Durée  30 days 4 hours 20 minutes

Coordonnées 44849

Publié 23 juin 2019

Recorded juin 2019

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
1 513 m
170 m
0
210
420
839,92 km

Vu 1806 fois, téléchargé 191 fois

près de Saint-Jean-Pied-de-Port, Nouvelle-Aquitaine (France)

|
Afficher l'original
À mon avis, le Camino de Santiago Francés est une œuvre parfaite et, en tant que tel, il n’admet pas de divisions ni d’interprétations. Vous ne pouvez vous déconnecter que lorsque vous le faites complètement et vous réalisez alors le degré de "faux empoisonnement" qui nous entoure. La voie est sport, culture, communication, introspection, résistance et bien d’autres choses, mais aussi un hommage bien mérité aux pèlerins du Moyen Âge qui ont risqué leur vie pour leurs convictions.

Tout a commencé avec l’apparition des restes décapités de l’apôtre Saint-Jacques, vers 813 environ. Nous savons que son martyre s’est produit en 44, au cours de la persécution chrétienne ordonnée par Hérode Agrippa et que son corps a été transporté par bateau en Galice. la prédication Il a été enterré dans une forêt près d'Iria Flavia. La construction du temple commence en l'an 1 075 et se termine 136 ans plus tard. C'est donc un pèlerinage de plus de 1100 ans. Quelque chose d'extraordinaire qui dépasse le concept de mode ou de tendance et a actuellement plus de vigueur à l'étranger qu'en Espagne.

Il n’est pas difficile pour moi de reconnaître que cela a été un moment dans ma vie. Je l'ai fait avec ma femme et je le recommande sans aucun doute, à commencer par Saint Jean de Pied de Port. L’expérience peut être résumée dans "CROIRE C’EST LE POUVOIR" ou peut-être "FAITH MOVES MOUNTAINS".

31 étapes + 2 jours à Pamplona / Saint Jean et 2 jours pour profiter de Santiago / Fisterra et retour = 35 jours

En ce qui concerne la piste, indiquez que le Camino est quelque chose de vivant. J'ai utilisé l'un des 2016 de collègue CHASQUERA, que je remercie. Depuis lors, de nombreux changements positifs ont eu lieu, certains forcés par la nouvelle infrastructure, mais d'autres sont très intéressants, tels que l'entrée à Burgos qui suit le cours de la rivière Arlanzón, qui transforme un point noir du Camino en une joie.

En général, mes recommandations seraient les suivantes: ne vous arrêtez pas à Terradillos de los Templarios et passez à Moratinos. Supprimez l'arrêt à San Martín del Camino (en raison de mauvaises installations) et arrivez à l'Hôpital de Órbigo, avec tous les services et possibilité de profiter du pont sur la rivière Órbigo éclairé par LED, un spectacle. Je recommande de dormir à Foncebadón, une ville en reconstruction, mais ce sera bientôt le point transcendant du Camino. Endroit inoubliable. Dormir ici vous permet de rejoindre d'abord Cruz del Ferro, avant que ce ne soit un foyer de pèlerins. Le brouillard apporte toujours un atout supplémentaire de beauté et d'intrigue, qui ne se produit que tôt le matin. À l'étape 4 (Pamplona-Puente de la Reina), nous recommandons la déviation vers l'Ermitage d'Eunate et dans l'étape 21 (Astorga-Foncebadón), dans laquelle la Maragatería est traversée, il est intéressant de se diriger vers la ville de Castrillo de los Polvazares. .

Enfin, je recommande la visite guidée du Portique de la Gloria de Maître Mateo, dans la cathédrale de Santiago, sans aucun doute un chef-d’œuvre de la sculpture médiévale. Il est essentiel de réserver en ligne.

La capacité du texte étant réduite, je ne détaille que les trois premières étapes. Surmontant ceux-ci, le pèlerin est en parfait état pour avancer par lui-même.

1ère étape: Saint Jean Pied de Port - Orreaga / Roncevaux (20/05/2019)
25 km et 1 270 mètres de pente +
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 33,44 km
Dépense énergétique: 4 390 calories

Il existe deux itinéraires officiels, l'un passant par Valcarlos en suivant la N-135 / D-933 et l'autre par le GR 65 (connu sous le nom de chemin Napoléon). En arrivant en bus de Pampelune, nous avons pu suivre une partie de la première possibilité et nous avons vu des pèlerins transiter par des zones très exposées au passage de véhicules car il n’ya pas d’épaule dans une zone courbe. Nous excluons cette possibilité. Comme il pleuvait abondamment, nous nous sommes renseignés sur la situation de la deuxième route et ils nous ont recommandé de tourner à droite au sommet de l’Astobicar (environ 500 mètres avant le col de Lepoeder - 1410 m environ) en passant à droite. Ibañeta (1040), qui a moins de pente et qui est plus sûre par mauvais temps.

Nous avons séjourné à La Villa Esponda, un endroit avec quelques chambres fortement recommandé et bien situé. Nous déjeunons à Au Cap Fain, juste en dehors du village, en direction de la route Napoléon, l’un des rares endroits qui ouvre à 6h30. Parfait pour le café et préparer une collation. Nous sommes arrivés à 7h et à 7h15 nous étions déjà sur le chemin. Dans cette première étape, il est important de ne pas perdre de temps et de prendre un sandwich pour l'emmener dans l'épaisse et isolée forêt de hêtres.

Bientôt, nous trouvons la ferme Ithurbia, l'auberge Honto (km 5), le refuge Kayola et au km 8 l'auberge D´Orisson avec tous les services. 3,8 km plus tard, vous verrez l'image de la Vierge de Biakorri sur une crête rocheuse. Dans cette première partie de la visite, nous allons faire des étendues d’asphalte et d’autres saletés, qui sont faites avec un certain confort malgré les fortes pluies de la journée précédente. Beau circuit avec une vue magnifique sur les prairies et les forêts de la région Aquitaine.

Le GR-65 passe sur une route goudronnée et continue jusqu'à la Croix de Thibault, où nous verrons des moutons de race Manech et des chevaux à la crinière belle et variée. Nous traversons la Fontaine et le Passage Roland, qui rappellent la défaite et la mort du neveu de Charlemagne (Roland / Roldan) devant les troupes basques en 778. Nous passerons ensuite à travers de magnifiques forêts de hêtres et verrons le monument en pierre qui marque fin du territoire français et entrée en Navarre.

Bientôt nous atteignons le Col de Lepoeder (1410). En raison du brouillard, nous n’avons pas vu le détour par le col d’Ibañeta (1040) et la piste que j’utilise me mène à la zone de forte pente de descente, la même que nous avions recommandé de ne pas suivre. Je pense que l'erreur a été chanceuse. La pente n’est pas tellement importante, je dirais qu’elle est modérée et ne nécessite que quelques expériences préalables en montagne. C'est vrai qu'il y avait beaucoup de boue accumulée, mais le prix était de profiter des forêts de hêtres les plus impures et les plus impressionnantes que j'ai jamais vues !!!!!

En 7 heures, nous étions à Roncesvalles, mais pour faire cela, il faut être en forme et avoir une expérience de randonnée. Étape spectaculaire, sans doute l'une des plus belles du Camino et des plus montagneuses.

