Coordonnées 102

Uploaded 16 janvier 2012

Recorded janvier 2012

-
-
77 m
28 m
0
0,8
1,6
3,29 km

Vu 1426 fois, téléchargé 2 fois

près de Bouliac, Aquitaine (France)

Ce circuit assez court (1h) est situé au coeur du plateau de Bouliac, en pleine nature. C’est le parcours idéal pour profiter des plus belles vues sur la campagne verdoyante de la commune.

En partant du haut de la colline de Brousse vous descendrez dans le vallon de Fourney où vous découvrirez un charmant petit ruisseau, une végétation spécifique et un ancien lavoir abandonnée.

L’autre partie du parcours vous emmènera dans la petite vallée du Pian, jalonnée de beaux domaines et châteaux, véritable havre de verdure et de tranquillité.

Page détaillée:
http://www.ville-bouliac.fr/p_detail_circuit.php?c=brousse

View more external

  • Photo de Parc de Loc Boué
Créé en 1995 par la municipalité, le parc de Loc Boué est un havre de verdure exceptionnel à la lisière du bourg. Sur près de 6 hectares des parcours tracés au sol serpentent entre des dizaines d’essences d’arbres et arbustes différentes, plantées à l’origine par les enfants de l’école primaire.

Sur les hauteurs du parc, dans la partie sèche où l’eau n’est pas retenue, s’épanouissent chênes verts, pins parasols, cèdres de l’Atlas, donnant à la colline un air de pays méditerranéen. A mi-pente, les ruissellements du sommet créent un biotope d’équilibre assez humide idéal pour les chênes sessiles, charmes, érables, ormes, tilleuls à grandes feuilles et merisiers. Enfin, les terrains limoneux situés dans la partie basse favorisent les chênes pédonculés, noyers, tulipiers, platanes et séquoias.

A noter l’existence dans la partie basse de trois magnifiques chênes entourant les reste d’une source ou d’une fontaine bâtie. Se tenait à proximité une petite maison détruite par l’usure du temps.

Vous ne pourrez qu’être époustouflés par les nombreux points de vue qu’offre le tour du parc. Véritable cuvette naturelle protégée par les coteaux, le parc est au cœur même d’un réseau de chemins et de sentiers qui vous feront découvrir le territoire de Bouliac.
  • Photo de Domaine de Cluzel
Ce domaine était au XVIe siècle un fief des prêtres de l’église Saint-Michel de Bordeaux. Aux siècles suivants, il changea souvent de propriétaire, dont la famille Cruzel en 1818, qui donna son nom au domaine, après avoir évolué en “Cluzel”.

La propriété occupe les deux versants d’un vallon au sol argilo-calcaire proprice à la culture de la vigne. Cette tradition du vignoble s’est perpétuée depuis des siècles jusqu’à nos jours, et plus de 10 hectares sont actuellement plantés en vigne bien exposées au sud pour le plus grand plaisir des amateurs de vins.

Depuis la route (chemin de Malus), on peut voir le beau portail en pierre et fer forgé d’où part une allée d’ormes qui rejoint le jardin et la maison de maître. Les piliers portent des écussons métalliques représentant des grappes de raisin. La vue sur le domaine de Cluzel depuis le chemin de Malus est l’une des plus belles vues sur les vallons et coteaux de la commune.
  • Photo de Lavoir de Fourney
Des cinq lavoirs ayant existés à Bouliac, le lavoir de Fourney est avec celui de Dinetty, le seul encore visible sur le territoire de la commune.

Il était aussi appelé lavoir de la fontaine de Vergne en raison de la présence d’une source toute proche aujourd'hui protégée par un petit bâtiment en pierre plus haut sur le chemin. Les habitants alentours, principalement ceux du hameau de Malus, venaient puiser de l’eau à la fontaine pour leurs besoins quotidiens, et laver leur linge au lavoir. Son utilisation a perduré jusqu’au XXe siècle, l’eau courante n’apparaissant à Bouliac que dans le courant des années 1950.

Aujourd’hui le lavoir est en grande partie recouvert par la végétation, mais on devine encore le bassin en ciment et le plan incliné servant à laver le linge, la partie servant d'abris ayant elle disparue.

Le Lavoir était un lieu éminemment social dans chaque village. C'était l'endroit ou les femmes se retrouvaient une fois par semaine ou plus et ou l'on échangeait toutes les dernières nouvelles du village, voire de la région.
  • Photo de Domaine de Fourney
Le domaine Bordelais ou de Fourney, est une belle maison typique de ces bourdieux construits en Gironde à la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle.

Organisés autour d’une cour centrale, les bâtiments disposés en U, comprennent un corps principal et des ailes en retour. Les anciens bâtiments agricoles s’articulent eux autour d’une deuxième petite cour au Nord.

