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus (puits), route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/Amont et monolithe de Sardières
  • Photo de Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus (puits), route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/Amont et monolithe de Sardières
  • Photo de Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus (puits), route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/Amont et monolithe de Sardières

Durée

5 heures 57 minutes

Coordonnées

3583

Publié

2 novembre 2020

Enregistré

septembre 2020

Créez vos Listes d'itinéraires

Organisez les itinéraires que vous aimez dans des listes et partagez-les avec vos amis.

Démarrer Wikiloc Premium Mettez à niveau pour supprimer les annonces
Créez vos Listes d'itinéraires Créez vos Listes d'itinéraires
Soyez le premier à applaudir
Partager
-
-
2 080 m
1 090 m
79,23 km

Vu 196 fois, téléchargé 1 fois

près de La Norma, Auvergne-Rhône-Alpes (France)

Puits d'aération du tunnel routier du Fréjus, route des forts de l'Esseillon, lacs de Plan d'Aval/d'Amont et monolithe de Sardières
Entièrement en Savoie (73)
Tout est asphalté, à l'exception d'un court tronçon sur la route du puits d'aération du tunnel de Fréjus et de la fin de la montée vers le barrage de Plan d'Aval.

🏁 Aujourd'hui, ça commence par une descente: quelques lacets me font descendre de la station de la Norma à la D1006, qui me mène jusqu'à la ville de Modane, que je traverse. Débute alors une montée dont la fin n'offre aucune gratification pittoresque (ni col, ni lac, ni château... nada!), mais qui passe à côté de plein de choses intéressantes.

1ère curiosité, assez amusante: la Maison penchée, qui n'est pas vraiment une maison! Il s'agit en fait d'un blockhaus construit en 1939 pour défendre l'entrée du tunnel ferroviaire du Mont Cenis (ou Fréjus) de 1881 (un peu de patience, on va parler du tunnel juste après!), sur une poudrerie (reliée par une galerie au tunnel). En 1944, les allemands détruisaient pas mal d'infrastructures en se repliant (certains gamins font ça avec les châteaux de sable avant de quitter la plage... je ne citerai pas de noms, mais vous vous reconnaîtrez!) et ils ont donc voulu faire sauter l'entrée du tunnel: avec 2 wagons bourrés d'explosifs, ils n'y sont pas allés avec le dos de la cuillère! 💣💥 Si l'explosion met le tunnel et la poudrerie HS, le blockhaus est quant à lui projeté à 30m de son emplacement initial... et retombe de travers, quasiment intact! 😮 On peut rentrer dedans: le sol lisse était tellement incliné que je devais m'appuyer sur les murs pour ne pas glisser avec mes cales de vélo...

500m plus loin, 2ème point d'intérêt: l'entrée monumentale du tunnel ferroviaire 🚂 du Mont Cenis. Il s'agit de l'entrée monumentale du tunnel de 1871, abandonnée en 1881 (pour cause d'éboulis) puis déplacée et reconvertie en musée (avec une belle locomotive en exposition). Le percement de la première version du tunnel est initié en 1857: à cette époque, son tracé est intégralement situé sur le royaume de Sardaigne, mais à la fin de sa construction, en 1871, les cartes ont été rebattues et il relie la France à l'Italie. Les travaux prennent tellement de temps qu'en 1867, une ligne de chemin de fer temporaire (avec un 3ème rail central et des galeries couvertes) est construite, via le col du Mont Cenis: elle remplace un service de diligences et assure le transport de passagers et de marchandises entre 1868 et l'ouverture du tunnel en 1871. Avec ses 12.8 km, la galerie initiale est à son inauguration le plus long tunnel ferroviaire du monde, pulvérisant les 5km des tunnels de Standedge (Angleterre), avant de se faire détrôner par les 15km du tunnel du St-Gothard en 1882 (Suisse). En raison de fissurations, le tracé est modifié en 1881 et le tunnel gagne quasiment 1km supplémentaire avec sa nouvelle galerie de raccordement.

Je poursuis mon ascension, en passant au-dessus de l'A43 (en pleins travaux au niveau du viaduc du Charmaix), et arrive au premier lacet numéroté (#14) de la montée de la station de Valfréjus. La pente n'est pas très raide et la route est très bonne. Peu après le dernier lacet (#1), elle surplombe le joli sanctuaire de Notre-Dame du Charmaix (bâti au XVème siècle), avant d'arriver à Valfréjus. La route continue après la petite station, asphaltée à l'exception d'un petit tronçon de quelques centaines de mètres au niveau du hameau du Seuil. La route n'est pas déplaisante mais ça finit un peu en eau de boudin, au puits d'aération (1955m) du tunnel routier du Fréjus, une structure très laide, il faut bien l'avouer! Pas le temps d'en forcer l'entrée et de me jeter dans le puits pour rejoindre le laboratoire souterrain qui se cache dans le tunnel (près de la frontière), principalement dédié à la radioactivité et au rayonnement cosmique... ✨☄️

