-
-
108 m
77 m
0
1,4
2,7
5,41 km

Vu 464 fois, téléchargé 18 fois

près de Montauban, Région Midi-Pyrénées (France)

A Trip exported from GARMIN Dakota 20
à la capitainerie où on nous a remis fort aimablement toute une documentation sur la ville, documentation dans laquelle est amplement décrit un itinéraire pédestre de découverte de la cité.
# Le premier bâtiment sur notre parcours est l’Ancien Collège des Jésuites bâti en 1676. Il est de nos jours le siège de la Direction des Affaires Culturelles de la cité, d’un Conservatoire de la Danse et d’un Centre du Patrimoine.
# Le second bâtiment proposé à notre curiosité est l’Ancienne Intendance, aujourd’hui siège de la Préfecture du Tarn.
# La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption bâtie en pierres blanches et consacrée en 1739 symbolise le pouvoir absolu de la royauté catholique face à l’ancienne cité rebelle. Consacrée en 1739, elle est l’œuvre de trois architectes royaux François d’Orbay, Jules Hardouien-Mansart et Robert de Cotte. Sa façade classique présente les imposantes statues des quatre évangélistes. La cathédrale abrite un mobilier remarquable : des stalles (XVIII° siècle), un orgue en noyer sculpté (XVII° siècle) et un baldaquin de style Napoléon III. Dans le bras nord du transept trône habituellement l’une des œuvres majeures d’Ingres, « Le Vœu de Louis XIII » (1824) actuellement au musée Ingres.
# Dans la Rue des Carmes rejointe par une petite « traboule » l’Hôtel Mila de Cabarieu construit au XVII° siècle a pris le nom de son premier propriétaire, le Lieutenant Commandant le Régiment de Montauban. Le premier étage servant de salon de réception a conservé des peintures d’Ingres père de 1789 et 1790.
# Plus loin, l’Hôtel de Ville, ancien évêché, a subi diverses altérations dans le temps, mais il a conservé cependant son aspect original.
# Nous sommes passés rapidement devant l’Hôtel de Monmilan qui servit de mairie au XVIII° siècle et nous avons manqué l’occasion d’aller jeter un œil sur le Couvent des Carmes ayant rejoint directement par un ascenseur les Allées du Consul Dupuy où dans un espace vert a été élevé un monument à Ingres.
# Un parcours champêtre dans le Jardin des Plantes nous a réservé une surprise : en 1829 trois indiens d’Amérique de la nation Osage abandonnés en Europe furent accueillis et réconfortés à Montauban. Ils retournèrent dans leur pays grâce à la générosité des montalbanais. En souvenir de cette émouvante histoire, en 1992 une plaque a été apposée et une parcelle de terre a été donnée solennellement par les autorités municipales aux tribus Osage et Cherokee représentés à cette cérémonie.
# Le Pont-Neuf a été ouvert à la circulation en 1913. Il permet de rejoindre l’église Notre-Dame des Victoires et le quai de Villebourbon.
# À l’extrémité du quai Villebourbon, avant de remonter sur le Pont-Vieux, une plaque rappelle la tragique inondation du 3 Mars 1930, l’eau ayant atteint 11,90 mètres dans sa traversée de la ville ( ! ).
# Le Pont-Vieux emprunté ensuite pour revenir ver le centre historique date de 1144, du moins dans ses fondations, le pont actuel ayant été reconstruit au XIV° siècle par le Roi Philippe IV le Bel.
# Arrivés sur l’autre rive, nous avons consacré un long moment à la visite du musée Ingres, installé dans un ancien évêché, devenu la mairie après la Révolution, puis musée au XIX° siècle.
# Nous sommes passés rapidement devant le musée Victor Brun qui fait face au musée Ingres, un ancien palais de la « Cour des Aides » puis nous avons été au bout du Quai de Montmurat jeter un œil sur l’île Pissote, une remarquable réserve d’oiseaux, passant devant divers anciens couvents, celui des Clarisses, celui des Carmélites et encore celui des Capucines. Retour vers le centre historique en passant devant l’Hôtel de Sorbiac, pour aller jeter un coup d’œil dans la rue Armand Cambon.
# Le passage devant la façade du théâtre Olympe de Gouges s’imposait avant de redescendre la Rue Marie Laffont.
# Au bout de la rue, Place Victor Hugo se dresse l’ église Saint-Jacques. D’abord simple oratoire, elle devint une véritable église au milieu du XIII° siècle. Très éprouvée par les guerres de Religion, elle fut rendue au culte par le cardinal Richelieu en personne en 1629. Elle servit ensuite de cathédrale pendant un siècle.
# Le circuit se termine par la Place Nationale au cœur de la cité. Sa vocation marchande est établie depuis le Moyen Age. Détruite par des incendies en 1614 et en 1649, elle a été reconstruite grâce à la générosité royale et l’obstination des échevins. C’est un ensemble harmonieux et homogène, avec des rangées d’arcades doubles sur les quatre côtés de la place. En ce dimanche midi, la Place Nationale était largement occupée par les montalbanais recherchant un peu de fraîcheur et attablés devant les bistrots nombreux.
Un beau circuit de plus de cinq kilomètres effectués sous le soleil, d’abord un peu timide et plus généreux en fin de matinée.
Christian
http://parcourir-le-monde.com

View more external

Commentaires

    You can or this trail