-
-
2 201 m
1 703 m
0
2,3
4,6
9,2 km

Vu 1320 fois, téléchargé 52 fois

près de Coi, Veneto (Italia)

A Trip exported from GARMIN Dakota 20
Départ 8h, arrivée 12h, 9,3 km, D+ 396 m, D- 819 m, itinéraire bien balisé. Difficulté T2. Nous ferons la majeure partie de l'étape avec le brouillard.
Avec le petit déjeuner, le gardien du refuge nous sert la météo locale, nous promettant une journée sans pluie et nous avons très envie de le croire car une brume bien humide nous prive de l'ensemble du paysage.
Le sentier « 560 » grimpe à la Forcella Coldaï (2.191m), au-dessus du petit lac éponyme alors que la brume se déchire permettant de voir les parois impressionnantes de la face nord de la Civetta, haute de 1.200 mètres et longue de six kilomètres !
Sur la crête sud de la Torre Coldai, deux chamois nous font la joie de se montrer, leur silhouette se découpant élégamment sur le ciel.
Le parcours vallonné – que nous ferons en compagnie d’un groupe de sympathiques randonneurs parisiens - nous amène tout d'abord au col Negro Coldai (2.203m), puis passe au pied des pierriers sous la face nord de la Civetta où ont été ouvertes de très grandes voies d’escalade, comme la fameuse voie Solleder-Lettembauer, en 1925 (première voie niveau VI… avec le matériel de l’époque !). Inséré dans cette immense muraille, un glacier bien caractéristique, dont la forme rappelle celle du Glacier Carré de la Meige.
Depuis la Forcella di Col Roàn (2.017m) où nous laissons sur notre droite le sentier qui mène au Rifugio Tissi, annoncé à 20 minutes, notre itinéraire continue plein sud au travers de gros blocs de calcaire, entre lesquels le sentier se faufile, bien balisé par des cairns : dans les Dolomites la matière première pour l’édification des cairns ne manque pas !
L’immense paroi continue vers le sud offrant au regard une série de tours et sommets secondaires dont celui de la Su Alto (2.951m) avec son splendide spigolo nord-ouest, où une voie a été ouverte par Georges Livanos et Robert Gabriel en 1951. Cette ascension avait constitué une avancée mémorable dans le monde de l’escalade : ce fut la voie la plus difficile ouverte dans les Dolomites à cette époque. Mais la voie d’existe plus : un éboulement gigantesque l’a détruite le 16 novembre 2013, entrainant la destruction totale du spigolo. Nous sommes impressionnés par la taille de cette saignée et par l’énormité de l’amoncellement de blocs de rochers et de dépôts sablonneux qui se sont accumulés à ses pieds ; ces dépôts se mélangent aux restes de neige des avalanches.
Traversant le val Civetta au milieu des épicéas, nous arrivons au début d'un synclinal verdoyant, aux allures quelque peu jurassiennes, que les troupeaux ont manifestement quitté depuis peu. Le terrain est spongieux, avec une végétation caractéristique : on longe une tourbière, traverse un ruisseau qui murmure en passant et nous admirons la grande variété de fleurs qui sont encore bien épanouies. Les colchiques dominent et chacun de chanter allègrement la comptine.
La brume se déchire laissant apparaître la Torre Venezia et sa formidable face sud, point sud extrême de la Civetta … J’en ai réalisé l’ascension par la voie Tissi lorsque j’avais 23 ans. J’ai essayé de me souvenir du tracé de l’itinéraire, d’apercevoir le pin mugo sur lequel nous avions fait relais avant la traversée de 40 mètres très impressionnante et délicate, toujours classée en VI- ! Souvenirs, souvenirs….
Au sentier fait rapidement suite une piste descendante, pierreuse et inconfortable. Le Rifugio Vazzoler est là, blotti dans une clairière au milieu des mélèzes, à 1.714 m d'altitude. À côté du refuge une jolie chapelle et... la niche du chien.
La brume est à nouveau bien présente, générant une humidité tenace. En début de soirée, nous avons apprécié la douce chaleur du poêle : le refuge n'est pas plein et dans notre chambrette, nous pouvons ainsi bénéficier d'une couverture supplémentaire... Le bonheur tient à si peu de chose !
Christian
http://parcourir-le-monde.com

View more external

Commentaires

    You can or this trail