2ème étape: Orreaga / Roncesvalles - Zubiri (21/05/2019)
21,5 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 29,50 km
Dépense énergétique: 3.280 calories

Nous avons séjourné au Pilgrims Hostel à Roncesvalles. 25 € personne en demi-pension. Dîner et petit déjeuner à La Posada. Recommandé À 6 heures du matin, ils réveillent tous les pèlerins avec de la musique grégorienne. Petit déjeuner à 7 heures

Le Camino commence juste en face de La Posada, longe le côté droit de la route et traverse la magnifique forêt de Sorginaritzaga ou Robledal de Brujas. À environ 100 mètres, de l'autre côté de la route, vous pouvez voir la Croix des pèlerins, une croisière gothique transférée à cet endroit par le prieur Francisco Polite en 1880.

Nous traversons Burguete / Auritz par la rue San Nicolás où se dressent de nombreuses maisons aux 18ème et 19ème siècles. Nous voyons l’Hostal Burguete qui fait référence à Hemingway et à son travail Fiesta (1926), où il immortalise cette ville qu’il aimait venir pêcher. Plus tard, nous traversons une passerelle sur la rivière Urrobi et nous nous dirigeons vers Espinal / Aurizberri, fondée en 1269 par le roi Navarro Teobaldo II, où se distingue la paroisse de San Bartolomé, de style Renaissance de 1961. Nous traverserons un impressionnant hêtre avec sous-bois de buis. , houx et fougères.

Au km 14, nous trouvons Bizkarreta / Gerendiain, connue au XIIe siècle sous le nom de Biscaretum qui possédait un hôpital pour pèlerins, aujourd'hui disparue. À l'entrée, nous trouvons le Dena Ona Bar, un bon endroit pour reprendre des forces.

Nous arrivons à Lintzoain, centre géographique de la vallée de l'Erro et capitale administrative. L'église de San Saturnino en pierre de rosacée est romane du XIIIe siècle, rénovée au s. XVI. Il est situé au sommet de la ville à 150 mètres du Camino. Nous passons devant le fronton basque de la ville et faisons un détour par Alto de Erro situé à 4 km. Les premières rampes à la sortie de la ville sont difficiles, mais descendent ensuite.

Dans l’Alto de Erro, outre plusieurs tours d’antenne très désagréables, un bar mobile est installé d’avril à fin octobre pour savourer un soda avant de procéder à la descente vertigineuse et difficile de Zubiri, entre d’abondants buis qui s’enroulent le chemin. Enfin, nous arrivons à Zubiri (vallée d'Esteribar), accessible par le pont médiéval à 2 yeux, connu sous le nom de "pont de la rage" sur la rivière Arga, où la légende dit que les restes de Santa Quiteria sont apparus à Construisez le pont au 12ème siècle.

Nous avons séjourné à l'hôtel Txantxorena, franchement luxueux, merveilleux, mais peut-être que si je devais y retourner, j'utiliserais une chambre dans l'une des deux auberges privées situées à côté de la rivière Arga (probablement la Pensión Zubiaren Etxea, plus fidèle au sentiment du pèlerin).

3ème étape: Zubiri - Iruña / Pamplona (22.05.2019)
20,4 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 28,60 km
Dépense énergétique: 3 431 calories

Stade différent des précédents. C'est un itinéraire moins exigeant, mais très varié et reconnaissant, qui longe beaucoup le fleuve Arga, qui irrigue la vallée d'Esteribar. Nous passerons plusieurs ponts: La Rabia à Zubiri, les Bandits à Larrasoaña, celui d'Iturgaiz à Irutz, celui de la Trinidad à Villaba (la rivière Ultzania à son embouchure à l'Arga) et enfin celui de la Magdalena à son arrivée à Pampelune.

Nous quittons Zubiri en revenant sur le pont de la Rage et prenons la sortie pour Pampelune. À un kilomètre de distance, nous trouvons l’usine Magna, une société fondée en 1945 pour l’exploitation de la magnésite. Nous descendons une rampe d'escalier en bois et à 3 km, nous sommes situés à ILarratz, où nous soulignons son auberge et l'ermitage de Santa Lucia ou "La Abadía", construit comme un fort au XIIe siècle et transformé en chapelle au XIIIe siècle. Il a un beau jardin où se distingue la présence d'un spectaculaire camélia à fleurs blanches.

Pour atteindre Esquiroz, il faut traverser un bosquet de rosiers sauvages, de ronces et de fougères, qui laissent une étroite galerie de passages. Nous nous tournons vers Larasoaña et passons par Akerreta où nous entrons en contact avec le fleuve Arga que nous suivrons sur sa rive gauche. Particulièrement belle section où l'on trouve des érables abondants.

Nous arrivons à Zuriain et passons son magnifique pont. Nous nous arrêtons pour reprendre des forces dans l'intéressante auberge de jeunesse Posada de Zuriain, ouverte en 2014. Nous montons ensuite et le chemin prend un peu de perspective jusqu'à Irotz, à l'entrée duquel se trouve le fourneau du même nom. , restaurant spécialisé dans les petits déjeuners faits maison et cazuelica. Nous passons devant l'église de San Pedro et arrivons au pont d'Iturgaiz, d'origine romane réhabilitée le siècle dernier. À la périphérie, nous trouvons une mine abandonnée à Irotz. Peu après, nous tournons à droite et montons vers l'église de San Esteban (Zabaldica). Depuis le début du XIIIe siècle, elle n'a pas subi de modifications majeures et a été construite dans des stalles de style roman de transition. Ça vaut le détour. On dit que l'une de ses cloches est la plus ancienne de Navarre.

Nous arrivons à Villaba, traversons le pont de la Trinité de 55 mètres de long sur 6 mètres de large et visitons l’ermitage de la Sainte Trinité d’Arre, un des lieux les plus charmants du parc de la rivière Arga, dont l’origine est située à le douzième siècle À côté de l'Ermitage médiéval se trouve l'auberge du pèlerin où les maristes HH agissent comme hospitaleros.

Enfin nous arrivons à Pampelune en traversant son parc fluvial à côté de la rivière Arga, nous passons le pont de Magdalena, nous bordons les fortifications et les douves des murs, à côté du bastion Notre-Dame de Guadalupe, nous passons par le pont-levis et nous entrons dans le portail France de l'année 1583, direction l'hôtel Maisonave où nous avons séjourné.

Dans l'après-midi, visite guidée des pèlerins à la cathédrale de Santa María la Real, à la salle du chapitre (impressionnante) et à la salle où sont conservées les images de vierges de différentes chapelles de villes de Navarre (essentiellement romanesques). Nous voyons l'escalier hélicoïdal d'accès à la superclauster de la fin du XVe siècle, la porte de style gothique du XIVe siècle, qui donnait accès à la salle des chanoines et à la chapelle Barbazana, dédiée au puissant évêque Arnaldo de Barbazán, dont le sphinx est situé Il a fait en 1355. La visite se termine dans l'église de San Saturnino (patron de Pampelune), où l'on voit San Juan Evangelista et l'apôtre Santiago sur une image d'une "bulle de sacrifice", en relation avec le martyre de San Saturnino, rien Cela a à voir avec les enfermements, malgré sa relation claire avec San Fermín (patron de la Navarre). Ils étaient contemporains et San Saturnino baptisait San Fermín. Dans l'église de San Saturnino, il y a une image de la Virgen del Camino, où la messe des pèlerins est célébrée à 19h00.

