← Partie de Belgique - Province de Hainaut

 
-
-
272 m
188 m
0
4,3
8,7
17,39 km

Vu 4656 fois, téléchargé 85 fois

près de Sautin, Wallonia (Belgique)

MONTBLIART
Venant de Rance, l’on découvre, au bout d’une longue côte qui traverse les bois, à la corne du cimetière, les quelques maisons qui forment le centre de Montbliart, "village clairière", entourant l’église paroissiale Notre-Dame. C'est le plus petit village de l'entité de Sivry-Rance avec ses 510 hectares.
Les premiers écrits dans lesquels on parle de Montbliart datent de 1185. Au Moyen-Âge, Montbliart relevait de 2 seigneuries: celle de Beaumont dont dépendait le nord du village, et celle de Chimay dont dépendait le sud.
C'est là que naquit en 1624 Paul Desorbait, célèbre guérisseur et professeur à l'université de Vienne qui fut appelé au chevet de l'Impératrice Eléonore d'Autriche. Un pont porte aujourd'hui son nom.
En 1953, Pol Bury et André Balthazar créèrent l'Académie de Montbliart et la "Pensée Bul".
Montbliart est aussi connu pour son château du XVIIè siècle et la Fontaine des Malades dont l'eau, très douce, guérissait bien des maux.
SENTIER ECO-PEDAGOGIQUE DU BOIS DE BRUYERE Se promener tout en découvrant la vie de la forêt et les pratiques sylvicoles, tels sont les buts du sentier éco-pédagogique du Bois de Bruyère. Le sentier est basé sur une promenade de quelque 2,5 km en forme de boucle. Le circuit débute à l’aire d’accueil où le visiteur peut stationner en toute sécurité. Divers aménagements permettent également à tout un chacun de se reposer,se sustenter... D’une part, ce parcours vous permet de découvrir quelque 80 espèces ligneuses par groupement de 5 arbustes. D’autre part, une série de panneaux d’information vous révèlent l’intervention de l’homme dans la forêt en vulgarisant les diverses étapes du travail des acteurs forestiers, l’évolution du massif, le rôle de la Division Nature et Forêts et le traite-ment sylvicole. Quarante nichoirs pour une quinzaine d’espèces ornitholo-giques sont également exposés en situation réelle. Enfin, le volet « conservation de la nature en milieu forestier » est largement abordé. En somme, une escapade bucolique où flaner au bois tout en apprenant est une réalité concrète. Cette promenade est accessible durant les quatre saisons et vous offre un tableau différent pour chacune d’entre-elles. Pour de plus amples renseignements, Office du Tourisme de Sivry-Rance : Tél : 00 32 (0)60/ 45 57 93
PIERRES QUI TOURNENT - DEUX MÉGALITHES EN GRÈS LANDÉNIEN
Sur le térritoire de Sautin, se dressent deux mégalithes en grès landénien orientés dans le sens nord-ouest/sud-est. Mesurant sensiblement la même hauteur, l’un des mégalithes est appelé " la pierre qui tourne " tandis que l’autre est nommé " le polissoir ".
Autrefois monolithe, la pierre qui tourne a été cassée en deux parties. Reconstituée en 1920 par un maçon de la commune qui a ressoudé les morceaux à l’aide de béton, elle a pour dimension une hauteur de 2,50m, une largeur variant entre 0,50m et 1,20m et une épaisseur allant de 0,60m à 0,80m. Le polissoir ayant, quant à lui, le sommet arrondi, a pour dimensions une hauteur de 2,20m, une largeur à la base de 1,75m et une épaisseur moyenne de 0,50m. Par ailleurs, sur sa face tournée vers le sud-ouest, un sillon horizontal, long de 1,20m, large de 0,30m et profond de 0,20m, le traverse à mi-hauteur. Rattachées à ces mégalithes, de curieuses légendes racontent que : - chaque soir, juste avant minuit, les pierres accomplissent un demi-tour sur elles-mêmes. -ch que matin, lorsque le coq claironne dans les environs, l’une d’entre elles tourne également. -les pierres tournent aussi sur elles-mêmes durant la nuit de Noël. -Les druides et les druidessees, à force de tourner et de danser autour de ces pierres, les faisaient tourner. Par ailleurs, si on parle toujours de "la" pierre qui tourne, les légendes parlent toujours "des pierres qui tournent." Légion en Europe occidentale, ces pierres qui tournent, ou encore qui virent, sont souvent associées à l’idée d’un trésor qui serait enfoui à leur base. Ainsi, en 1835, la pierre qui tourne de Froidchapelle fut abattue dans l’espoir d’y trouver un trésor ! En fait, ces mégalithes ont tous les mêmes caractéristiques ; ils bougent à l’aurore, à minuit ou encore aux solstices ; c’est-à-dire lorsque le temps arrive à un moment charnière. Ils se comportent comme une porte qui s’ouvre ou se ferme au gré des mouvements du soleil, ce qui révèle leur caractère sacré. Les travaux de l’école de Mythologie française ont d’ailleurs pleine ent confirmé que les pierres qui tournent étaient jadis, au centre de cultes solaires. La conservation et l’entretien de ce site sont assurés par la Régie des Bâtiments.
DÉPART : parking à proximité de l’église de Sautin (rue du centre).

Commentaires

    You can or this trail