Durée  6 hours 48 minutes

Coordonnées 798

Publié 30 août 2016

Recorded août 2016

-
-
163 m
-2 m
0
2,4
4,9
9,71 mn

Vu 1903 fois, téléchargé 41 fois

près de Salavas, Auvergne-Rhône-Alpes (France)

|
Afficher l'original
L'Ardèche est la rivière par excellence des kayakistes français. Convient à la fois aux kayakistes expérimentés qui ont un fort débit en hiver et au printemps, et aux amateurs et aux touristes sans aucune expérience lorsque son niveau baisse en été. Il y a plusieurs sections que nous pouvons effectuer, atteignant jusqu'à 62 km. de descente de Vogüé à San Martín d'Ardèche pour le faire en 3, 4 ou 5 jours en dormant dans les campings ou hôtels des nombreuses villes traversées et dans les zones de bivouac une fois entré dans la Réserve Naturelle Nationale des Gorges de l'Ardèche. Le tronçon le plus fréquenté est celui des 8 Km. Au départ de Vallon Pont D'Arc passe sous le Pont D'Arc, mais il existe des combinaisons infinies selon l'emplacement de la société dans laquelle vous louez le matériel. Vous pouvez également descendre avec votre propre kayak ou votre canoë, car les permis de navigation ne sont pas nécessaires ici, comme en Espagne. Ce que vous devez garder à l'esprit, c'est comment faire le retour et demander les permis au Syndicat des gorges de l'Ardèche si vous souhaitez dormir dans l'un des deux bivouacs aménagés dans les gorges.
Nous avons fait la descente de 32 km de Vallon Pont D'Arc à San Martin D'Ardèche en famille, avec ma femme et mes filles âgées de 11 et 14 ans, en deux jours de sommeil au bivouac de Gournier. Nous sommes arrivés la veille à Vallon Pont D'Arc et nous sommes restés dans l'un des campements de numéros qu'il y a dans la zone, à côté de la rivière, dans laquelle nous avons également contracté la descente avec la société Aigues Vives. Nous avions fait la réservation pour dormir au bivouac plus d'un mois à l'avance, mais une panne intempestive dans la voiture pendant le voyage nous a retardé de quelques jours. Il n'y avait pas de problème. J'ai envoyé un courriel au syndicat et ils ont rapidement répondu que lorsque je connaissais la nouvelle date, je l'ai confirmée et c'était le cas.
Le matin même de la descente, je suis passé par les bureaux du syndicat pour récupérer l’autorisation. À 11h00 Un bus de la compagnie est venu nous chercher au camping et nous a amenés à ses installations, où nous avons rempli le formulaire avec nos données et nous a fourni quatre grands tambours étanches pour transporter tous nos effets pendant les deux jours, ainsi que des gilets et des pelles. donnez-nous des instructions très légères (en entrant essentiellement dans les rapides en pagayant).
Nous attachons les canettes aux canoës et après la photo de rigueur, à la rivière. Les premiers mètres sont un peu chaotiques, car l'absence de contrôle initial s'ajoute à la masse des pirogues. Petit à petit, nous prenons facilement et facilement les autres canoéistes et pénétrons dans les rapides. À 6 km. de descente on arrive au pont d'arc, emblème du fleuve et de la région. Les plages autour sont totalement surpeuplées. Profitant du fait qu'il y a des stands de nourriture, nous nous arrêtons pour manger quelque chose et ensuite prendre la photo avec le pont en arrière-plan. Peu de temps après la courte section se termine et la plupart des pirogues finissent leur voyage. À ce stade, la rivière pénètre dans les gorges et maintenant oui, vous pouvez respirer une grande tranquillité. Il est presque apprécié lorsque vous trouvez un autre canot ou quelqu'un qui se baigne ou se repose sur la rive. Nous faisons plusieurs arrêts pour nous reposer, manger quelque chose et nous baigner, surmontant sans difficulté les rapides. Nous passons devant le panneau indiquant le bivouac de Gaud. Nous avons choisi le Gournier car les étapes sont plus équilibrées. Finalement, après 18 km de descente, le panneau indiquant Vivac Gournier apparaît.
Nous avons pris les canoës de la rivière et, en deux ou trois voyages, nous avons porté les tambours, les gilets et les pelles au bivouac, situé à environ 400 mètres de la rivière, dans une prairie surélevée, à l’abri des inondations. Le bivouac est essentiellement un terrain de camping avec douches et toilettes, propre et en très bon état. Lorsque nous arrivons, nous cherchons le gardien qui nous indique où nous pouvons camper et nous donne les instructions: nous devons déposer les déchets dans la zone autorisée et la nuit nous devons laisser toute nourriture dans les fûts étroitement fermés et les mettre au-dessus. tables de pique-nique, puisque nous sommes dans une zone de réserve et il est habituel de visiter des sangliers pendant la nuit. Il nous dit aussi que l'on peut utiliser des barbecues au charbon de bois, qu'il est interdit de consommer de l'alcool au bivouac et qu'il faut garder le silence total après 10h. Une fois les instructions reçues, nous installons notre boutique, prenons une douche et en profitons pour aller faire une promenade avant le dîner. Dans le vif, les canoéistes et les randonneurs sont d'accord (comme le disent les Français) qui fabriquent l'un des sentiers qui traversent la réserve, en particulier celui qui est parallèle à la rivière, qui comporte des rampes, des escaliers et des câbles. Après la promenade, nous allumons l'un des barbecues et préparons notre dîner avant la tombée de la nuit. Un moment de parler de la journée et une fois qu'il fait noir nous allons dormir. Pendant la nuit, nous sommes réveillés par le sanglier errant dans la région. Nous avons même entendu comment certains de nos voisins ouvraient la fermeture à glissière pour les voir. Peu après notre réveil. Cette fois-ci c'est à cause de la pluie, qui nous accompagne avec des averses intermittentes pendant la nuit, parfois assez fortes.
Waypoint

004

19-AGO-16 12:45:07PM
Waypoint

005

19-AGO-16 1:44:10PM
Waypoint

006

19-AGO-16 4:01:30PM
Waypoint

007

19-AGO-16 5:19:31PM
Waypoint

008

19-AGO-16 6:22:51PM

Commentaires

    You can or this trail