4ème étape: Iruña / Pampelune - Gares / Pont de la Reine (23/05/2019)
24 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 34,53 km
Dépense énergétique: 3 500 calories

Au km 19,5 (Muruzabal), nous recommandons le détour par l'ermitage roman de Santa María de Eunate, œuvre transcendante de l'ordre des Templiers. Vous revenez au Camino dans la belle ville d'Obanos. Ils ne sont plus que trois kilomètres, mais l’Ermitage d’Eunate le mérite, construit en 1.170 constitue sa Confrérie vers 1200, qui reste en activité jusqu’à 1816. Depuis 1997, il a été revitalisé et compte actuellement plus de 600 frères qui viennent chaque année en pèlerinage le dernier samedi de mai.

5ème étape: Pont de la Reine - Estella / Lizarra (24/05/2019)
22 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 30,9 km
Dépense énergétique: 3 420 calories

6ème étape: Estella / Lizarra - Torres del Río (25.05.2019)
29 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 35,64 km
Dépense énergétique: 3 544 calories

Première étape d'un long voyage, il convient de prendre certaines précautions car la fin devient difficile. Nous vous conseillons de manger dans la belle ville de Sansol et de faire les deux derniers kilomètres une fois remplacés. Nous avons séjourné à l'Hostal Rural San Andrés, qui dispose de confortables chambres doubles avec salle de bain. Recommandé

Nous soulignons l'église du Saint-Sépulcre à Torres del Río. Temple octogonal du XIIe siècle. Ouvrage clé de la Navarre romane réalisé par l'Ordre des Templiers. L'enseignant qui l'a conçu et les sculpteurs qui l'ont décorée étaient des mudéjars de Cordoue. Elle était liée à l'ermitage de Santa María de Eunate. Monument artistique historique depuis 1932.

7ème étape: Torres del Río - Logroño (05/26/2019)
20 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 29,80 km
Dépense énergétique: 3 230 calories

8ème étape: Logroño - Nájera (27/05/2019)
29,6 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 38,90 km
Dépense énergétique: 3 490 calories

9ème étape: Nájera - Saint Domingue de la Calzada (28/05/2019)
21 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 31,79 km
Dépense énergétique: 3 323 calories

Ici, la recommandation est le restaurant Casa Hidalgo, situé au premier étage. La nourriture fantastique faite maison, idéale pour le pèlerin, monte également au clocher de la tour de la cathédrale.

10ème étape: Santo Domingo de la Calzada - Belorado (29.05.2019)
22,70 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 31,14 km
Dépense énergétique: 3.198 calories

Belorado, ville agréable et confortable, avec une Plaza Mayor qui, en été, est à l’ombre grâce à un curieux arrangement de forêt. Nous avons séjourné à La Huella del Camino et avons été heureux.

11ème étape: Belorado - Agés (05/30/2019)
27,40 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 37,75 km
Dépense énergétique: 3.650 calories

12ème étape: Agés - Burgos (31/05/2019)
23 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 32,42 km
Dépense énergétique: 3 340 calories

Nous entrons dans Burgos en suivant le cours de la rivière Arlanzón, qui sera bientôt la voie officielle, car elle réunit toutes les attractions nécessaires. Un grand succès.

13ème étape: Burgos - Hontanas (06/01/2019)
31,10 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 43,46 km
Dépense énergétique: 3 662 calories

Nous avons séjourné à l'auberge El Puntido, plus que correct

14ème étape: Hontanas - Boadilla del Camino (06/02/2019)
28,50 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 37,28 km
Dépense énergétique: 3 487 calories

Nous soulignons le passage à Castrojeriz, célèbre pour les privilèges accordés en 974, l’un des premiers accordés dans le royaume de Castille. Le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 eut sa réplique ici, détruisant 2 églises et le château médiéval. Nous avons ensuite une courte mais difficile montée vers la Teso de Mostelares (1,3 km à 12%), d'où nous avons une vue fantastique sur la Tierra de Campos (Palencia).

Boadilla del Camino et son répertoire juridictionnel (XVe siècle), symbole de la souveraineté de la ville, grâce au privilège accordé par Henri IV, confirmé par les souverains catholiques en 1482. L'Hotel En El Camino possède également une auberge de jeunesse bien équipée.

15ème étape: Boadilla del Camino - Carrière de Condes (06/03/2019)
24,60 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 35,93 km
Dépense énergétique: 3 438 calories

Aujourd'hui, nous allons profiter d'un bon projet d'hydraulique: le canal de Castille. 207 km de canaux d'une largeur maximale de 22 mètres. Les travaux ont commencé en 1753 et ont été inaugurés le 14 décembre 1849. Ils avaient pour but d'amener les céréales de Castille dans la mer Cantabrique. Prenez l'eau de Pisuerga et apportez-la à Pisuerga et Carrión. Nous allons traverser la zone des vannes d’inondation qui permet de surmonter la pente accumulée.

16ème étape: Carrión de los Condes - Moratinos (06/04/2019)
30 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 42 km
Dépense énergétique: 3 471 calories

17ème étape: Moratinos - El Burgo Ranero (06/05/2019)
27,30 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 34,34 km
Dépense énergétique: 3 317 calories

18ème étape: El Burgo Ranero - León (06/06/2019)
37,10 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 28,83 km
Dépense énergétique: 3 264 calories

Nous partons à 6h15 de El Burgo Ranero, prenant déjà notre petit déjeuner à un taux important, proche de 6 km / heure en direction de Mansilla de las Mulas. À 10h30, nous sommes à la gare routière de Mansilla (km 19), où ALSA, pour 1,70 €, nous place à la gare centrale de León à 11h10. Comme dit le proverbe "si vous devez marcher, marchez, mais marchez pour rien ...". De cette façon, nous avons plus de temps pour voir León qui le mérite et nous évitons de passer par des zones industrielles qui empêchent le pèlerinage.

À León, nous vous recommandons de séjourner à l'Hospedería Monastica PAX, sur la fantastique Plaza del Grano (ou Plaza de Santa María del Camino). Il a un hôtel et une auberge. Installations rénovées avec succès dans un ancien couvent. Très proche de l'église Notre-Dame du Marché, qui a déjà été documentée en l'an 1092 et à deux pas du quartier humide de León.

19ème étape: León - San Martín del Camino (06/07/2019)
25,90 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 37,13 km
Dépense énergétique: 3 425 calories

San Martín del Camino n'est pas une bonne fin d'étape. Nous pensons qu’il vaut la peine de faire un effort pour se rendre à l’hôpital Órbigo.

20ème étape: San Martín del Camino - Astorga (06/08/2019)
24,42 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 40,20 km
Dépense énergétique: 3.680 calories

21ème étape: Astorga - Foncebadón (06/09/2019)
25,90 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 36,80 km
Dépense énergétique: 3 441 calories

Magnifique étape de la tournée de La Maragatería. Je recommande de dévier à Murias de Rechivaldo de passer par Castrillo de los Polvazares. Le retour au Camino se fait à l'entrée de Santa Catalina de Somoza. C'est un détour de seulement 2,5 km, mais cela en vaut la peine. Nous soulignons également Foncebadón situé dans un lieu exceptionnel. En terminant l'étape ici, vous pourrez profiter de la Cruz de Ferro sans foule. Nous avons séjourné à El TRASGU, bien équipé mais il n’ya que 5 chambres, c’est pratique de réserver à l’avance.

