-
-
2 742 m
2 008 m
0
3,2
6,4
12,88 km

Vu 855 fois, téléchargé 34 fois

près de Tàmers, Trentino - Alto Adige (Italia)

A Trip exported from GARMIN Dakota 20
Départ 7h30, arrivée 12h10, 13,4 km, D+ 1120 m, D- 389 m, itinéraire assez peu balisé mais on peut difficilement se tromper. Difficulté T3. Beau temps devenant orageux à partir de 11h30 puis quelques giboulées de grésil.
Nous avons commencé par suivre le chemin marqué « 10-11 » qui, après une série de lacets, débouche sur un plateau rocailleux avant d’atteindre le Col di Limo (2.174m) puis le lac éponyme (2.159m). Au sud du lac, nous avons continué sur la piste « 11 » cheminant le long d'alpages vallonnés en direction du chalet Fànes Grande (2.100m) et poursuivant le long du chemin « 11 » vers le sud-ouest jusqu’au Ju da l’Ega (2.157m). Nous avons pris ensuite le chemin « 20b », une montée caillouteuse, suivie d'un sentier balcon agrémenté d'un bref passage rocheux qui demande un peu d'attention, menant à la Forcella di Lech (2.486m). Nous voici au sommet d'une des plus belles descentes de notre randonnée : un sentier très raide, entre les parois verticales du Piza di Lech (2.654m) et la Cima Scotoni (2.874m), véritable saignée qui, en hiver, doit être un couloir avalancheux particulièrement bien nourri. Le sentier, superbement aménagé, suscite l’admiration car il doit chaque année faire l'objet d'une réfection sur ses 250m de dénivelé jusqu'au petit lago Lagazuòi : les virages serrés sont sécurisés, les marches bien marquées, soutenues par des billes de bois, des éléments métalliques... Sur ce versant pousse une flore remarquable constituée de pavots des alpes et de centaines de fleurettes qui subsistent encore en ce début d'automne, probablement en raison de sa situation abritée et peu ensoleillée.
C'est une longue et monotone montée vers le sud, mais quel spectacle que celui de la face ouest de la Cima Scotoni. Alors que nous remontons par le sentier « 20 » en direction du Rigugio Lagazuòi (2.752m), un fin grésil se met à tomber. Il nous reste encore 200 mètres de montée alors que s’aperçoivent de nombreux trous dans la paroi, restes des abris creusés dans le rocher lors du conflit de 1915-1918. Des plaques explicatives disposées sur le parcours émaillent la montée et c'est enfin le chantier de pose de canons à neige qui nous fait progresser dans une boue rougeâtre, jusqu'au refuge, à deux pas de la gare d'arrivée d'un téléphérique qui fonctionne toute l'année. Beaucoup de monde au refuge en ce vendredi soir, accueil correct disons commercial.
À la fin de l'après-midi, le grésil se transforme en gracieux flocons qui s'accumulent sous un fort vent du Nord.
Christian
http://parcourir-le-monde.com

View more external

Commentaires

    You can or this trail