Temps en mouvement  2 hours 5 minutes

Durée  5 hours 21 minutes

Coordonnées 1075

Publié 4 octobre 2019

Recorded octobre 2019

-
-
173 m
139 m
0
2,2
4,3
8,61 km

Vu 83 fois, téléchargé 1 fois

près de Albi, Occitanie (France)

|
Afficher l'original
* Premier objectif de la quatrième étape du voyage d'automne d'Oarso Arte Kultur Elkartea, guidée par Pablo. Nous avons visité lors de ce voyage, en plus de Toulouse (notre base), Moissac. Montauban, Saint Cirq-Lapopie, Cahors et Cordes-sur-ciel; Aujourd'hui, nous avons Albi.
* Ville située sur les bords du Tarn, affluent de la Garonne à votre droite. Il se caractérise par la couleur rouge inhabituelle de ses bâtiments historiques, systématiquement réalisés en briques et en bois.
* Ses quartiers s'articulaient autour de la cathédrale et du palais des archevêques. La construction au XIe siècle du Vieux Pont a permis une expansion commerciale et urbaine dans le quartier de La Madeleine, sur la rive droite du Tarn.
* La ville a acquis une grande importance historique entre le XIIe et le XIIIe siècle en raison du catharisme, "l'hérésie", qui s'est fortement enracinée à la mi-journée française à la fin du Moyen Âge. Ses défenseurs étaient connus sous le nom de Cathares (grec: pur) ou Albigeois, étant ses habitants l'un des principaux défenseurs. Le catharisme, croyance religieuse dualiste, manichéen, face à l'Église catholique, défendait l'abstinence charnelle, traitait les femmes sur un pied d'égalité, critiquait le clergé pour son amour du luxe et le confort de la vie terrestre, soutenait que Dieu ne pouvait pas s'incarner et ils soutenaient que l'enfer n'existait pas. Les fidèles du catharisme ont été regroupés en communautés de religiosité forte et intense face à l'immoralité dominante et ont obtenu le soutien des nobles et des bourgeois de l'ancienne région du Languedoc. Ils ont été violemment écrasés par une croisade promue par le pape Innocent III (1188-1216), par le roi Philippe II Auguste de France (1180-1223), et par les Dominicains. La répression a été principalement dirigée par Simón de Monfort entre 1208 et 1229. Cependant, pour éviter des morts et des destructions, la ville d'Albi a changé de camp, soutenant la cause de l'orthodoxie catholique.
* Depuis le XVe siècle, Albi connaît une période florissante grâce au commerce du safran et surtout du glasto ou "herbe pastel", nom occitan d'une plante produisant une teinture bleue très appréciée. Avec l'enrichissement, la ville s'est agrandie et a été dotée de grandes demeures de la Renaissance.
* Par le boulevard Général Sibille, nous arrivons au centre, à côté de la cathédrale, que nous visiterons après être entré au musée Toulouse-Lautrec au palais de la Berbie et avoir parcouru ses jardins.
* Merci Pedro pour sa contribution photographique.
|
Afficher l'original
Waypoint

Palacio de La Berbie

** Le Palais Berbie a été construit entre le 13ème siècle (1225) et 1306, bien qu'il ait été transformé jusqu'au 20ème siècle. ** La Berbie (dérivé de «bisbia», évêché en occitan), est un édifice médiéval fortifié, une ancienne résidence épiscopale. Ce type d'architecture militaire se manifeste dans les contreforts semi-cylindriques, les immenses tours et l'épaisseur des murs, qui indiquent un type de défense passive, basée sur la hauteur et la masse. ** En 1905, il est devenu propriété publique, et en 1907, il a été transféré au conseil municipal d'Albi. ** En 1922, il est devenu un musée pour mettre en valeur le travail de Toulouse-Lautrec. ** En 2012, des travaux de rénovation ambitieux et approfondis ont été achevés sur le musée, qui ont duré douze ans.
Waypoint

Palacio de La Berbie. Museo Toulouse-Lautrec.

|
Afficher l'original
Waypoint

Palacio de La Berbie (exterior)