22ème étape: Foncebadón - Ponferrada (06/10/2019)
27,90 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 40,37 km
Dépense énergétique: 3.605 calories

23ème étape: Ponferrada - Villafranca del Bierzo (06/11/2019)
24,10 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 30,61 km
Dépense énergétique: 3 246 calories

Belle étape et Villafranca del Bierzo belle ville. Nous avons séjourné à l'hôtel Plaza Mayor, bon choix, ainsi que le restaurant El Padrino, fantastique.

24ème étape: Villafranca del Bierzo - O Cebreiro (06/12/2019)
28,40 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 39,20 km
Dépense énergétique: 3 440 calories

Une des grandes étapes, tout est intéressant

25ème étape: O Cebreiro - Triacastela (06/13/2019)
21,10 km
Total marche du jour, visites culturelles comprises: 31,12 km
Dépense énergétique: 3 231 calories

Belle descente de O Biuedo (Concello de Triacastella) jusqu'à Ramil, où nous passons devant un impressionnant marronnier de plus de 800 ans, avec un tronc de plus de 8 mètres. Pour souligner les magnifiques forêts de chênes, châtaigniers et noyers que nous traversons.

26ème étape: Triacastela - Sarria (14/06/2019)
18.30 kms
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 32,06 km
Dépense énergétique: 3.158 calories

Les triacastelanos discutent du changement de nom de la rivière Oribio, qui à la sortie du terme municipal se trouve être dénommé rivière Sarria. Ils ne disent pas que la rivière Sarria est formée par les apports des montagnes Oribio, Meda et Albela, l'apport du mont Oribio étant le plus petit d'entre eux.

À la sortie de Triacastela, vous devez choisir entre le monastère de Samos ou la variante de San Xil. Nous avons choisi ce dernier et nous ne regrettons pas les paysages spectaculaires.

27ème étape: Sarria - Portomarín (15/06/2019)
22,40 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 34,49 km
Dépense énergétique: 3'399 calories

28ème étape: Portomarín - Palas de Rei (16/06/2019)
25,0 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 36,70 km
Dépense énergétique: 3 346 calories

29ème étape: Palas de Rei - Arzúa (06/17/2019)
28,80 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 42,74 km
Dépense énergétique: 3 592 calories

Nous vous recommandons de rester au Fogar de Lecer. Il se trouve à la périphérie de la ville mais présente de nombreux avantages.

30ème étape: Arzúa - O Pedrouzo / Arga (06/18/2019)
19,10 km
Total marche de la journée, visites culturelles comprises: 25,03 km
Dépense énergétique: 2 980 calories

Nous recommandons l'hébergement à Casa Rural Santaia, ancienne maison paroissiale. Excellent à tous points de vue, situé à côté de la curieuse église de Santa Eulalia de Arca, de style roman-gothique du XVIIe siècle.

31ème étape: O Pedrouzo / Arga - Santiago (19/06/2019)
20 km
Total de la marche du jour, visites culturelles comprises: 29,75 km
Dépense énergétique: 3 210 calories

Étape marquée par la tension de Santiago et la dureté de Monte do Gozo
Waypoint

Orreaga/Roncesvalles 1

Monasterio Roncesvalles
Waypoint

Orreaga/Roncesvalles 2

Hostal La Posada
Waypoint

Zubiri

Waypoint

Iruña/Pamplona

|
Afficher l'original
Waypoint

Puente la Reina

Étape marquée par l'Alto del Perdón et son monument au pèlerin de Vicente Galbete. Intéressant le détour de Santa María de Eunate, ermitage roman de la seconde moitié du 12ème siècle. À Puente de la Reina, vous devez visiter l’Église du Crucifix, datant de 1146, d’origine templière. Le JAKUE Hotel-Hostel est un bon choix d’hébergement. Il présente un bon rapport qualité-prix.
|
Afficher l'original
Waypoint

Estella/Lizarra

Les vignes commencent à remplacer les champs de céréales. Souligne Cirauqui situé au sommet d’une colline, en descendant nous trouvons une voie romaine bien conservée avec son pont. À Villatuerta, l'église gothique de l'Annonciation avec l'image de San Veremundo à la porte. À l'intérieur des fresques découvertes en 1988, par Santa Catalina et Santa Águeda. À proximité, après une montée en puissance, la petite église de San Miguel, l’une des plus anciennes de Navarre. Nous arrivons à Estella en longeant la rivière Ega et passons devant l'impressionnante façade de l'église du Saint-Sépulcre, le refuge Curtidores rénové et le pont de la prison.
|
Afficher l'original
Waypoint

Logroño

Le WP de Torres del Río est manquant, mais la piste est correcte. Étape 6: Estella-Torres del Río et Étape 7: Torres del Río - Logroño. Deux belles étapes marquées par les vignes et la culture du vin. Dans le premier, nous avons mentionné le monastère d'Irache et la ville d'Azqueta, où nous sommes arrivés après une belle forêt de chênes verts, de quejigos, de genévriers et de buis dans la Sierra de Montejurra. Si vous pouvez contacter, il est intéressant d'avoir une conversation avec Pablito Sanz "85 ans et une vie pleine d'anecdotes du Camino de Santiago." Dans l'étape 7, nous soulignons le Barranco de Cornava et le passage par Viana, où nous avons dû attendre 30 minutes à l'ouverture de l'église de Santa María, construite entre 1250 et 1312, cela en valait certainement la peine. Monument artistique historique depuis 1931.
|
Afficher l'original
Waypoint

Nájera

Etape de 29 km avec les hauts de Ventosa et de San Antón bien faits, mais les derniers kms restent collés à la plante des pieds et vous devez serrer les dents. Navarrete est intéressante pour l'église de l'Assomption, de style Renaissance, avec un autel baroque de Fernando de la Peña (1694-1698), classé parmi les plus grands au monde. Nous avons passé le Poyo de Roldán, où a eu lieu le combat légendaire entre Roldán et le géant sarrasin Ferragut
|
Afficher l'original
Waypoint

Santo Domingo de la Calzada

Etape marquée par la figure de Domingo García, originaire de Viloria de Rioja (Burgos), qui a fondé la ville qui figure déjà sur le porte-carte de 1136. Il a travaillé pour le compte de pèlerins construisant un pont en bois sur la rivière Oja, un hôpital, une église et une voie d'accès. Enterré de la même manière, le détour a été contraint de construire la cathédrale d'El Salvador. Nous vous recommandons de payer 12 € pour la visite guidée, les explications du voisin bénévole Pedro Miguel justifient le prix. Remodelage intéressant de la crypte par l'artiste / prêtre slovène Marko Ivan Rupnik
|
Afficher l'original
Waypoint

Belorado

Nous traverserons Grañón, la dernière ville de La Rioja. Belle ville où se distingue l'église de San Juan Bautista. Juste en face de ce "My Way" local pour prendre quelque chose et apposer un joli timbre sur les informations d'identification. Vient ensuite Redecilla del Camino, dans l’église paroissiale de la Virgen de la Calle, où se trouvent d’intéressants fonts baptismaux du XIIe siècle, avec un socle formé de 8 demi-colonnes de plus d’un mètre de hauteur. Castildelgado et enfin Viloria de Rioja, lieu de naissance de Saint-Domingue de la Calzada (mai 1019). Il a été baptisé dans les fonts baptismaux de l'église de l'Assomption, qui peuvent être visités en localisant le voisin responsable. Belorado était un important village médiéval baigné par la rivière Tirón.
|
Afficher l'original
Waypoint

