Epifumi

Durée  9 hours 37 minutes

Coordonnées 18877

Uploaded 1 avril 2018

Recorded mars 2018

-
-
640 m
44 m
0
148
297
593,73 km

Vu 38 fois, téléchargé 3 fois

près de Ancienne Medina, Tanger-Tetouan-Al Hoceima (Morocco)

|
Afficher l'original
Mauvais départ et pas de meilleure fin.
La journée se complique. Bien que vendredi soir nous ayons été avertis que la tempête dans le détroit pourrait entraver le départ du ferry, elle est finalement partie pour le Maroc, mais avec beaucoup de retard. Cependant, cela était insignifiant par rapport à la traversée et au départ subséquent du ferry.
L'entrée avec les motos sur le bateau n'est pas difficile. Quelques documents avec le passeport et la documentation de la moto. Par la suite, l'entrée dans la cale du ferry est simple et les opérateurs sont chargés de fixer le vélo au sol. Nous sommes montés sur le pont et installés.
Je n'avais jamais monté un bateau avec la mer agitée, mais autant que j'aurais pu l'imaginer, c'était excessif. La traversée a commencé movidita. Le navire tituba plus dans l'eau que je ne l'imaginais, mais quand il s'avança vers Tanger, la chose devint moche. Le bateau se leva et tomba, agité comme une coquille. Les vagues l'ont soulevé et abaissé avec une force et un resserrement qui donnaient plus de peur que l'on aime à reconnaître. Les hôtesses distribuaient des sacs "pour les vertiges" et les bruits des gens quand ils vomissaient et l'odeur préparée, ils étaient désagréables. J'ai demandé un sac, que je n'ai heureusement pas utilisé. Mais presque.
Lors de l'amarrage, nous avons dû faire la vérification du passeport pour obtenir le numéro d'identification marocain et les documents d'importation temporaire de la moto. Quelques heures entre des policiers incompétents et une impressionnante ligne 4x4. Il n'y avait pas d'ordre du tout, et vous dépendiez plus de l'arbitraire de la police que de rien d'autre. Finalement, avec quelques longues heures de retard, nous avons fini les papiers et sommes partis pour Marrakech.
Mais le prochain inconvénient était au coin de la rue. Google Maps, malgré le téléchargement des cartes, ne fonctionnait pas. C'est une bonne chose que c'était autoroute tout le temps et était bien indiqué. Les autoroutes marocaines n'ont rien à voir avec l'espagnol, ni sur l'asphalte, ni dans les aires de repos ou quoi que ce soit. La négligence de la population et le manque d'hygiène sont terminés dans les stations-service qui rappellent les stations-service espagnoles d'antan. Après plusieurs arrêts pour faire le plein de vélo et le ventre nous sommes arrivés à Marrakech et encore un problème, en trouvant l'hôtel.
Les navigateurs nous ont donné des informations contradictoires et nous ont montré deux endroits différents, l'un en dehors de la médina et l'autre à l'intérieur. Pour les informations précédentes, il devrait être à l'intérieur du souk, mais nous avons d'abord essayé l'autre. Impossible Nous avons essayé d'entrer par des rues étroites et soudainement, les gens qui nous entouraient nous criaient de ne pas entrer. Après un moment de trouble, nous sommes partis dans l'autre direction, à l'intérieur de la médina. Il y a quelque temps, c'était la nuit, ce qui compliquait l'orientation et introduisait du stress. De plus, le trafic dans la ville est extrêmement chaotique et le respect des règles les plus élémentaires de circulation et d’éducation est nul. Dans cette situation, nous sommes entrés dans la médina convaincus de l'emplacement de l'hôtel. Mais soudain, un autre groupe de personnes a commencé à nous crier dessus pour ne pas descendre dans une rue. Mais maintenant, ils étaient pour la plupart quatre ou cinq gars avec un très mauvais look, qui, je suppose, essayaient de nous emmener à l'hôtel par dirhams, ils voulaient monter à vélo pour nous guider. Peut-être que c'est une exagération, mais nous nous sommes sentis menacés, et entre les cris et les accélérations, nous sommes partis là-bas.
Déjà dans la tranquillité d'une grande avenue, nous avons parlé au téléphone avec l'hôtel, d'où ils ont confirmé qu'ils étaient dans la médina et ont proposé d'envoyer quelqu'un pour nous rejoindre. Mais entre cela nous ne savions pas comment nous expliquer en français et nous ne savions pas exactement où nous étions, nous avons décidé d’annuler la réservation, non sans frais, et de chercher un hôtel dans un quartier plus moderne. En outre, il s'est avéré qu'ils n'avaient pas de parking et que les motos devaient passer la nuit dans une rue de la médina, surveillés par quelqu'un. Beaucoup de risque
Après une heure de recherche au moins, nous avons trouvé un hôtel où il y avait des chambres et après plusieurs confusions, on nous a donné des chambres occupées, nous avons été temporairement laissés sans place après avoir payé et un peu plus de dérangement a trouvé un logement. La mauvaise gestion a permis à Quique de bénéficier d'une réduction significative du dîner, alors nous avons dîné à l'hôtel. En outre, le maître d'hôtel nous a accompagnés après le dîner dans un bar où ils ont servi de la bière. Le bar était un peu étrange, mais pas autant que ses résidents, alors après une bière rapide, nous sommes allés nous coucher, au courant du long itinéraire le lendemain.

Commentaires

    You can or this trail