Ecrin
257 7 85

Coordonnées 146

Publié 12 avril 2021

-
-
175 m
160 m
0
1,5
2,9
5,89 km

Vu 126 fois, téléchargé 3 fois

près de Winée, Wallonia (Belgique)

Leuze compte la population la plus importante des 16 villages d’Eghezée. Le village s’étend des deux côtés de la chaussée de Namur et de l’ancienne ligne de chemin de fer qui ont participé à son développement économique. En 1830, on trouvait dans le village 6 grosses exploitations agricoles, 2 moulins à vent, 2 pressoirs à huile activés par un manège, 2 forges de maréchal et un atelier de charron. L'élevage de chevaux y était important. Au fil du temps, nombre de ces activités a disparu, pour laisser place au développement commercial, le long de la chaussée de Namur.

Leuze compte une dizaine de chapelles et potales que la balade propose de découvrir. La promenade emprunte en outre le RAVeL et longe aussi les bassins de décantation de la Râperie de Longchamps, importante halte migratoire pour oiseaux.

Dédiée à Saint-Martin comme plusieurs églises de la région (Saint-Marin fut évêque de Tours et artisan de l’apostolat rural au IVe siècle), l’église de Leuze (siège d’un doyenné groupant 25 paroisses depuis 1837), jadis basse et petite, a été rebâtie en 1752, puis remaniée et agrandie en 1850. Cet édifice néo-classique a été restauré en 1908.

Consignes de sécurité
La chaussée de Namur est très fréquentée : à traverser avec prudence.

Le paysage bocager hesbignon Le bocage est un type de paysage rural créé par l'homme, constitué de haies vives sauvages, formées de buissons et d’arbres, entourant des parcelles cultivées ou des prairies. Pour faciliter l’usage des grandes machines agricoles, la plupart de ces haies ont été arrachées dans les années 1970, parallèlement aux opérations de remembrement et à la création de voies bétonnées à la place des chemins de terre. Outre le charme de ces lignes structurant le paysage, on s’aperçoit aujourd’hui que les haies vives ont une utilité environnementale : protection contre le vent, limitation des ruissellements et de l’érosion, abri pour les prédateurs des insectes ravageurs des cultures... On en replante dans de nombreux endroits.
L’ancienne gare de Leuze. Construite en 1899 sur la ligne 142 B (Namur - Jodoigne – Tirlemont) on l’appelait Leuze-Longchamps pour la distinguer de Leuze-en-Hainaut. Elle fut désaffectée en 1962 avec l’arrêt du service voyageurs et achetée en 1987 par la commune qui débute, en 1995, des travaux de rénovation et réaffectation en crèche. Cette rénovation lourde, achevée en 1999, est réputée exemplaire à plusieurs titres : • l’organisation interne du bâtiment originel modifiée avec l’ajout d’une toiture à versants sur l’aile basse à toit plat et l’abaissement du plancher des deux ailes basses pour obtenir deux étages utiles ; • l’ajout de nouvelles constructions (un volume de raccord entre la gare et l’ancien hangar aux marchandises et un volume vitré à l’arrière sur toute la longueur pour la communication entre les espaces sans devoir créer de nouvelles ouvertures), tout en préservant la lecture des anciennes façades ; • l’affirmation claire de la modernité des transformations qui s’harmonisent avec l’architecture existante par un choix de briques et de pierres bleues en accord avec celles préexistant et des châssis identiques dans les parties anciennes et nouvelles.
Hôtel de luxe pour oiseaux à Longchamps… Les bassins de décantation des sucreries servent à séparer les eaux de lavage des betteraves des boues. Eaux et boues sont réutilisées mais les bassins sont aussi alimentés par l’eau extraite des betteraves composées à 80% d’eau. A Longchamps, une quinzaine de bassins de décantation, de tailles variables, s’étendent sur plus de 70 ha : c’est le complexe le plus vaste de Wallonie. Certains bassins ne sont plus utilisés et sont remplis d’eau de pluie ; les autres sont remplis à des degrés divers par les boues. Cette variation dans les niveaux d’eau fait la richesse de l’endroit qui est une halte pour de nombreux oiseaux migrateurs, tout en accueillant aussi quelques espèces nicheuses. La chasse n'y est pas pratiquée et chaque année, des raretés ornithologiques y sont observées. De mars à mi-mai, c’est le passage prénuptial avec l’apparition des oiseaux de retour d’Afrique. Les rives et les plages asséchées, où la végétation est constituée de plantes souvent détruites par les traitements herbicides dans les campagnes, fournissent une nourriture abondante tant en graines qu'en insectes. La présence humaine est réduite sur les bassins en période de nidification (de mi-mai à août). Ce calme est profitable à beaucoup d’espèces nicheuses. Les bassins à niveau d'eau constant constituent ainsi un lieu de reproduction des oiseaux aquatiques car les milieux naturels humides ont fortement diminué dans toute l'Europe (assèchement des marais...).
Chapelles, potales ou calvaires ?
Les chapelles sont des édifices religieux avec toit, porte(s) et fenêtre(s), à l’intérieur desquels se trouve un autel. Certaines peuvent accueillir des fidèles pour la messe et ressemblent à de petites églises. D’autres, très petites, comme celles qu’on trouve à Leuze, ne permettent pas la tenue d’offices religieux : elles sont un lieu occasionnel de prière pour les passants et les pèlerins. En Belgique, le terme potale désigne une niche contenant une statuette protectrice. Ce mot provenant du wallon "potè" (signifiant petit trou) est passé dans la langue française. Souvent, il s’agit d’une cavité laissée dans un mur, en façade. Dans les campagnes, elles peuvent aussi prendre la forme de bornes-potales (ou potales sur pied) qui sont des édicules faits d'une colonne surmontée d'une niche : aux carrefours ou en bordure de champs, elles servent de point de repère dans le paysage. Certaines potales, qui ont parfois été érigées en commémoration d’un événement ou en remerciement pour une guérison, prennent valeur d’ex-voto. A côté des chapelles et des potales, on rencontre aussi des calvaires. Il s’agit de croix dressées en plein air en commémoration de la passion du Christ.
Risque