Agés

Étape variée de 28 km, marquée par les collines de Montes de Oca et la longue transition vers la ville de San Juan de Ortega. Après Espinosa del Camino, vous verrez la belle ville de Villafranca de Montes de Oca, où il est commode de s’arrêter pour déjeuner. La traversée des montagnes de Oca est un voyage long et difficile, qui était un endroit idéal pour les voleurs et les voleurs qui se cachent dans les buissons. Nous nous sommes arrêtés à l'ancien hôpital de la Reina, fondé en 1380, aujourd'hui restaurant San Antonio Abad. Nous verrons la Sierra de la Demanda, présidée par le pic San Millán (2131) et à droite le pic Trigazá (2053). Forêt de chênes et de chênes indigènes intéressante. En avançant, nous trouvons des genévriers, des frênes et des noisetiers. San Juan de Ortega est une ville intéressante, mais nous passons à Agés, déjà documentée en 944, où nous avons séjourné au Pajar de Agés, où il est pratique de réserver à l'avance.
|
Afficher l'original
Waypoint

Acceso a Burgos

Nous n'entrons pas par le Chemin officiel, mais nous nous détournons après avoir passé Orbaneja de Riopico et traversé l'autoroute, ce qui nous permet de suivre le cours de la rivière Arlanzón jusqu'au cœur même de Burgos, en passant par le parc des Fuentes Blancas, la plage fluviale de Fuente. du prieur et enfin le parc du cinquième. Nous soulignons le col de la Sierra de Atapuerca, à la hauteur de laquelle nous avons la Cruz de Matogrande (1085). Belles forêts de chênes verts, de chênes centenaires et d'érables rampants. Bon visuel sur Burgos.
Waypoint

Burgos Centro

|
Afficher l'original
Waypoint

Hontanas

Étape de près de 32 km de terrain dur, plus dans notre cas que nous sommes allés à 32º. Très belle vue de Hornillos del Camino. À l'entrée, près de la rivière Hormazuela, nous trouvons un remarquable pilongo brun (d'Indias). Au centre de la ville, il y a un lieu de ravitaillement à ne pas manquer, car il y a 11 km de dureté singulière. Hontanas ne sera pas en vue avant que nous soyons à 300 mètres. La rue Real de Hornillos del Camino est bordée de robustes maisons en pierre de deux hauteurs. Au début se trouvent les vestiges du monastère de San Dionisio, qui servait d'hôpital pour pèlerins.
|
Afficher l'original
Waypoint

Boadilla del Camino

Étape marquée par des températures élevées et le manque d'arbres protecteurs. La sortie de Hontanas se fait par un beau chemin où se distingue la présence d’une rangée de frênes monumentaux. Bientôt, nous sommes arrivés au couvent de San Antón, fondé en 1146 par Alphonse VII, dans lequel les moines antoniens traitaient les malades d'une gangrène infectieuse, dont nous savons aujourd'hui qu'il produit un champignon qui altère le grain de seigle. Nous soulignons Castrojeriz et ensuite le Teso de Mostelares. Excellente vue sur la singulière Tierra de Campos. Intense sur une longue piste en béton. Nous traversons la Pisuerga par le pont d'Itero del Castillo, attribué à Alphonse VI (1072-1109), restauré en maçonnerie en 1590. Nous sommes arrivés à Itero de la Vega et son auberge de pèlerin, puis à Boadilla del Camino.
|
Afficher l'original
Waypoint

Carrión de los Condes

Étape idéale pour profiter de la beauté des champs de Castille. Il est commode de marcher en paix et de profiter des petits détails de notre environnement. Le Canal de Castilla est une œuvre d’intérêt hydraulique, une copie réduite du canal français du Midi. Frómista avec son église romane de San Martín de Tours, datant du 11ème siècle, commandée par Doña Mayor de Castilla. Villafranca de Sirga, siège important des Templiers, est centré sur l'église Santa María La Blanca, datant du XIIIe siècle. Église templière / forteresse appartenant au roman de transition. Nous arrivons enfin à Carrión de los Condes, siège féodal de la puissante famille Beni-Gómez, rivaux historiques du Cid. L'église de Santiago est essentielle avec une magnifique couverture avec 22 personnages dans ses archivoltes. Les 12 apôtres présidés par une image du Pantocrator sont représentés dans la frise. Messe passionnante et bénédiction des pèlerins à 19h00 dans l'église Santa María del Camino, aidée par les Soeurs Augustiniennes, en charge du refuge municipal.
|
Afficher l'original
Waypoint

Moratinos

A ce stade, il convient de se lever tôt. Nous sommes partis à 6h10 Bientôt, nous entrons dans la Via Aquitana, voie romaine qui reliait Bordeaux à Astorga et qui, plus de deux mille ans plus tard, conserve une partie de son tracé d'origine. Ils ont parlé de sa dureté, mais pour moi ce fut un plaisir de parcourir une couche de zahorra qui couvre les chansons originales, avec des alignements de peupliers de chaque côté. Parfois, j'avais le sentiment de marcher dans la savane africaine et parfois dans la prairie américaine. La situation change lorsque vous arrivez à la Cañada Real Leonesa, où toutes les traces de bois disparaissent et vous devez serrer les dents pendant 5 km, jusqu'à Calzadilla de la Cueva, dont l'entrée est le Camino Real Hostel, lieu idéal pour reprendre des forces. Nous marchons parallèlement à la N-120 maintenant presque sans circulation, nous passons par Ledigos et Terradillos de los Templarios sans rien mettre en évidence. À Moratinos, nous avons séjourné à l'Hostal Moratinos. Endroit confortable, où il est essentiel de réserver.
|
Afficher l'original
Waypoint

El Burgo Ranero

Étape marquée par la dureté de la monotonie. Sans vent, la chaleur fait rage et si elle souffle, vous finissez par en avoir marre de son son. Le paysage n'accompagne à aucun moment. Si cela est intéressant, Sahagún, consolidée au XIe siècle avec l’arrivée de l’ordre de Cluny et l’octroi de la juridiction de Villa par le roi Alphonse VI de León. Son déclin est accentué après la confiscation de Mendizabal. Met en évidence l'église de San Tirso, construite au XIIe siècle, représentative du style mudéjar roman de León. L'église de San Lorenzo, construite dans la première moitié du XIIIe siècle, est dotée d'éléments romans, gothiques et musulmans. Les deux sont entièrement construits avec des briques disposées en mode nacelle, sardinel et corner. Après Sahagún, nous continuons sur le Real Camino Francés, un chemin de terre construit ex-profeso pour les pèlerins, ombragé par une interminable rangée de fausses bananes qui nous accompagneront sur 32 km.
Waypoint