Je redescends sur Modane, où je passe cette fois-ci l'Arc, pour remonter vers le village du Bourget et attaquer la superbe route des forts de l'Esseillon (D215, puis D215-E/G/F): un vrai régal! On passe tout d'abord devant une cloche GFM (guetteur et fusil-mitrailleur) à l'entrée de l'ouvrage de Saint-Gobain (nommé ainsi car bâti à l'emplacement d'une usine du groupe du même nom), un élément de l'extension alpine de la ligne Maginot construit entre les 2 guerres. Un peu plus loin, d'énormes bâtiments dominant le centre de la vallée attirent mon attention, m'évoquant la SF des 50's, à la sauce Blake & Mortimer: c'est la soufflerie de l'ONERA. ✈️ Malgré sa taille imposante, il s'agit d'installations nazies (soufflerie subsonique d’Ötztal, ou institut de recherche aéronautique "Zitteraal", en Autriche) ayant été démontées à la fin de la IIème guerre mondiale, transportées par train (en moins de 6 mois) et reconstruites à Modane! Comme quoi, ils n'ont rien inventé pour Abu Simbel... Je profite ensuite de la jolie vue sur la cascade St-Benoît (à gauche) et la chapelle du même nom (à droite), avant d'enchaîner les forts et les efforts 🥁 (oui oui: du rire... et du roc!). Pas de jaloux dans la famille royale 👑 de la maison de Savoie/Sardaigne/Piémont: tout le monde a une fortification à son nom (elles ont été construites entre 1817 et 1830). Je passe à côté du fort Victor-Emmanuel Ier (qui fait face à la redoute Marie-Thérèse, de l'autre côté de l'Arc, le spectaculaire pont du Diable permettant de faire la liaison entre eux en enjambant les gorges de l'Arc) et du fort Charles-Félix, avant que la route ne se faufile entre le fort Marie-Christine et le fort Charles-Albert pour basculer vers Aussois (légère descente avant de continuer à monter).

Je poursuis ma montée sur la route des barrages de Plan d'Aval (1948m) et de Plan d'Amont (2080m), qui grime bien! Si je me contente de surplomber le 1er lac avec son étonnant barrage à "double-voûte" (2 voûtes qui s'appuient sur un même éperon central), je parviens toutefois à me hisser jusqu'au 2nd, en finissant par un petit bout de piste assez immonde. Vu l'état de la piste, j'ai même un moment d'hésitation mais un vieux monsieur très aimable me confirme que c'est un peu moins pourri sur la fin! Pas d'A/R sur le barrage, cette fois-ci: une méchante grille assez "convaincante" (piquante) me barre le chemin.

Je redescends vers Aussois où je prends à gauche sur la D83 pour faire une petite boucle me permettant d'aller voir une étonnante curiosité géologique: le monolithe cargneulique de Sardières, qui se dresse à 93m du sol, à la lisière du parc de la Vanoise! Un petit arbuste a l'air bien tranquille au sommet de cette improbable tour minérale, mais il semble que des amateurs d'escalade viennent troubler sa quiétude de temps à autre. Après avoir failli me vautrer à cause d'infâmes et stupides gravillons/gravicons (un fléau national, malheureusement) accumulés dans un virage en pente (quelle idée!) 🙄 à l'entrée de Sardières, je reviens vers Aussois plus refais la route des forts en sens inverse, jusqu'au belvédère de la Tournaz, où je tourne vers Avrieux (rien à voir avec Arvieux, au pied de l'Izoard, dans le Queyras!) pour passer l'Arc et remonter vers la Norma. Je donne tout ce que j'ai dans les ultimes lacets afin d'arriver à temps pour donner un cours en ligne! 😇⏱ Ouf, l'appréciation du timing était plutôt bonne...

🚩 Maurienne 2020, 1/4: lacets de Montvernier, Chaussy, Glandon, Croix de Fer et Mollard
🚩 Maurienne 2020, 2/4: lacs de la Grande Léchère et du Loup, Madeleine, Chaussy et Sapey
🚩 Excursion iséroise: col du Sabot et Collet
🚩 Maurienne 2020, 3/4: Valfréjus, forts de l'Esseillon, Plan d'Amont et monolithe de Sardières
🚩 Maurienne 2020, 4/4: col de l'Iseran et plateau de Plan du Lac

Voir plus external

Commentaires

    Vous pouvez ou sur cet itinéraire