2. Traversez

Dos à l’église, traverser la route de Namèche via le passage pour piétons et prendre la rue Saint-Martin.
Site religieux

1. Eglise

Départ de la balade : place de l’Eglise à Leuze.
Carrefour

3. prendre le sentier

Tourner à droite entre les n° 14 et 16 pour emprunter le sentier communal qui rejoint la chaussée de Namur.
Risque

4. Traversez

Traverser prudemment la chaussée de Namur au passage piéton et continuer tout droit sur la rue des Keutures.
Carrefour

5. Ancienne gare

Tourner à gauche à l’ancienne gare (rue de la Poste).
Carrefour

6. Route des Six Frères

Au bout de la rue, prendre à droite (route des Six Frères).
Site religieux

6b. Potales

Juste après avoir tourné : 2 potales face-à-face (6bis). La potale Saint Joseph est insérée dans le pignon (donnant sur la route des Six Frères) de l’immeuble situé au n°1 de la rue de la Poste. La potale Notre Dame de Hal est nichée dans la façade de l’ancien Café Gueulete.
Carrefour

7. Ravel

Continuer 50 m sur la route des Six Frères et prendre le RAVeL à droite. Le RAVeL (Réseau Autonome de Voies Lentes constitué à partir d’anciennes lignes de chemins de fer) suit ici le trajet de la ligne 142 qui reliait Tirlemont et Namur. On longe l’arrière de l’ancienne gare.
Risque

8. Traversez

Passer à l’arrière du bâtiment du CPAS et traverser la rue de la Terre Franche pour continuer sur le RAVeL.
Terrain de sport

9. Complexe sportif de Semrée

Traverser la rue des Coquelicots et continuer sur le RAVeL. Le RAVeL, bordé d’aubépines et de quelques autres espèces, progresse, sur environ 500 m, parallèlement à la chaussée de Namur, vers le Zoning Industriel d’Eghezée. A votre gauche, vous longez le complexe sportif de Semrée dédié à l’entrainement des équipes de Jeunes de l’Entité.
Site ornithologique

10. Zone des bassins de décantation

Un peu avant les silos à grains, après le piquet orange signalant une conduite de gaz Fluxys, tourner à droite dans le chemin de terre qui longe le grillage des bassins de décantation de la Râperie de Longchamps et rejoint la chaussée de Namur. Toute la zone des bassins de décantation est un lieu d’observation ornithologique remarquable
Site religieux

11. Chapelle Notre Dame du Pérou

On arrive en face de la chapelle Notre Dame du Pérou. Selon une légende, un gentilhomme serait allé chercher fortune au Pérou et, pour remercier la Vierge d’être revenu sain et sauf, il aurait fait ériger la chapelle… Cependant, le culte à Notre Dame du Pérou serait antérieur à la découverte de l’Amérique ! La chapelle, datée du milieu du XVIIIe siècle, entourée d’une grille et précédée d’un escalier et d’un porche, domine un tertre qui, au XIVe siècle, était appelé Pilerou, puis, Pirou (pilier en wallon), faisant référence à une "Vierge au Pilier". Réputée miraculeuse, la Vierge du Pérou attirait beaucoup de pèlerins ; c’est ainsi qu’il y eut nombre d’ex-voto dans la chapelle. En 1950, lors de la visite de l’ambassadeur du Pérou, un drapeau du Pérou y fut accroché. Plus tard, un azulejo (carreau de céramique) représentant Ste Rose de Lima fut scellé dans le mur à la droite de l’autel.
Risque

12. Traversez

Traverser la chaussée de Namur et continuer rue du Pérou à gauche de la chapelle. Après 200 m, on aperçoit au loin le "Château Dejardin"
Grotte