León 2

Waypoint

León 1

Waypoint

San Martín del Camino

|
Afficher l'original
Waypoint

Astorga

Après une étape anodine, on retrouve enfin l’atmosphère jacobine !!!! Nous avons quitté San Martín del Camino et avons traversé rapidement le canal de Páramo, inauguré en 1962, qui s’étend sur 14,5 km de la province de León, en provenance du réservoir Barrios de Luna pour rejoindre la rivière Órbigo, celui-ci jusqu’à Esla et enfin le Duero Nous allons dessiner le canal de l’Orbigo par le pont prolongé du "Passo Honroso", où le gentilhomme Suero de Quiñónes, avec l’autorisation du roi Juan II de Castille, a défié tous les gentilshommes qui souhaitaient le traverser. Le tournoi a commencé le 10 juillet 1434 et s'est terminé le 9 août de la même année, date à laquelle Don Suero a été blessé. En 2012, l'éclairage du pont avec des dispositifs à LED a été inauguré, spectacle nocturne qui justifie un effort pour passer la nuit à l'hôpital de Órbigo. Nous traverserons le Cucero de Santo Toribio, où nous pourrons prendre une collation avec une vue magnifique sur San Justo de la Vega, Astorga et le mont Teleno, qui culmine à 2188 mètres d'altitude et constitue le plus haut sommet des montagnes de León.
|
Afficher l'original
Waypoint

Foncebadón

Encore une étape merveilleuse. Nous visiterons La Maragatería, avec une variante du classique French Way. Nous passons par Valdeviejas, où se trouve l'ermitage d'Ecce Homo, datant du XVIIIe siècle. À Murias de Rechivaldo, nous ne nous tournons pas vers Castrillo de Polvazares, ensemble historique et artistique, et nous renonçons avec le Camino à l’entrée de Santa Catalina de Somoza. Nous arrivons ensuite à El Ganso, une jolie ville où l’on peut encore voir des maisons en paille de seigle. L'église paroissiale est dédiée à Santiado et à l'intérieur se trouve une image de l'apôtre du XVIe siècle vêtue en pèlerin. Sur notre gauche, nous verrons sur notre gauche l'image majestueuse du mont Teleno (2188), le plus haut sommet du massif galicien-léonien, avec la présence de forêts de chênes, de chênes sessiles, de pins de repeuplement et encore de chênes centenaires jusqu'à la proximité de Foncebadón. Très intéressant, Rabanal del Camino, qui a servi de relais aux Templiers pour recueillir les pèlerins et les conduire à Bierzo. Dans la partie supérieure se trouve l'église paroissiale de l'Assomption, où nous avons eu la chance d'entendre une messe concélébrée en latin. Après un repechón important, qui doit être pris calmement, nous arrivons à Foncebadón, où, au 10ème siècle, Ramiro II de León a convoqué un Conseil. Maintenant, il est dans la phase de récupération de son ancienne splendeur.
|
Afficher l'original
Waypoint

Ponferrada 1

Étape difficile de 27,5 km, marquée par le passage du mont Irago (1530), où se trouve le mythique Cruz de Ferro, une structure simple formée d'un long fût de chêne d'environ 7 mètres de haut, achevée par une petite croix de fer, qui émerge d'une étonnante base de pierres coniques de presque 30 mètres de diamètre. L'empilement de pierres provient de la contribution séculaire des pèlerins et muletiers jacobiens en transit sur le mont Irago, convaincus que ce geste les protégeait des dangers du Chemin. Il est lié à un point de repère préroman ou construit pendant la domination romaine. Après le sommet du mont Irago, nous entrons dans le Bierzo et la route est redevenue merveilleuse. La végétation y est abondante et le rowan du chasseur se démarque. Cet arbre à feuilles caduques se distingue par ses grappes de fruits rouges. Nous sommes arrivés au refuge Manjarín, géré par Tomás Martínez, l'ineffable hôpital des Templiers. Dans les 12 km se trouve l'Acebo, ville esthétique à l'architecture populaire et aux toits de lauzes, où ses habitants bénéficient du congé typique du Bierzo. Molina Seca et son pont roman sur le fleuve Meruelo, documentés au XIIe siècle, puis le superbe temple de San Nicolás de Bari dans un style néoclassique avec un retable baroque. Après de vives réprimandes, nous nous trouvons à Ponferrada, où nous traversons la rivière Boeza par le pont Mascarón, connu sous le nom de "Romain", bien qu’il soit médiéval. Nous avons séjourné à l'hôtel Aroi Bierzo, avec un emplacement imbattable sur la place de la mairie. Pour le déjeuner, nous recommandons le restaurant La Fonda.
Waypoint

Ponferrada 2

|
Afficher l'original
Waypoint

Villafranca del Bierzo

Étape dans laquelle nous traversons le Bierzo, qui va de moins en plus. Après Cacabelos, nous entrons dans le plus intéressant, orné du discours galicien qui domine la région. Si la veille, nous sommes entrés dans Ponferrada en traversant la rivière Boeza, nous passons aujourd’hui à travers la belle Sil avec la forteresse des Templiers à l’arrière-plan. Dans Nouvelles sources, nous nous arrêtons à l’Ermitage du Christ Divin, entièrement reconstruit par rapport à l’original ("Ermitage de Vera Cruz"), pour lequel la population a une grande dévotion. Dans l'abside, deux anges ouvrent un rideau pour que la dernière Cène puisse être vue. Le Christ préside la table entourée des disciples avec Saint Jean à sa droite. Le personnage situé à l'extrême gauche attire l'attention, porte des lunettes et un sac dans la main droite. La figure de Judas a été remplacée par celle du bienfaiteur de la chapelle, M. Bernardino Francisco. À Camponaraya, nous passons devant le conseil régulateur de la DO Bierzo. De Cacabelos à Villafranca del Bierzo, il y a 7 km par vignoble, seulement interrompu par la ville de Pieros. Nous arrivons à Villafranca par la Puerta del Perdón, qui offre une vue magnifique sur la ville. Nous avons traversé l'église de Santiago et nous nous sommes dirigés vers l'hôtel Plaza Mayor. Recommandé et à manger sans aucun doute Le Parrain.
|
Afficher l'original
Waypoint

O Cebreiro

Nous sommes confrontés à l'une des étapes mythiques de la Voie française, marquée par la difficulté de l'ascension vers O Pedreiro, un ancien village de pallozas, qui ressemble actuellement à une ville tirée d'une bande dessinée d'Astérix. Route d'une grande beauté où nous visiterons la région d'Os Ancares. Dans la première partie de l'étape, nous suivrons la rivière Valcarce, une magnifique rivière à truites aux eaux très propres. Nous passons par les villes de Pereje, Trabadelo, Portela de Valcarce, les magnifiques Ambasmestas, Vega de Varcalce, Ruitelán et Las Herrerías, que nous traversons vers le quartier de l'hôpital (ancien hôpital pour pèlerins anglais), après quoi commence véritablement la montée à O Cebreiro . Magnifiques spécimens de noyers et de marronniers qui bordent le Camino. Nous passons à travers un magnifique bouclier qui indique que nous sommes enfin dans la province de Lugo. Impossible de ne pas être photographié à ce stade. À O Cebreiro, nous soulignons l’église de Santa María la Real, un joyau préroman datant du IXe siècle, avec des fonts baptismaux de cette époque, la croix en bois du pré-ministère et l’image de Santa María, appelée la Real, du XIIIe siècle. Nous restons à la Casa Campelo et recommandons de manger à la Casa Adam, moins glamour que d'autres, mais certainement une meilleure cuisine.
|
Afficher l'original
Waypoint

Triacastela

La scène O Cebreiro - Triacastela est l’une des plus surprenantes de la Voie française. Je préfère ne rien commenter, c'est un délice qu'il faut découvrir pas à pas.
|
Afficher l'original
Waypoint

