Epifumi

Durée  9 hours 36 minutes

Coordonnées 21515

Uploaded 1 avril 2018

Recorded mars 2018

-
-
2 167 m
493 m
0
104
209
417,47 km

Vu 34 fois, téléchargé 1 fois

près de Gueliz, Marrakesh-Safi (Morocco)

|
Afficher l'original
Première étape de l'Atlas.
Nous quittons Marrakech, qui par jour regarde autrement, en direction d'Altas. Les contreforts promettent déjà, mais quand vous commencez à voir les premiers sommets, cela impressionne. Nous partons de Marrakech par la R203 en direction du sud vers le port de Tizi N'Test à 2100 mètres d'altitude. La face nord de l’Atlas est verte, avec des sommets enneigés et de l’eau coulant le long des routes. Les rivières abondantes décrivent des vallées marquées par des bâtiments en pisé sur les pentes. Avant la montée, nous nous sommes arrêtés un moment pour prendre un thé et des petits pains.
Tout était délicieux et la ville était pleine d'activité. Nous avons quitté cette ville en commençant à traverser l'Atlas en direction du sud. La route montait parallèlement à la rivière N'Fis. Une belle vallée, avec des courbes amusantes, mais avec un asphalte de plus en plus irrégulier et du gravier meuble.
Une fois le port couronné et commencé à descendre vers midi, le paysage a radicalement changé. Nous n'avons plus rien vu de vert, maintenant tout était un paysage rougeâtre et désertique. Tout film de Mars pourrait être tourné parfaitement dans cet environnement. Mais non seulement le paysage a changé, mais l’asphalte, car même si ce n’était pas très beau de grimper, il n’y avait pas de descente. Techniquement, ce n'était pas une piste, car elle sentait l'asphalte en dessous, mais cela rendait la situation encore pire. Des dizaines de courbes en fer à cheval sur une route détruite par l'érosion. Les deux GS se sont effondrés sans problème, mais le 1200 R a empiré.
À la descente a été suivie une zone de travaux qui nous a emmenés, non sans crainte, dans une ville où nous avons mangé. Pour l'heure, ils n'avaient rien, mais très gentiment ils nous ont fait des tortillas historiques marocaines.
Notre itinéraire a tourné vers l'est pour prendre la N10 qui nous amènerait à nous connecter avec la N9 dans Timedline. Paysage martien, avec très peu de végétation, dans lequel les résultats de l'effet Foehn peuvent être observés. Le vent chargé d'humidité rejette l'eau sur le versant nord, en remontant les sommets vers la face sud complètement sèche. De plus, l’intensité du vent entraîne les particules de sable et de poussière de l’érosion en laissant une pente nue et un désert de roches ou de la jupe et le sable transporté par les ergs ou les déserts de sable.
Après des kilomètres de reg, nous sommes arrivés à Tazenakht où nous avons tourné vers le nord pour retourner à l'Atlas sans quitter la N10. Nous sommes donc arrivés à Tazentout, où selon l'itinéraire nous devions suivre la N9 en direction de Marrakech et prendre une sortie à droite. Mais quand nous sommes arrivés à Tadoula Zefini, nous avons vu que la route n’existait pas. Seule une petite piste, pas très occupée, que nous avons décidé de ne pas prendre. Avec eux, nous sommes revenus sur nos pas, jusqu’à quelques kilomètres de la traversée précédente, nous avons pris la P1506 vers notre destination, Ksar Ait Ben Hadu. Un peu plus loin, à Assfalou, se trouvait notre riad dans lequel nous nous sommes reposés avant d'aller nous promener autour d'Ait Ben Hadu, en dînant et en allant nous coucher pour reprendre des forces le lendemain.

Commentaires

    You can or this trail