Temps de déplacement  une heure 31 minutes

Durée  une heure 49 minutes

Coordonnées 1232

Uploaded 8 juillet 2018

Recorded juillet 2018

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
157 m
147 m
0
1,9
3,8
7,53 km

Vu 465 fois, téléchargé 22 fois

près de Toulouse, Occitanie (France)

|
Afficher l'original
Toulouse est l'une des villes les plus importantes de France; C'est aussi une ville d'une grande beauté, riche en grands monuments et avec une architecture particulière qui rend les petites rues du centre très attrayantes. C'était le centre du commerce du vin à l'époque romaine, capitale des Wisigoths au Ve siècle, et après Charlemagne, il était gouverné par un stock condal, de plus en plus indépendant des Francs et du style de vie le plus somptueux. de toute l'Europe, qui partageait la souveraineté locale avec les consuls ou "capitouls", choisis parmi la bourgeoisie marchande. Après la répression des Albigeois, la ville a été annexée à la couronne française, sans récupérer l'ancienne organisation politique, bien qu'elle ait retrouvé son importance artistique et littéraire. Comme dans toute grande ville, la visite des monuments les plus importants est compliquée lorsque le touriste a simplement une liste de lieux à trouver et à voir. Comme je l’ai fait, et j’ai l’intention de continuer à faire, avec d’autres villes d’intérêt touristique, cet itinéraire a été conçu pour atteindre les endroits les plus intéressants du patrimoine monumental de Toulouse sans avoir à utiliser beaucoup de temps. Bon nombre des sites pouvant être visités peuvent être vus avec une certaine rapidité, d'autres nécessitent presque inexcusablement un voyage interne et une évaluation minutieuse; Les intérêts de chaque visiteur seront différents, mais je vous recommande de visiter l'intérieur de Saint Sernin, les Jacobins, le musée des Augustins et la cathédrale Saint-Etienne.
Le parcours commence à la place du Capitole (hôtel de ville de Toulouse, bien que le même bâtiment abrite l’opéra), d’où il monte la rue Taur en direction de la basilique Saint-Sernin, en passant par Collège de l'esquila (avec une courte déviation à droite pour voir l'ancienne chapelle des carmélites, peu avant le collège). L'impressionnante basilique de St-Sernin mérite une visite tranquille: il y a peu d'endroits comme celui-ci. Autour de la basilique, pour traverser le musée St-Raymond (avec des collections d'archéologie et d'art ancien de la ville, d'un intérêt certain), continuez à travers les rues Valade (en passant par la paroisse de San Pedro de los Cartujos) et Pargaminiers, où on tourne pour continuer en direction des Jacobins. Le couvent des jacobins (dominicains, qui a reçu ce nom après s'être installé à Paris dans une ancienne chapelle dédiée à Santiago) est le chef-d'œuvre du gothique méridional français. A proximité se trouve l'Hôtel de Bernuy (Lycée Pierre de Fermat), et un peu plus loin, au bord de la rivière, on trouve la Basilique Notre-Dame-de-la-Daurade et l'École des Beaux-Arts, tout près déjà du Pont Neuf. Nous tournons à gauche (rue Metz) pour rejoindre l'hôtel d'Assezat, bâtiment impressionnant, et continuer en direction de l'église Notre-Dame-de-la-Dalbade. Après cela, nous tournons à gauche, en direction de la place des Carmes, pour atteindre la rue du Languedoc (à droite, le musée Paul Dupuy, avec des collections d’intérêt particulier), que nous montons à gauche jusqu’à la place. de Rouaix, où nous tournons à droite pour arriver rapidement à la cathédrale de St-Étienne, une autre visite du plus grand intérêt. C’est un bon endroit pour s’asseoir sur une terrasse et prendre un café ou un verre. De là, nous revenons à Metz Street pour rejoindre le musée des Augustins, qui possède des collections exceptionnelles de peintures et de sculptures; En particulier, la section de la sculpture romane est vraiment impressionnante. De là, la rue d'Alsace nous emmène à l'arrière du Capitole, où nous trouvons un intéressant Donjon, et l'entrée du Théâtre de l'Opéra, clôturant l'itinéraire.
Au total, une promenade très intéressante à travers le centre de Toulouse, avec de nombreux monuments de grande importance, et certains sont vraiment indispensables si vous en avez le temps. Pour moi, le voyage a été une expérience très agréable et informative.