13. Chapelle Notre Dame de Lourdes

On arrive au carrefour des rues du Pérou, du Canal et de Labie. Traverser la rue de Labie et continuer tout droit sur la rue du Canal vers le château déjà aperçu. 100 m plus loin, sur la gauche : la chapelle Notre Dame de Lourdes dont le décor intérieur évoque une grotte dans laquelle est blottie une petite Vierge.
Château

14. Ferme du Baron

Tourner à droite dans la route de Cortil-Wodon le temps d’un aller-retour (à 50 m) jusqu’à la ferme du Baron
Site religieux

15. Chapelle Notre-Dame de Lourdes

Après être revenu sur ses pas jusqu’à la chapelle Notre-Dame de Lourdes, continuer sur la route de Cortil-Wodon pendant environ 400 m. On longe une longue haie vive à droite (typique du paysage bocager hesbignon - cf. verso) : on peut y voir des aubépines, des frênes, des érables et des muriers sauvages. Cette haie est doublée d’une allée de tilleuls (inhabituel dans la région d’Eghezée).
Site religieux

16. Chapelle du Sacré Cœur

Un peu après le panneau indiquant à droite le sentier vers l’Eglise évangélique Libre, à gauche de la route : la chapelle du Sacré Cœur construite vers 1890. Jadis, on s’y arrêtait en processions aux Rogations (jours précédant l’Ascension) pour demander la protection des cultures.
Carrefour

17

Prendre le sentier à gauche (face au n° 93, vers l’Eglise évangélique libre).
Rivière

18. Ruisseau de la Batterie

Traverser le parking et poursuivre tout droit sur le sentier jusqu’à la rue de Winée. Le sentier longe puis traverse un petit ruisseau, officiellement dénommé "Fossé D", qui contribue à former le ruisseau de la Batterie : plus loin, celui-ci rejoint la Soile, qui se jette à Ambresin dans la Mehaigne, cet affluent de la Meuse qui traverse plusieurs villages d’Eghezée.
Site religieux

19. Chapelle Sainte Barbe

Tourner à gauche et aller jusqu’au tournant (au n° 40). En face du n° 40 : une potale entre deux ifs : la "chapelle Sainte Barbe" de 1905 (restaurée en 1988). On dit qu’au début du XXe siècle, le fermier occupant l’actuel n° 40, M. Gueulette, avait décidé de brûler un rat pour faire fuir ses congénères. Le "rat en flammes" s’enfuit et mit le feu aux dépendances, bloquant le fermier qui promit de construire une chapelle à Sainte Barbe s’il en réchappait...
Carrefour

20. Longue haie vive

Faire demi-tour pour revenir vers le centre de Leuze. La rue de Winée longe, à droite, une longue haie vive, pendante à celle longée route de Cortil-Wodon et marquant les limites de la propriété Dejardin dont les pentes se rejoignent au fond. On peut y voir du noisetier, du cornouiller et du lierre. En 2002, on a trouvé à droite de la rue, à 6 m de profondeur, un avion allemand de la guerre 40-45 et la dépouille de son pilote.
Arbre

21. Propriété Dejardin

Prendre la première rue à droite (rue El Basse). Derrière la haie qui longe, à droite, cette vieille rue, dont le nom est une déformation de "ruelle basse", on aperçoit les très beaux arbres du parc de la propriété Dejardin.
Site religieux

22. Chapelle Notre-Dame de la Bonne Délivrance

Au bout de la rue El Basse, tourner à droite dans la route de Cortil-Wodon pour découvrir à 25 m, la chapelle Notre-Dame de la Bonne Délivrance. D’un style particulier avec son large auvent, elle date de 1905. Les futures mamans y venaient avant leur accouchement.
Site religieux

23. Chapelle Saint-Antoine de Padoue

Faire demi-tour et repartir vers l’église de Leuze. En face de l’entrée du cimetière qui se trouve à gauche de la route de Corill-Wodon : la chapelle Saint-Antoine de Padoue. De 1898, en briques et pierres sculptées, elle surplombe le cimetière. On y voit une plaque « Pour les pains de St-Antoine » : on invoquait en effet ce saint contre le "mal des ardents", une maladie provoquée par la présence d’un champignon dans le pain de seigle au Moyen Age.
Site religieux

24. Calvaire

Entrer dans le cimetière en face de la chapelle Saint-Antoine. Sur le côté gauche du cimetière : un calvaire.
Site religieux

25. Presbytère

Traverser le cimetière et longer l’église pour arriver place de l’Eglise, d’où la balade est partie. Une chapelle récente a été construite sur le côté droit de l’allée à côté de l’église, à la place du garage du corbillard : on y célèbre la messe en semaine et en hiver. Sur la place, à droite en sortant du cimetière, on découvre le presbytère.

Commentaires

    You can or this trail