Sarria

Nous sommes arrivés à Sarria en empruntant la variante San Xil, avec une montée au Alto de Riocabo. Tour spectaculaire A mon avis, il vaut mieux rester dans la partie ancienne (et haute) de Sarria. C’est là que se trouve l’environnement des pèlerins, bien qu’il soit obligé de descendre manger à Pulpería Luis. Il ouvre seulement le matin, après 13 heures. Ça vaut vraiment le coup.
|
Afficher l'original
Waypoint

Portomarín

Une autre étape merveilleuse. Il a tout. Pour le déjeuner, nous recommandons O Mirador, un restaurant de qualité qui propose son menu du jour à un bon prix et une excellente viande / poisson. Bonne bière et salle à manger donnant sur la confluence des rivières Barela et Miño. Vous respirez un certain air marin dans la ville.
|
Afficher l'original
Waypoint

Palas de Rei

Nous quittons Portomarín à 7 heures, traversons la rivière Barela par un pont (avant que cela ne se fasse par une passerelle en métal, maintenant fermée) et montons au pied du mont San Antonio, en traversant une spectaculaire forêt de chênes (carballo), par des rampes un peu de dureté Nous passons par différents endroits: Gonzar, Castromaior, l’hôpital da Cruz, Ventas de Narón, qui était une escale sur le Camino avant de traverser la Sierra de Ligonde. À la sortie de la ville se trouve la chapelle de Santa Magdalena, originaire d'un hôpital pour pèlerins des Templiers de Pena Godón, située à 720 mètres de l'actuelle chapelle. Avant d'entrer dans Ligonde se trouve le Cruceiro de Lameiros (1670), où les 4 côtés de la base représentent l'épreuve ou la mort de Jésus (marteau, clous, épines et crânes). Sur la croix, un visage représente la Sainte Vierge tenant le corps de son fils, tandis que sur l'autre, nous voyons une image du Christ crucifié avec les symboles de la mort à ses pieds. À notre arrivée à Palas de Rei, nous observons qu’à côté des forêts de chênes et de châtaigniers, le premier eucalyptus est une espèce envahissante très agressive qui, à mon avis, dégrade les forêts de Galice. Ceux qui en ont l'occasion devraient s'approcher de la ville voisine de Vilar de Donas et être surpris par la beauté de l'église de San Salvador.
|
Afficher l'original
Waypoint

Arzúa

L'étape Palas de Rei - Arzúa est un authentique saute-jambe qui compense le voyage car nous traverserons de belles forêts de chênes (carballo) et de pins de Galice, parfois clairement perturbés par des eucalyptus, mais dans la plupart des cas, le paysage galicien est idyllique. En quittant Palas de Rei, nous avons trouvé la sculpture de quelques pèlerins dansant, œuvre de J. Novo. Ensuite, nous traversons la rivière Roxán. Après une étape spectaculaire à la sortie de Pontecampaña, nous arrivons à la paroisse de Leboreiro, avec le pont sur la rivière Dry, datant du XIVe siècle. À la sortie de la ville, nous trouvons un "cabazo", une corbeille gigantesque destinée à conserver le blé, à côté de l’intéressante église Santa María, une église gothique bien que présentant encore des caractéristiques de l’art roman. À Melide, nous sommes passés devant l’épicerie classique Ezequiel et peu avant A Garnacha, qui commence récemment à recueillir de bonnes critiques. Il était dix heures du matin et nous avons donc échangé du café avec du lait contre du poulpe et du Ribeiro. Au km 21 de l'étape, après avoir dépassé l'église de Santiago, nous descendons une piste qui mène à la rivière Boente et à Punta Brea. Finalement nous sommes arrivés à Arzúa où nous avons séjourné au Fogar de Lecer que nous avons adoré. Il se trouve à un peu plus d’un kilomètre du centre d’Arzúa, mais c’est pour beaucoup dans cette fantastique maison.
|
Afficher l'original
Waypoint

O Pedrouzo/Arca

Bien que officiellement défini comme une étape de transition, cela me semblait une agréable promenade vers l'apothéose finale !!!! Peu de choses à souligner, seulement le détournement vers l’Ermitage de Santa Irene et sa source baroque d’eaux curatives. L’ermitage, dédié au saint martyr portugais, a été construit grâce aux contributions des nobles qui vivaient dans le village voisin des Deux Maisons. À Arca, nous avons séjourné à la Casa Rural Santaia, un succès pour la qualité de ses installations et de sa cuisine. Un lieu 5 *, qui commence à partir de la restauration de l'ancienne maison du curé. Il est situé à côté de la curieuse église de Santa Eulalia de Arca, de style roman-gothique du XVIIe siècle.
|
Afficher l'original
Waypoint

Catedral de Santiago/Plaza Obradoiro. Final del Camino

Mon sentiment final en arrivant à la Plaza del Obradoiro était à la fois de joie intense et de vide. L'aventure était terminée. Il était temps de revenir à la vie réelle, mais nous avons d'abord décidé de prendre deux jours de détente et de profiter de Saint-Jacques-de-Compostelle et de Fisterra. J'ai terminé ce résumé un mois après la fin du Camino, je continue à méditer sur de petits détails de ce qui s'est passé et de ses conséquences .....

29 commentaires

  • Photo de Alicia 3P

    Alicia 3P 25 juin 2019

    Magnifica descripción y detalles muy interesantes. Gracias Paco por el esfuerzo que seguro ayudará a futuros peregrinos. Tu relato es tan atractivo que dan ganas de vivir la experiencia. Todo llegará

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 25 juin 2019

    Hola Alicia, sigo trabajando en el tema. Son muchas vivencias las que depara el Camino!!!!
    Afortunadamente Wikiloc limita el texto y no me puedo extender en mas etapas, estoy procurando hacer un resumen de fotos para dar una idea de algunas de las maravillas que hemos visto.
    En todo caso estoy abierto a cualquier consulta.
    Un abrazo y que te recuperes pronto, la aventura te espera!!!!!

  • Photo de Carmen Abellán

    Carmen Abellán 25 juin 2019

    I have followed this trail  View more

    Experiencia maravillosa a nivel personal. Creí haber vuelto a la infancia, cada día una aventura diferente, a mi aire, sin compromisos y haciendo amigos con facilidad. BUEN CAMINO y una sonrisa.

    Llegar a Santiago es tocar el cielo y luego Finisterre para disfrutar del inmenso Atlántico. Una pasada

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 26 juin 2019

    Cuando todas tus pertenencias caben en una mochila y el móvil solo se usa para hacer fotos, comienza la felicidad!!!!
    Cruzar Pirineos por Roncesvalles es inolvidable y atravesar cuatro Comunidades Autónomas te hace ver lo maravillosa y diferente que es España. Sin duda una experiencia imprescindible.

  • Rocío Iniesta 8 juil. 2019

    Relato muy interesante, sin duda lo haré siguiendo recomendaciones, pero necesito esos 35 días

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 8 juil. 2019

    Lo ideal es hacerlo completo, pero si no puedes esperar y sólo tienes una semana, mi consejo es "empezar por la punta". Desde Murcia es cómodo. Tomas un tren que te deja en Pamplona a las 16 horas. Aprovechas la tarde, que Pamplona se lo merece. Al día siguiente autobús a Saint Jean a las 14 horas. Al día siguiente comienzas pronto. Haces tres etapas: Roncesvalles, Zubiri y Pamplona. Al día siguiente tren de regreso. Seis días y haces tres etapas trascendentes del Camino. A partir de ahí, todo será muy sencillo. Sobran comentarios.