Le domaine est situé sur une petite terrasse dominant le vallon du ruisseau de Fournets. Autrefois, les pentes étaient couvertes de vignes.

Le nom “Fournet” signifie le lieu où il y a des fours... Quant au nom “Bordelais”, il vient du nom du nouveau propriétaire en 1815, Jean Bordelais, négociant aux Chartrons.

Sur cet ancien domaine se trouvait autrefois la maison noble de Lafourcade ou de Truchon. A partir du XVIIIe siècle, le bien passe entre les mains de plusieurs riches négociants bordelais, jusqu’aux Luber-Chaperon, d’où le nom actuel.

La demeure actuelle date de 1869 et a été construite sur une partie du plan de l’ancien bâtiment. La façade évoque celle du Grand Trianon de Versailles. La porte d’entrée est surmontée d’un bas-relief symbolisant le métier d’armateur: tonneaux, rames, canon, gouvernail, longue-vue, ancre et branches d'olivier composent la sculpture. Une caisse posée sur les tonneaux est estampillée “S.C.” pour les initiales de Pierre-Numa Sensine et Adolphe Chalès, armateurs bordelais et copropriétaires du château lors de sa rénovation.

Le parc du domaine a été en grande partie revendu et le château est aujourd’hui complètement entouré par le lotissement “les pelouses d’Ascot”.
  • Photo de Château Malakoff
Le château est situé sur le plateau qui domine la vallée du ruisseau du Pian. Il est entouré d’un parc et de prairies. Avec le château du Pian, de Saubat et le Clos de Taujan, il fait partie de ces beaux domaines ayant appartenu à des nobles et des riches négociants bordelais, installés sur le versant nord de ce petit vallon bien exposé.

En 1745, le domaine consistait en un “bourdieu” composé d’une maison de maître, d’écuries, de chais, d’un cuvier et d’un pigeonnier. En 1865 les propriétaires rasèrent les anciens bâtiments et firent construire le château actuel en y ajoutant une orangerie, qui fut détruite à son tour par les nouveaux propriétaires en 1922. Le château est un bel exemple du style éclectique regroupant des éléments utilisés à différents moments du XVIIIe siècle.

Plus récemment, un incendie a ravagé les combles du château détruisant la chapelle et la charpente. La couverture d'ardoises et les sculptures des lucarnes ont été reconstruites dans leur état originel par le propriétaire.

Le domaine a changé plusieurs fois de nom au grès du nom des différents propriétaires: Teuley, Domazeau puis Malakoff.

  • Photo de Domaine de Saubat
Le domaine de Saubat est situé au sommet d’un coteau exposé au sud, anciennement dénommé “en haut de la côte grillée”. Avec le château du Pian, de Malakoff et le Clos de Taujan, il fait partie de ces beaux domaines ayant appartenu à des nobles et des riches négociants bordelais, surplombant la petite vallée du ruisseau du Pian.

Celui de Saubat est caractéristique des châteaux que se faisaient bâtir, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les propriétaires de vignobles. A Bouliac, il ressemble fortement à celui de Labarde, construit quelques années plus tôt, et à Kermorvan bâti moins de dix ans plus tard.

Au milieu du XXe siècle, l’industriel Bonnal, de Bègles, l’acheta et installa dans le parc et sur la maison des sculptures de diverses époques. Il reconstruit même dans le parc un petit pavillon octogonal en pierre du XVIIIe siècle provenant d’un de ses domaines à Mérignac.

Du portail, part une allée qui rejoint la maison en traversant un petit bois de diverses essences, notamment de chênes verts. Sur ce chemin ont été replacés les deux piliers en pierre de l’ancien portail du domaine.
  • Photo de Clos de Tojan
La maison noble de Tojan existait déjà au XVIIe siècle, comme l’attestent des parchemins datés de 1654 trouvés par les propriétaires lors de travaux de restauration. Néanmoins, les plus anciennes traces d’une maison vers cet endroit remontent au XIVe siècle dans la documentation médiévale exhumée aux archives. Au XVIIIe siècle, elle passa aux mains de commerçants aisés, le commerce bordelais connaissant un essor précédent au XVIIIe siècle.

Cette belle chartreuse avait à l’origine un plan en U avec une cour fermée, mais les ailes tombèrent en ruine au XXe siècle. On peut encore voir l’ancienne maison du paysan, chargé des travaux agricoles du domaine, à droite du portail. Le puits situé au centre de la cour a une profondeur de 35m, soit la hauteur de la pente face au domaine!

La propriété est idéalement située à l’écart du bourg, le long du vieux chemin de Brousse et dominant la vallée du Pian. Au XVIIIe siècle, le vignoble s’étendait tout autour et arrivait au ras de l’habitation.
Parking limité à 2 ou 3 voitures en faisant attention de ne bloquer aucun passage. Se rabattre vers le parking du stade si il y a déjà quelques voitures.

Commentaires

    You can or this trail