Temps en mouvement  une heure 3 minutes

Durée  une heure 36 minutes

Coordonnées 531

Publié 1 octobre 2019

Recorded octobre 2019

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
171 m
131 m
0
1,0
2,0
4,02 km

Vu 31 fois, téléchargé 0 fois

près de Montauban, Occitanie (France)

|
Afficher l'original
Dans la deuxième partie de ce premier tranco du voyage d'automne d'Oarso Arte Kultur Elkartea, nous sommes passés de Moissac à Montauban (29 km) pour visiter la tombe de Manuel Azaña Díaz dans le cimetière municipal. Paul nous guide.
Ensuite, nous traversons la ville pour voir la Place Nationale, le pont sur le Tarn (Pont Vieux), l’église Saint Jacques et la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption.
Les photos sont de Pedro et le mien.
Rappelons que deux grands artistes sont nés à Montauban: le peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) et le sculpteur Émile Antoine Bourdelle (1861-1929).
|
Afficher l'original
Waypoint

Cementerio

Au cimetière municipal, nous avons visité la tombe de Manuel Azaña Díaz (1880-1940), homme politique républicain espagnol, écrivain, journaliste, président du Conseil des ministres de 1931-1933 (Biennium de la réforme) et président de la Seconde République espagnole de 1936 à 1939. Il s'est distingué par son travail autour des réformes qu'il a mises en œuvre pendant son gouvernement (le Biennium Social-Azañista de 1931 à 1933) et par son rôle de chef de la partie républicaine pendant la guerre civile espagnole. Actuellement, Azana est considéré comme l'un des hommes politiques les plus influents en Espagne dans le premier tiers du XXe siècle et l'une des principales icônes du républicanisme espagnol. Il n'avait aucune empathie pour le Pays basque, mais pour la Catalogne. Il a vécu son exil entre Collonges-sous-Salève (Haute-Savoie), Pyla-sur-Mer (Gironde) près de Bordeaux et Montauban, où il est décédé et a été enterré.
|
Afficher l'original
Waypoint

Cementerio (2)

** Stèle du sculpteur français Christian André-Acquier, "La déchirure"; Il s’agit d’une pierre tombale en granit portant le nom du défunt, les années de sa vie (1880-1940) et le bouclier fané de l’Espagne recouvert, parfois, de roses en plastique aux couleurs de la République. La pierre de la stèle est fendue, symbolisant la déchirure d'une ville, et parsemée d'incrustations de verre avec lesquelles l'artiste voulait transmettre un message d'espoir: "... de larmes et de sang, pour que la République vive." ** Jusqu'en 2008, dalle de marbre noir sobre ** Croix retirée de la tombe (la marque reste). ** Azana a demandé la paix, la miséricorde et le pardon pendant la guerre (comme il apparaît dans sa tombe). ** Je ne voulais pas être enterré en Espagne (il l'a laissé écrit) "Laissez-les me laisser là où je tombe et si quelqu'un pense que mes idées peuvent être utiles pour les diffuser." ** Sur l’Allée des Canaris, entre les sections 2 et 7.
|
Afficher l'original
Waypoint

callejeo por Montauban

** Maisons de trois hauteurs. ** Chemin orthogonal (bastide, avec une place centrale). ** Rue de la Résistance, parapluies roses (contre le cancer du sein)
Waypoint

callejeo camino de la Place Nationale

|
Afficher l'original
Waypoint

Place Nationale

Toutes les briques, avec des arcades et des parapluies roses. Son origine remonte à la fondation de la ville en 1144 et est depuis lors le centre de la vie urbaine. Il occupe un bloc complet dans le cadre urbain de la bastide. Les marchands utilisaient les arcades pour placer leurs stands. Cet usage a donné son nom aux différentes sections d'arcades: les draperies, le blé, etc. La mairie de la ville était située sur la place. Les façades médiévales de la place ont été détruites lors des incendies de 1614 et 1649. La reconstruction a commencé en 1651 et s'est achevée jusqu'au XVIIIe siècle. Récemment restauré, il abrite encore un marché quotidien et une foire aux brocantes.
Waypoint

Place Nationale (2)

|
Afficher l'original
Waypoint

Rue Hôtel de Ville

Rue du Greffe et rue de l'Hôtel de Ville. Nous passons devant la mairie; également à côté du musée Ingres (fermé pour travaux) dans l'ancien palais épiscopal et pour le lieu de naissance du sculpteur Antoine Bourdelle; et nous voyons près de l'église Saint-Jacques, avec son clocher octogonal du XIIIe siècle. Nous voyons quelques exemples d’architecture récente, respectueuse du traditionnel
Waypoint

Rue Hötel de Ville (2)

|
Afficher l'original
Waypoint

Pont Vieux

Nous arrivons au Pont Vieux, oeuvre commandée par le roi Philippe IV le Bel pour sauver le Tarn; sa construction a été développée entre 1304 et 1335. Elle mesure 250 mètres de long et présente un design horizontal, une forme exceptionnelle dans les ponts médiévaux. Il a sept yeux pointus, en plus d'une série de buses secondaires pour réduire l'opposition de la structure au courant d'eau dans les avenues. À l'origine, il y avait une tour carrée à chaque extrémité pour défendre l'accès à la villa. Celui de la rive droite, où habitait le bourreau, fut démoli en 1663 pour construire le palais épiscopal. L'autre fut démoli en 1701 et fut remplacé par un arc de triomphe dédié à la victoire de Louis XIV sur les Huguenots. De la même manière que sur le pont de Saint-Bénézet de Avignon, le Vieux Pont comportait au quatrième pilier une chapelle dédiée à Santa Catalina, patronne des malfaiteurs.
|
Afficher l'original
Waypoint

Pont Vieux (2)

Le "Monument aux morts de Montauban pendant la guerre de 1870", de 1894, a été réalisé en 1902 et est l'oeuvre d'Antoine Bourdelle.
|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral Nôtre Dame de l'Assomption

** Cathédrale baroque classique des XVIIe et XVIIIe siècles, de 1685 à 1739 (architectes, François d'Orbay et Robert de Cotte). Symbole du triomphe du catholicisme sur le village calviniste de Montauban, immédiatement après la révocation de l'édit de Nantes de 1685. C'est pour cette raison qu'il est construit en calcaire blanc pour contraster avec les bâtiments à dominante de briques rouges. ** Quatre grandes statues d'évangélistes sur la façade (originaux à l'intérieur) ** Croix grecque, avec trois navires. Les taches Classique ** Temple gigantesque et prétentieux: catholique, roi soleil et antihugonotes.
|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral Nôtre Dame de l'Assomption (2)

Dans le transept, «Vote de Louis XIII» (1824) de Jean-Auguste-Dominique Ingres, très théâtral, avec une Vierge qui se souvient beaucoup de Rafael et des rideaux rouges sur les côtés.
Waypoint

Catedral Nôtre Dame de l'Assomption (3)

|
Afficher l'original
Waypoint

Final

Par la rue Nôtre Donnez-moi la place Maréchal Foch et l'allée de l'Empératrice, où le bus vient nous chercher.

2 commentaires

You can or this trail