Le Capitolium est le siège du conseil municipal de Toulouse, de son théâtre national et de l'opéra de Toulouse. son nom rend hommage à ceux qui ont ordonné sa construction, aux capitouls ou aux membres du conseil municipal. Le premier siège du Capitole était à La Fayette et de nouveaux bâtiments ont été ajoutés, dont le plus ancien préservé est le donjon, tour de 1525, ancien cachot et siège des archives municipales. La façade actuelle a été construite en 1750 et les huit colonnes de marbre qui la décorent symbolisent les huit capitales, chargées à cette époque de diriger chacun des huit quartiers dans lesquels la ville a été divisée. L'intérieur de l'édifice abrite la cour d'Henri IV dans laquelle le duc de Montmorency, ennemi du cardinal de Richelieu et organisateur de la dernière tentative d'indépendance du Languedoc, fut décapité en 1632. La salle des illustres a de magnifiques fresques et les bustes des personnages locaux célèbres
Dans la rue du Taur (taureau) a eu lieu le martyre de Saint Saturnin (Saint Sernin), qui a été traîné par un taureau vers l'an 250. L'église Notre-Dame du Taur occupe le site où son corps a été libéré du taureau à qui avait été lié; le corps a été enterré à cet endroit, où un oratoire a été construit, auquel les pèlerins ont afflué à Saint-Jacques-de-Compostelle. Lors de la construction de la basilique Saint-Sernin, ses vestiges ont été déplacés, mais à la place de l'oratoire, une nouvelle église, à l'origine nommée Saint-Sernin du Taur, a également été construite à partir du XIVe siècle. 18ème siècle après avoir reçu une statue de la Vierge qui se trouvait dans l'une des portes de l'ancienne muraille de Toulouse
La basilique de Saint-Sernin est la plus grande église romane d'Occitanie et la deuxième plus ancienne de France, après l'abbaye de Cluny. La construction a été décidée à la fin du XIIe siècle et était de type collégial, c’est-à-dire une église avec un collège de chanoines dirigé par un abbé (dont les relations avec l’évêque de Toulouse avaient des problèmes, car on dit que la cathédrale Saint-Étienne estime que San Sernín, bien que ce ne fut pas consacré basilique avant 1778). Sa construction a commencé en l'an 1080; l'église primitive, qui sert de crypte et stocke des reliques sacrées, reste ouverte à la visite; L'église a été modifiée à l'époque gothique et à la Renaissance. Au 19e siècle, elle a été restaurée par Viollet-le-Duc, bien qu'une partie de son oeuvre ait été supprimée à la fin du 20e siècle afin de préserver l'aspect du 14e siècle. Le musée des Augustins abrite des vestiges et des sculptures du cloître et de l'abbaye détruite au 19ème siècle.
La basilique de la Daurade est située sur la rive est de la Garonne, à côté du bâtiment Bellas Artes et de la jetée de La Dorada. Il s’agit d’un édifice construit entre 1764 et 1883 pour remplacer l’ancienne église romane, mais l’endroit qu’elle occupe est dédié au culte depuis l’époque romaine et abritait avant la première église chrétienne un temple dédié à Apollon. On y vénère l'une des reliques chrétiennes les plus connues de la ville, la Vierge Noire. Cette statue en bois est très vénérée par les Toulousais (en particulier par les femmes enceintes), bien que le Xème siècle d'origine ait été volé au XIV et son substitut brûlé sur la Plaza del Capitole pendant la Révolution de 1789; l'actuel est 1807. Le plus vieux pont du Pont-Neuf qui traverse la Garonne, après le pont de Tounis. Elle servait d’entrée à la ville, rejoignant la vieille ville avec le quartier du Cours Dillon et son image de brique rouge frappante, avec le Capitole, est l’image la plus célèbre de la ville. Sa construction a commencé en 1544 et a été encadrée par un arc de triomphe, qui a été détruit en 1860. Elle a été spécialement conçue pour résister aux fortes inondations de la Garonne et est classée monument historique depuis 1991.
L'Hôtel d'Assézat est le siège du musée de la Fondation Bemberg et est classé monument historique depuis 1914. Pierre d'Assézat en était le propriétaire initial, bien qu'il soit mort ruiné avant l'achèvement des travaux. Nicolas Bachelier était l'architecte du bâtiment dont la construction a commencé en 1555. Le bâtiment a trois étages, ordonné par la superposition des trois ordres classiques (dorique, ionique et corinthien), constituant l'une des premières manifestations du classicisme français. La banque Ozenne, qui a acheté ce bâtiment au 19ème siècle, l'a confié à la ville pour y abriter le siège des sociétés scientifiques, qui est toujours l'une de ses utilisations actuelles. À partir de 1980, la ville commença la restauration des anciens bâtiments et la construction d’une extension moderne, qui rouvrit ses portes en 1994.
