Durée  2 hours 56 minutes

Coordonnées 236

Publié 4 novembre 2014

Recorded octobre 2014

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
816 m
432 m
0
1,1
2,3
4,57 km

Vu 8316 fois, téléchargé 570 fois

près de Sainte-Engrâce, Aquitaine (France)

|
Afficher l'original
Accès Google Maps
https://goo.gl/maps/ATsh2V35Xt1rJ6bbA


La Garganta (Gorges) ou Kakueta Canyon a été une vraie surprise lors de ce voyage. L’un des itinéraires les plus appréciés

C'est une gorge de 4,5 km formée par la rivière Uhaitza. Le Pays basque français dans la partie occidentale des Pyrénées est situé sur la commune de Sainte-Engrâce

Le Kakueta est né sur la colline d'Urdaite ou d'Arrakogoiti, à la frontière avec la Navarre, près d'Isaba.

La gorge est une gorge étroite ouverte dans du calcaire, remplie de grottes, de grottes et de cascades. La rivière reçoit des contributions des courants souterrains du système karstique de Larra

La gorge, percée par la rivière Uhaitza, est préparée pour la visite touristique sur un peu plus de 2 km. Une visite guidée à travers des marches dans le rocher et des ponts permet la visite. Les points culminants incluent les hauts murs pleins de grottes à travers lesquelles, à de nombreuses occasions, les cours d’eau se forment en formant des cascades.

Nous avons été surpris de devoir payer pour entrer (5 €), mais une fois que nous avons tracé l'itinéraire, nous voyons qu'il compense les efforts déployés pour le rendre accessible et ses ressources de maintenance et de sécurité sous forme de système de communication d'urgence tous les 500 m environ. Ils travaillent comme talkie-walkie. Parlez en appuyant sur un bouton. Il semble que, en cas d'orage, les randonneurs sonnent l'alarme pour revenir au début, étant donné la possibilité d'inonder la gorge. Il est fermé du 15 novembre au 15 mars, ainsi qu'en cas de fortes pluies.

Il comprend également le prix, l'utilisation de casques, en particulier dans la grotte. Il est conseillé de les mettre, en raison de possibles glissements de terrain. Dans le reste du sentier, il n'est généralement pas utilisé car il est bien protégé par des réseaux.

Pourtant, il faut prendre des précautions. Les allées de plancher en bois fixées aux murs rocheux peuvent être glissantes.

Plus dangereux peut être la section qui coule sur une roche calcaire, glissante avec de l’eau, quelque chose de très fréquent. Les trous de trous qu'ils ont dû utiliser pour faire le chemin sont visibles

Au bout du parcours se trouvent deux points attractifs: la cascade, qui peut être entourée de derrière, dans une sorte d’abri en pierre. L'eau traverse une grotte d'environ 40 m de haut. L'autre point d'intérêt est la grotte, où vous devez également faire attention, non seulement pour les glissements de terrain, mais surtout pour le sol rocheux glissant. Il est plus haut que large, il est en fait étroit mais avec peu de fond qui peut être visité.

Il est conseillé de porter des chaussures appropriées, avec une nouvelle semelle avec une bonne adhérence. Les personnes froides devraient porter des vêtements chauds, même en été, si elles entrent très tôt ou tard (ne les laissez pas entrer après 17h00), car il y a beaucoup d'humidité et peu de soleil, la lumière entre à peine.

On voit les parents avec leurs enfants de tous âges: certains avec un porte-bébé et d'autres avec un enfant à la main, mais une vigilance et une vigilance extrêmes doivent être exercées. Le père doit prendre soin de lui et de son fils, ce qui est compliqué pour la sécurité des deux. Dans certaines sections, il y a un câble à tenir, mais dans d'autres non.

DONNÉES GÉOLOGIQUES DE MACIZO DE LARRA

Massif situé dans les Pyrénées navarraises. Il fait partie d'une unité géologique et structurelle de nature fondamentalement calcaire qui s'étend des deux côtés de la frontière franco-espagnole et couvre, du côté espagnol, les territoires de Navarre et de Huesca, au sens d'Isaba. Sur le versant sud se trouvent les sources des vallées de Roncal et Ansó, tandis qu'au nord se trouve la vallée française de Sainte Engrace. Il est également connu sous le nom de Piedra de San Martín.