Ce qui était un terrain de parade est devenu un jardin classique. Serron, premier archevêque d'Albi, ordonna la construction des jardins de La Berbie dans la cour inférieure entre 1687 et 1705, avec des haies et des plantes colorées. Il est situé sur les rives du Tarn, surplombant le Pont-Vieux, à partir de 1035, et le quartier de La Madeleine.
Waypoint

Palacio de La Berbie. Jardines

Waypoint

Palacio de la Berbie. Jardines (2) y río Tarn

Waypoint

Plaza Santa Cecilia

|
Afficher l'original
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec

** A partir de 1922, le Berbie Palace devient un musée pour mettre en valeur le travail de Toulouse-Lautrec. En 2012, des travaux de rénovation ambitieux et approfondis ont été achevés sur le musée, qui ont duré douze ans. ** Le musée se démarque surtout par son immense collection d'œuvres du peintre Henri de Toulouse-Lautrec: elles sont au nombre de mille parmi les peintures, dessins, affiches, etc. Beaucoup ont été donnés par la famille et d'autres sont le résultat d'acquisitions et de prêts ultérieurs du Musée d'Orsay à Paris. En outre, il existe un certain nombre d'objets liés à l'artiste, y compris sa célèbre canne, qui cachait un verre et un réservoir d'eau-de-vie. ** Visite très bien guidée de Corinne, avec des explications intéressantes et didactiques. Merci, Corinne !!! ** Henry de Toulouse-Lautrec (Albi, 1864 - Château Malromé, Saint-André-du-Bois, 1901). ** Corinne explique avec humour que Toulouse-Lautrec est décédé et est enterré en Gironde, dans le Verdalais (prononcé le même que "verre de lait", verre de lait). Celui qui a dit "Je boirai du lait quand les vaches brouteront des raisins" (je boirai du lait quand les vaches cueilliront des raisins). Celui qui a probablement bu peu de lait dans sa vie d'adulte… ** Circuit chronologique et thématique, qui nous laisse un très bon «goût en bouche». ** Dans la première salle, oeuvres de sa jeunesse. Toulouse-Lautrec, passionnée de chevaux et de dessin depuis son enfance, donc les dessins de chevaux et de chiens, et les scènes équestres, largement dues à l'influence familiale, comme "Cheval Blanc", Gazelle "(1881. 49 x 56 cm. huile / toile). ** Bon observateur de son temps- ** "Portrait de Maxime Javal", 1883. ** Quelques portraits du peintre, réalisés par ses amis, comme celui de René Princetau "Portrait à 19 ans ”(fond orange).
|
Afficher l'original
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (2)

** Élève de Léon Bonnat et Fernand Cormon. ** Il était un bon observateur de son temps. ** Il a utilisé peu de peinture (le tissu est transparent). ** Nous voyons aussi des portraits, presque tous au fusain, et de chevaliers et paysans urbains, dans des «poses» quotidiennes (repos, lecture, etc.), et les portraits saisissants de la mère du peintre, comme ** «La madre del peintre prenant son petit déjeuner »(1881-1883. 93 x 81 cm. huile / toile). ** "Desiré Dihau" (1890, 56 x 45 cm. Huile / carton)
|
Afficher l'original
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (3)

** On voit des affiches, des dessins, des lithographies et des toiles, avec de nombreuses scènes parisiennes de spectacles, bordels, théâtre et cirque. ** Toulouse-Lautrec a représenté le monde de Montmartre de nuit pas comme les autres. ** Aspects documentaires des maisons closes: naturellement et montrant des scènes de la vie intime des femmes dépeintes (connues ou anonymes), traitées avec beaucoup de respect, ne jugent ni ne dénoncent. ** "Au salon de la rue des Moulins", 1894. 111 x 132 cm. pastel / papier. Vous voyez une diagonale et la composition est décentrée. Cela ressemble à une scène où les femmes attendent le médecin pour la visite régulière. Montre un cadre photographique (une femme est vue à moitié du corps et le dos tourné). ** "Monsieur, Madame et le Chien" 1893, 48 x 60 cm. huile / toile.
|
Afficher l'original
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (4)

