Temps en mouvement  2 hours 32 minutes

Durée  15 hours 15 minutes

Coordonnées 3363

Publié 12 avril 2019

Recorded avril 2019

-
-
272 m
-5 m
0
8,8
18
35,37 km

Vu 37 fois, téléchargé 0 fois

près de Bab Nouader, Tanger-Tetouan-Al Hoceima (Morocco)

|
Afficher l'original
Bien sûr, le mot Golgotha que j'ai utilisé dans d'autres revues de route est une chanson de Heidi par rapport à aujourd'hui. Et je dis bien, car aujourd’hui nous avons souffert et avons marché sur le sol à plusieurs reprises et le bofé, presque, presque. Mais le Sonseca, non, qui a grimpé toutes les pentes, nous avons vu ses intentions sur la première colline, a pris les devants et s'est brossé. J'ai regardé le pauvre Dani qui est venu derrière moi et je me suis souvenu de la fois précédente, cette fois il a couronné cette question.
Le cas, c’est qu’Ivan, le Sonseca, attendait et pensait, s’il pensait, "faire deux paquets", et la raison ne manquait pas car une fois vaincus et presque regroupés, nous sommes arrivés aux environs de Zarka et là, à gauche. Une autre fichue colline a commencé qui nous a obligés à descendre sur terre et à attendre Dani, qui est finalement apparu, haletant (et ce qui restait). Ivan a escaladé cette colline car il ne voulait pas de la chose et, quand nous avons atteint le sommet, lui qui n'en avait pas assez, a continué à monter pour voir ce qui allait suivre. Il existe des preuves de nos fatigues passées, parce que Dani, non seulement a mis les pieds sur terre, mais aussi corps à terre, et a ôté le casque de protection qui servait d'oreiller.
Nous commençons la descente vertigineuse jusqu'à la bifurcation. O Coelma ou Azla et moi avons dit quoi, Azla et là nous avons mis le cap, la route semblait modérée, de petites montées insignifiantes et de petites collines en poil, mais Ô Dieu du Très Haut, quel morceau de pente nous attend! Je n'ai pas eu de fin. Bien sûr, Ivan (avec son vélo en fer et son petit moteur) le soulevait tout entier, mais ces tristes compagnons ne pouvaient même pas tirer les vélos, qui n'avaient pas de fin, une courbe et des coûts, un autre et plus encore. Et quand, finalement, nous sommes arrivés, je me trouvais dans le Golgotha en train de parler à un morito qui habite à Madrid, et il va nous dire, oui je l’ai vu, il est fort, tout a augmenté. Quelle ruine, ah sahbi.
Tout ce qui monte bas ... et bien, il est descendu, mais, de temps en temps, un petit tour ici, une colline là-bas, jusqu'à ce que nous arrivions à ce qui semblait être le début de la descente vers Azla (à tout cela, Ivan monta ici et là-bas pendant que nous attendions Dani)
Le reste jusqu'à Azla était une descente raide et la route de Tetuán, plaine. Oui, au bord de la mer bleue qui nous a accueillis à droite et de la fumée de voitures fantaisistes qui ont oublié le CO2.
Mais il n'y a pas la chose alors arrivé à la pente de Glamour, je dis à Ivan:
- Je monte au premier pas des piétons, Dani au second, pour te voir.
-Quel est le coût, uf!
-Mais tu les as plus gros!
Et l'oncle s'en va, commence, on le voit avancer, lentement et sans perdre le rythme. Cela l'a soulevé, comme celui qui prend un oeuf beldi dans Glamour.
Nous promettons de prendre possession et de prier une neuvaine à Saint-Pancras pour nous aider dans les moments de fatiguita et de malaise. Amen.

1 comment

  • chaaro.rachid 28 avr. 2019

    J'aurais bien aimais etre avec vous.avertissez moi la prochaine fois.

You can or this trail