Le relief est raide et l'altitude est considérable. Le sommet de l'Anie (2 507 m) situé en territoire français est le plus haut de la région et le plus occidental des sommets pyrénéens dépassant les 2 500 m. Les autres sommets remarquables sont la Mesa de los Tres Reyes (2 428 m), le pic maximum de Navarre, Petrechema (2 374 m), Arlás (2 044 m), Lákora (1 877 m), etc.

Les quelque 120 km2 de l'unité correspondent à la zone secrète mésozoïque qui recouvre les roches aléozoïques et permotriásicas de la zone axiale des Pyrénées. Précisément, l'affleurement de ce sous-sol à la tête du talus de Lescun constitue la limite orientale du massif de la Piedra de San Martín. Il est principalement constitué de roches carbonatées du Crétacé supérieur; la formation qui atteint le plus grand développement, avec une épaisseur approximative de 250 à 300 mètres, est ce que l'on appelle le "calcaire des canyons", appartenant au Santoniense. Il existe également de plus petits affleurements de calcaires avec silicifications, tons plus sombres, calcoesquistos et flysch schisto-sableux qui correspondent à la partie supérieure du Crétacé supérieur.

Les roches mésozoïques susmentionnées reposent de manière discordante sur les matériaux triasiques et paléozoïques. L'ensemble présente une immersion à l'ouest. De plus, le socle incliné au nord et incliné par des failles conditionne la plongée générale (10 à 30 ° nord) de la série du Crétacé. Cela lui permet d'occuper les affleurements sur environ 2 000 mètres de dénivellés entre le sommet de l'Anie (2 507 m) et le fond de la vallée de Sainte Engrace.

Dans la vallée de Sainte-Engrace, cet agencement structurel se heurte à une fracture importante de la direction approximative E-0 qui fait partie de l’accident dit frontal de Norpirenaic.

Les caractéristiques lithologiques, structurelles et climatiques ont conditionné le développement d'un important système karstique dans le massif de pierre de San Martín. Les formes Exokársticas sont l’élément le plus important du paysage de la région. Dans la grande région où émergent les calcaires santoniens, comme dans le secteur appelé Larra, les sols sont rares et les lapaces nus occupent la majeure partie du terrain. Les simas sont souvent fréquents, souvent développés en faveur du réseau dense de fractures, ainsi que des vallées aveugles et autres dépressions fermées.

En profondeur, le karst semble se développer principalement sous la forme de gouffres verticaux qui atteignent une base inégale d’environ 300 m jusqu’à la base de la série carbonatée du Crétacé. A ce niveau, une série de galeries convergent vers la vallée de Sainte Engrace, en raison de la disposition structurelle.

Le climat du massif de pierre de San Martín peut être classé comme océanique et montagnard, avec les fronts provenant du O-NO et ceux qui transportent les principales précipitations. À partir de 1 000 mètres d'altitude, il est courant de trouver de la neige entre novembre et juin et de la conserver plus longtemps dans de nombreuses dépressions karstiques et en particulier dans certains abîmes. Les précipitations annuelles dépassent 2 000 mm, pratiquement dans toute la zone considérée; Il existe des enregistrements de 2 750 mm à 1 460 m d'altitude et de 3 330 mm à 1 590 m, les deux chiffres correspondant à la moyenne sur une période de plusieurs années. Il y a un maximum de précipitations en automne et un autre, légèrement moins important au printemps. Les précipitations hivernales sont légèrement supérieures à celles de l'été et principalement sous forme de neige.

En ce qui concerne la température, les étés sont relativement frais et on peut estimer que tous les 100 m d'altitude, la température moyenne annuelle chute d'environ 0,5 ° C.

Le développement remarquable de la fracturation et de la karstification sur le massif de la pierre de San Martín a pour conséquence que la majeure partie de la circulation de l'eau se fait sous terre. Circulation de l'eau conditionnée par le lit imperméable de schistes paléozoïques. Cependant, à certains endroits, comme dans la Sala de la Verna, ce niveau peut être dépassé et la karstification se poursuit dans les couches carbonatées du Paléozoïque.