** Toulouse-Lautrec a réalisé trois cents lithographies et trente et une affiches. ** Les œuvres montrent les différentes manières de signer depuis Toulouse-Lautrec. ** 100 à 140 exemplaires de chaque affiche ont été imprimés. ** "Moulin rouge" 1891. 170x 130 cm. Au premier plan Valentin le Dessosé, et en arrière plan les spectateurs (basés sur des ombres chinoises) observant le Goulue dansant le cancan. ** "La gitane", 1900 ", pièce de théâtre. ** Affiches publicitaires de lieux emblématiques tels que Moulin Rouge, Jardin de Paris, Les Décadents, Le Divan Japonais, Le Chat Noir, Les Ambassadeurs, Le Mirliton. Les trois points (cercles jaunes sur les panneaux) indiquent que les locaux disposent d'une lumière électrique. ** Également d'artistes, bien connus comme Aristide Bruant (indubitable pour son large dos, son foulard rouge et ses bottes), Louise Weber («La Goulue»), Jane Avril, Valentin le Dessosé, Loïe Fuller, Albert Cadieux , Yvette Guilbert, May Belfort, etc. ** Publicité également pour l'imprimerie Bella, comme pour l'affiche «Confetti», et pour les entreprises de bicyclettes comme Simpson, publication de livres et de magazines comme «La Revue blanche». ** Dans chacun d'eux, il combine le commercial avec le personnel, basé sur des impressions japonaises.
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (5)

Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (6)

**“La modiste, Mademoiselle Margouin en fourreau de mannequin”, 1900. 76 x 42 cm. oleo/cartón. **“La modiste, mademoiselle Louise Blouet d’Enguin (Le Margouin)”, 1900. 61 x 49,3 cm. oléo/madera. **“À la toilette”, 1898. 60,8 x 49,6 cm. oleo/madera. **“Femme à sa fenêtre” 1893. 57 x 47 cm. Oleo/cartón.**“Au bal de l’Elisée Montmartre”, 1887. Grisalla/papel. **“Cocyte en la Belle Hèlene”, 1900. Acuarela/papel.
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (7)

**“Jane Avril sur une vague”, 1900. 62 x 48 x 45 cm. Emile-Antoine Bourdelle (Montauban, 1861 - Le Vésinet, 1929)
Waypoint

Museo Toulouse-Lautrec (8)

|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral Metropolitana de Santa Cecilia

** Érigé sur un promontoire rocheux sur le Tarn. L'ensemble architectural a été construit entre 1282 et 1480 et est un splendide exemple du gothique méridional français; Il a été promu par l'archevêque Bernard de Castanet, qui a posé la première pierre, et a été conçu comme une affirmation du pouvoir de l'Église catholique contre l'hérésie cathare. Il mesure 113 x 35 m et la hauteur des murs est de 40 mètres. ** L'architecture gothique n'est pas du tout unitaire. Il existe un modèle de l'Ile de France, un autre toscan et d'autres de moindre importance, comme l'anglais ou celui du sud de la France-Catalogne. La cathédrale d'Albi est paradigmatique de cette dernière. ** Devant la pierre gothique du nord, délicate et avec de grandes extensions de vitraux sur ses murs, le gothique du sud sera caractérisé par son aspect de forteresse, ses quelques travées, ses murs et tours solides et sa construction en brique. Face à l'organisation complexe des éléments porteurs trouvés dans les bâtiments nord, les contreforts sont intégrés dans le mur, et par conséquent, le sentiment de robustesse est très prononcé. ** L'extérieur se distingue par son mince clocher, une tour de 78 mètres de haut achevée en 1492, peu de temps après la consécration de la cathédrale en 1480.
|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral Metropolitana de Santa Cecilia de Albi. Exterior (2)

Le portique de la porte d'entrée a été construit entre 1515 et 1540, par Dominique de Florence, très décoré et construit en pierre, étant la première manifestation du gothique flamboyant.
Waypoint

Catedral Metropolitana de Santa Cecilia. Exterior (3)

|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral Metropolitana de Santa Cecilia. Interior