Le couvent des Jacobins, de l'ordre des Frères Prêcheurs, est entièrement construit en briques rouges et constitue l'un des meilleurs représentants de l'architecture languedocienne. Le bâtiment s'organise autour d'un grand cloître autour duquel se trouvent la salle du chapitre, la sacristie, la chapelle de San Antonin (avec peintures murales du XIVe siècle) et le réfectoire. L'église a été construite en quatre étapes tout au long des XIIIe et XIVe siècles. La voûte a été construite à la troisième. La voûte est soutenue par une colonne étoilée de onze bras connue sous le nom de La Palmera. Santo Tomás de Aquino est enterré ici. À l'époque de Napoléon, une caserne de cavalerie y fut établie et plus de 5 000 mètres cubes de terre y furent déversés pour élever le niveau du sol; en 1865, il a cessé d'être une possession militaire lorsque la mairie de Toulouse l'a incluse dans un échange avec l'armée contre des terrains pour la construction de nouvelles casernes. Le groupe de jacobins a connu une longue restauration au XXe siècle et a retrouvé toute sa splendeur avec une façade extérieure entièrement en brique qui cache l’élégance de son intérieur.
L'Hôtel de Bagis, l'Hôtel de Clary ou l'Hôtel de Pierre est un monument historique situé rue de la Dalbade; Il a été construit en trois étapes différentes après la démolition de cinq bâtiments en 1533. Il y a d'abord Nicolas Bachelier, en 1537, qui construit un bel hôtel particulier de style Renaissance. En 1608, François de Clary (président du parlement) devient le nouveau propriétaire du bâtiment et construit une façade imposante en pierre sculptée, une nouveauté dans une ville totalement dédiée à la construction en briques, d'où le nom de l'Hôtel de Piedra. . Calvet-Besson, à partir de 1857, achèvera le travail projeté par Clary.
Première manifestation de la Renaissance italienne à Toulouse. Derrière, rue Ozenne, se trouve le musée Paul Dupuy. Plus loin, nous prenons la rue Croix-Baragnon à droite, qui nous mène directement à la cathédrale; À son entrée, à gauche se trouve la CCI.
La cathédrale de Saint-Étienne de Toulouse, dont les origines sont mal connues (on dit qu'elle a été construite sur une chapelle construite au 3ème siècle par saint Sernin, reconstruite par saint Exuperio un siècle plus tard), bien que l'on sache qu'en 1071 l'évêque Isarn a ordonné que la reconstruction du bâtiment, alors en ruines, se compose d'éléments architecturaux de différentes époques. À côté se trouve l'ancien palais épiscopal, actuellement occupé par la préfecture. La caractéristique la plus originale de l'édifice est de présenter deux parties très différentes: une partie romane dans la zone de la nef; et une partie gothique dans le choeur. Les deux églises ont été réunies au XVIe siècle par Jean d'Orléans. En 1609, l'architecte Pierre Levesville décide de placer une chapelle dans le choeur et un nouveau mobilier qui lie le baroque au gothique. Le clocher roman fortifié a un carillon avec 17 cloches sur le clavier et cinq à la volée.
Le Musée des Augustins est un musée des Beaux-Arts situé dans l'ancien couvent des Augustins, avec d'excellentes collections de peintures et de sculptures, de la période paléochrétienne au début du XXe siècle. Ouvert au public en 1793 par décret de la Convention, très peu de temps après le Louvre, il est l’un des plus anciens musées de France. La collection repose principalement sur des fonds publics. Au début du XIXe siècle, plusieurs espaces sont détruits, notamment le réfectoire; Viollet-le-Duc a construit à la fin du siècle un impressionnant escalier et des salles d'exposition. Le musée utilise également la salle capitulaire et les cloîtres majeur et mineur, désaffectés de l'ancien couvent. La partie la plus remarquable du musée est peut-être celle de la sculpture romane, du 12ème siècle, avec de magnifiques chapiteaux historiés de Saint-Sernin, la Daurade et le chapitre de la cathédrale de Saint-Etienne.

3 commentaires

  • javeadeverano 16 oct. 2018

    Ruta muy interesante por la primera capital del reino visigodo

  • jjrufilanchas 2 déc. 2018

    I have followed this trail  View more

    Una ciudad diferente aunque tal vez un poco impersonal

  • luis.perecruz 10 mars 2019

    I have followed this trail  View more

    Primera capital del Reino Visigodo. Gran historia y gran ciudad.

You can or this trail