On peut supposer l’existence d’un réservoir souterrain qui s’étendrait de la vallée de Sainte Engrace au Rincon de Belagua et serait drainé par les remontées d’Illamina et de Bentia situées au fond de la vallée. Le module annuel de l'émergence d'Illamina est de 5 640 l / s; le minimum 350 l / sec. et le maximum 49 000 l / sec. Les valeurs correspondant à Bentia sont 2370 l / sec. module annuel, 330 l / sec. valeur minimale et 20 000 l / sec. maximum (Ravier, F. 1954).

Extrapoler les données de bilan hydrique préparées pour le secteur correspondant à Navarra (40 km2) à l’ensemble du massif d’une superficie de 120 km2 (65 km2 côté français et 55 km2 côté espagnol, dont 40 km2 Navarre) Avec une pluviométrie annuelle de 2 500 mm, on obtient des ressources en eau souterraines d’environ 240 Hm3 / an qui alimenteront l’aquifère mentionné. Parmi eux, environ 75 Hm3 / an proviennent du territoire de Navarre et environ 30 Hm3 / an de la partie de Huesca et les autres du côté français.

http://www.enciclopedianavarra.com/?page_id=12744

View more external

Waypoint

Aparcamiento

Waypoint

Ticket 5€

Waypoint

Embalse/lago

Waypoint

Cueva

Waypoint

Cascada

Waypoint

Puente colgante

Waypoint

Túnel

6 commentaires

  • Photo de kVA

    kVA 2 août 2017

    I have followed this trail  View more

    Aunque es necesario pagar una entrada de 6,00 € por persona para acceder a la garganta, lo cierto es que esta excursión es muy recomendable. Las pasarelas, la cascada, la gruta, y el río dentro de la garganta son muy bonitos. No nos ha gustado la presencia de algunos paneles fotovoltaicos que alimentan los puntos de socorro (existen otras soluciones con menor impacto visual), ni la excesiva cantidad de turistas, (hoy es 1 de agosto).
    Aunque el GPS pierde la cobertura de satélites en alguna ocasión, fruto de la profundidad de la garganta, la ruta no tiene pérdida posible.

  • Photo de avhinojosa

    avhinojosa 2 août 2017

    Gracias por el comentario y la valoración. Efectivamente no hay pérdida sin GPS. El objetivo del track en Wikiloc es dar a conocer esa belleza de ruta y la información necesaria para llegar al inicio y conocer más el lugar.

    La masificación es un problema en general en los entornos de gran interés paisajístico. El cobrar 6 euros me molestó en un principio, pero reconozco que es una manera de limitar el número de entradas y concienciar de la importancia de respetar y cuidar esos lugares, aunque otra solución podría ser limitar un número por día con reserva previa. Se está haciendo en la cima del Teide y ahora en la playa de las Catedrales, por poner dos ejemplos. Saludos

  • Photo de CHANDRIOS 🐐

    CHANDRIOS 🐐 19 août 2018

    Buena información gracias pero un apunte se puede hacer con perro
    Un saludo😉🐕

  • Photo de avhinojosa

    avhinojosa 20 août 2018

    Gracias, Chandrios, por la información sobre la autorización de llevar perros.

  • porxu 6 août 2019

    I have followed this trail  View more

    La ruta es una maravilla, y el paisaje increible. Si hay que poner una pega es la cantidad de gente que hay, que en algún tramo "aéreo" o en la cueva del final donde hay aglomeraciones. Vale la pena pagar la entrada para que lo mantengan en tan buenas condiciones. Muy fresco incluso en pleno verano.

  • Photo de avhinojosa

    avhinojosa 6 août 2019

    Gracias, porxu, por tu comentario y valoración. Efectivamente, la masificación es y va a ser un gran problema en el futuro en ciertos senderos o monumentos naturales. La solución que se está dando es poner límites de visitantes por cada día. Es inevitable.
    El tema de la seguridad, aparentemente buena como proporcionar cascos, no es tal. El efecto de la masa, con todo tipo de personas y condición, da alas a continuar y hacer tramos, que posiblemente no se hiciera en caso de ir solo. Es raro que no haya más accidentes. Cuando estuve, no recuerdo haber visto a nadie vigilando y advirtiendo de los riesgos.

    Estoy de acuerdo de que, aunque "duela" pagar, en ciertos casos merece la pena para disfrutar sin la masificación excesiva y por la conservación de tan bellos parajes. Saludos

You can or this trail