** L'église a une nef basilique avec une nef, 97 x 19 m, un espace unitaire qui montre «gothique ascendant». Il a de nombreuses chapelles entre les contreforts, et couvert de voûtes nervurées simples en quatre parties. ** Sculptures de Claus Sluter, actif à Dijon ** La voûte, de 1509 à 1512, possède une «encyclopédie biblique» sur un bleu jamais égalé, réalisée par des peintres de Bologne. Jamais restauré.
|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral Metropolitana de Santa Cecilia. Interior (2)

** Dans l'une des chapelles latérales, reliquaire et statue de Santa Cecilia.
|
Afficher l'original
Waypoint

Jubé (Catedral de Santa Cecilia)

Le front de jubé ou de pierre en gothique flamboyant, 18 x 8 m, se dresse devant l'enceinte chorale ou galerie de trascoro. Il y avait 75 statues dans le 'jubé', mais presque toutes ont été détruites à la Révolution, seuls Adam et Eve ont été sauvés (magnifique !!!)
|
Afficher l'original
Waypoint

Coro Mayor (Catedral Santa Cecilia)

** Dans le déambulatoire du Coro Mayor, à partir de 1480, personnages de l'Ancien Testament, sur des statues en pierre polychrome, avec leurs noms sur le piédestal: Judith, Apôtres (comme Judas), prophètes, Sainte Cécile, Michel, Columba, etc. ** A l'intérieur du chœur, authentique dentelle de pierre flamboyante française, le tout est sublimé par un ensemble d'environ 200 sculptures polychromes, telles que les figures du Nouveau Testament, toutes réalisées dans les ateliers bourguignons de Cluny entre 1475 et 1484. Il est considéré comme l'un des meilleurs exemples de la sculpture médiévale française du XVe siècle.
Waypoint

Coro (2)

Waypoint

Coro (3)

|
Afficher l'original
Waypoint

Tesoro

** Dans une salle haute, avec des objets de culte (vases sacrés, façades d'autel), des croix, des anneaux et des reliquaires. Croix épiscopale limousine du XIIIe siècle, en cuivre émaillé et doré. ** Vierge à l'Enfant du XIII siècle, en bois polychrome, provenant d'une des chapelles. ** Reliquaires tels que la Caja de Santa Úrsula, bois polychrome du s. XIV, et une autre en cuivre doré et émaillé, du s. XIII. ** Polyptyque en bois, italien s. XIV (jusqu'en 1818, il était à Lavagnola, Ligurie). Vierge à l'enfant au centre. Ci-dessus, sur les côtés, des scènes de la vie de la Vierge (Annonciation, Nativité, Adoration des bergers, Dormition). Ci-dessous, des scènes de la Passion (Cène, baiser de Judas, Flagellation et Christ portant la croix). La prédelle, les contreforts et les pinacles, perdus.
|
Afficher l'original
Waypoint

Juicio Final (Catedral Santa Cecilia)

** Le «Jugement dernier», de la fin du XVe siècle (1474-1484), qui orne les murs des clochers, est basé sur l'Évangile de saint Matthieu, et révèle la parenté avec la peinture flamande de l'époque, en face dans le style des fresques dans la voûte (1509-1512) avec une saveur italienne. Dans le premier cas, l'artiste a structuré l'ensemble pictural au moyen de trois registres superposés: le ciel, la terre et l'enfer. Dans ce dernier espace, il représentait la punition infernale des sept péchés capitaux. ** Au XVIIIe siècle, la partie centrale du mur a été ouverte pour accéder à la chapelle située sous le clocher, détruisant la partie centrale du Jugement.
|
Afficher l'original
Waypoint

Jiicio Final (2)

Au-dessus du Jugement, il y a un orgue du XVIIIe siècle, conçu par le fabricant Christophe Moucherel.
|
Afficher l'original
Waypoint

Finale

Monument aux morts d'Albi dans les deux guerres mondiales, arc de triomphe en brique, sur la place Sibille. Oeuvre de Léon Daures, inaugurée en novembre 1928

Commentaires

    You can or this trail