  • Sergioini 11 juil. 2019

    Pedazo aventura, se me pone piel de gallina sólo leer el texto. Espero poder hacerlo pronto. De todas formas mi sincera felicitación a mamá, tú estas siempre en el tajo, pero ella se ha portado como una campeona. ENHORABUENA

  • Sergioini 11 juil. 2019

    Pedazo aventura, se me pone piel de gallina sólo leer el texto. Espero poder hacerlo pronto. De todas formas mi sincera felicitación a mamá, tú estas siempre en el tajo, pero ella se ha portado como una campeona. ENHORABUENA

  • Sergioini 11 juil. 2019

    Pedazo aventura, se me pone piel de gallina sólo leer el texto. Espero poder hacerlo pronto. De todas formas mi sincera felicitación a mamá, tú estas siempre en el tajo, pero ella se ha portado como una campeona. ENHORABUENA

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 11 juil. 2019

    Eso es una gran verdad!!!! Tú madre se vino arriba y en las etapas planas de Castilla León me costó seguirla.

  • Photo de JM Grau

    JM Grau 15 juil. 2019

    Me gusta mucho y estoy deseando hacerla. Tengo que sacar un mes como sea.

    Felicidades es estupenda.

  • Photo de JM Grau

    JM Grau 15 juil. 2019

    Me parece inmejorable.

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 15 juil. 2019

    Hombre Joaquín!!!!
    Me alegro te gusten mis explicaciones. Con el dominio de idiomas que tú tienes, el Camino será aún más inolvidable, piensa que yo me veo reducido al ámbito hispano, pero tú puedes intercambiar experiencias con todo el mundo. En fin, no lo dudes y saca tiempo cuanto antes.

    Por cierto, en agosto voy a Pirineos y tengo intención de preparar nuevas rutas de esquí de travesía para febrero 2020. Eso tambíen tienes que encajarlo. Un saludo

  • Gonzalo Iniesta Abellán 15 juil. 2019

    Una explicación del Camino muy currada. Aunque muy lejos del esfuerzo físico que tuvo que ser realizarla. Espero que fuese enriquecedora y que ayude a otros peregrinos en su camino.

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 15 juil. 2019

    Querido Gonzalo
    Cuando estás convencido de algo y lo deseas ciegamente, el esfuerzo solo lo percibes al final. Cuando acabas y te relajas, aparece la fatiga acumulada. En mi caso fue a los 4-5 días, por lo que decidí no hacer nada durante una semana. También influyó el cambio térmico. De usar cazadora a los 34° de Murcia. Eso también pesa!!!!

  • Photo de alberto.alberi

    alberto.alberi 16 juil. 2019

    É questo tutto il cammino.?

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 16 juil. 2019

    Amigo Alberto
    Si, todo lo que cuento es del Camino, pero eso no es todo lo que ha pasado, sólo una pequeña parte. Podría escribir un libro sobre las personas que he conocido y la sensación que me produjo llegar y alojarme en Roncesvalles. Pero esa es otra historia muy personal.

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 16 juil. 2019

    Respecto al recorrido, efectivamente el realizado es el recorrido completo del Camino de Santiago FRANCÉS. Hay quién luego hace una extensión a Finisterre e incluso a Muxía, pero esas son opcionales.
    En mi caso, terminado el Camino en Santiago, al día siguiente fui a celebrarlo a Finisterre, para lo que cogí un autobús que te deja a 4 kms del Faro de Finisterre. Vale la pena ir.

  • Photo de alberto.alberi

    alberto.alberi 16 juil. 2019

    Grazie mille

  • Photo de Carmen Abellán

    Carmen Abellán 17 juil. 2019

    Sergi, tu felicitación me llena de alegría porque completar este Camino no parecía tarea fácil, y no lo ha sido; pero poco a poco aprendes a disfrutar de cada etapa, del paisaje, de la gente que conoces y de la pasó antes de ti , ha sido una experiencia inolvidable y muy enriquecedora

  • Photo de alberto.alberi

    alberto.alberi 17 juil. 2019

    Grazie mille

  • Photo de pesama1967

    pesama1967 6 août 2019

    Felicidades por el camino!! Este pasado mayo hice mi primer camino pero ni mucho menos lo que has logrado tu. Hice toda Galicia, desde O Cebreiro hasta Fisterra.
    Me gustaría que me digas cómo has logrado unir en el Wikiloc todas las etapas???
    Me gustaría hacer lo mismo con las 11 que yo hice.
    Saludos y nuevamente felicidades!!

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 6 août 2019

    Hola amigo Pesama
    Acuso recibo de tu mail, mañana desde el PC te lo explico, no es complicado. Un saludo

  • Photo de alberto.alberi

    alberto.alberi 6 août 2019

    Questo percorso è pedalabile.
    Saluti alberto.alberi

  • Photo de alberto.alberi

    alberto.alberi 6 août 2019

    Can i do with a bike?

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 7 août 2019

    Amigo Pesama
    Para poder trabajar los track necesitas utilizar el programa BaseCamp de Garmin. Me parece que es de descarga gratuita. Luego llevas todos tus track parciales a un fichero único donde también los ficheros de WP de cada etapa (esto es para más comidad).
    Inicias el programa BaseCamp y en ARCHIVO pulsas IMPORTAR. Bajas el primer track, debes comprobar si hay algún error o corrección a hacer, fundamentalmente borrar algo de la ruta. Se puede hacer con facilidad. Una vez has corregido el primer track, vas importando el segundo y corriengo errores si procede. Así con todos.
    Una vez terminado el proceso EXPORTAS la RUTA TOTAL al fichero que tienes abierto, que será el que subas a WIKILOC.

    A continuación vas subiendo uno tras otro los ficheros de WP de cada etapa y ya está.

    Espero te sirva mi comentario. En todo caso, deberás practicar algo con el programa para coger soltura con los borrador de erratas y correcciones. Un saludo

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 7 août 2019

    Alberto, mi ruta del Camino de Santiago es para IR ANDANDO (Walking). CAMINO viene de CAMINAR.
    Si lo haces con bici, irás a un ritmo diferente y perderás parte de la esencia del CAMINO, como es ver las cosas a otra velocidad. Vamos muy deprisa por la vida y nos perdemos lo fundamental.
    Si quieres hacer ciclismo, el CAMINO no es el mejor lugar, están DOLOMITAS, TOURMALET, PICOS DE EUROPA, que son mejores para disfrutar de la bici.
    En todo caso, si prefieres hacerlo en bici, la mayor parte del Camino es compatible con la bicicleta, sólo tendrás que modificar algo algunas etapas: 1ª Etapa: La bajada a Roncesvalles conviene que la hagas por el Col de Ibañeta. En la 2ª Etapa, la bajada a Zubiri es difícil con bici. Vi algunos que lo hicieron, pero hay que ser bueno. En la 23ª la subida a O Cebreiro deberás hacerla por la carretera, pero son cambios que sobre la marcha irás adoptando.
    El trazado básico del CAMINO es similar en ambos casos.
    Un saludo

  • Photo de pesama1967

    pesama1967 12 août 2019

    Muchas gracias por los comentarios. Lo voy a intentar. Saludos!!

  • Photo de F. Iniesta

    F. Iniesta 12 août 2019

    Hola Pesama
    Con ilusión y haciendo las cosas con tranquilidad seguro que lo consigues.
    Ánimo y ya nos cuentas

You can or this trail