-
-
2 613 m
692 m
0
4,6
9,3
18,53 km

Vu 2317 fois, téléchargé 36 fois

près de Salau, Midi-Pyrénées (France)

Ascension du Cap de Ruhos, sommet frontière peu fréquenté, puis très bel itinéraire suspendu entre vallée du Salat et vallée de l'Ossèse, sur une crête de 8 km jusqu'au pied du Tuc de Peyre Mensongère. A faire impérativement par temps dégagé et peu venté.

Difficulté :
Montée raide jusqu'au col de Crusous puis ascension en crête large et pentue nécessitant d'être simplement un minimum concentré. Le cheminement qui s'ensuit consiste à redescendre au col de Crusous pour emprunter toujours en crête plus ou moins marquée des traces intuitives de troupeaux. La pente parfois rocheuse mais le plus souvent herbeuse est toujours présente et il convient simplement de rester concentré. La "difficulté" décroit progressivement mais le parcours reste long. Il n'y a pas d'eau jusqu'au col de la Serre du Cot (captage au pied du Tuc de Peyre Mensongère)

Départ :
Carreau des anciennes mines d'Anglade (alt. 1200 m), au terminus de la route goudronnée Seix - Pont de la Taule - Couflens - Salau

Arrivée :
le cheminement en crête à proprement parler s'achève au pied du Tuc de Peyre Mensongère, au niveau du col de la Serre du Cot (qu'on peut rajouter à la liste des sommets de la rando !). De là, plusieurs possibilités :
- Utiliser le GR10 pour descendre vers l'ouest à Couflens où l'on aura laissé un véhicule
- Utiliser le GR10 pour descendre vers l'est à Bielle. Le véhicule sera laissé sur la piste qui remonte la vallée du ruisseau de Bielle à l'altitude 1000 m près des granges Crabude
- Monter dans la voiture qu'on aura eu le courage de positionner préalablement à proximité du col de la Serre du Cot (alt. 1541 m, petit parking) après 12 km chaotiques sur la piste de la Fonta.
- Nous avons essayé pour vous (cf la trace GPS) la redescente sur le Trein d'Ustou par la forêt de la Fonta (ça peut valoir le coup à l'époque des champignons !). Pour cela emprunter la piste de la Fonta qui descend plein nord à partir de la cote alt. 1541 m. Lorsqu'elle passe à l'ouest en deux virages à gauche successifs, il faut la quitter peu avant le second et plonger à droite pour rejoindre la crête (discrète au début) qui chemine en sous-bois plein est. Eviter de s'en écarter car c'est un bon guide qui vous conduira sans encombre au Cap de Souliou (encore un mini-sommet avec vue sur Guzet, St Lizier !). La crête finit par s'estomper et fait place à une combe qui conduit à la piste quittée beaucoup plus haut, puis au village du Trein où l'on aura garé la voiture.

Description :
Du carreau de la mine d'Anglade, emprunter le sentier qui monte à la cabane d'Aubé. De là s'élever dans la combe plein est en utilisant le chemin balisé jaune (marquage très ancien) si vous le trouvez, ou votre intuition (vous pouvez faire confiance aux troupeaux !). Peu à peu le Valier montre sa tête par delà les crêtes de la combe d'Aula. A 1900 m, on prend pied sur le bord d'une petite dépression marécageuse et l'on aperçoit une ruine. Le chemin contourne la doline par son flanc sud. Arrivé au col de Crusous (alt. 2203 m), on peut admirer la vallée d'Ossèse dominée par le pic de Montagnou, de la Fourne, de Montabone et de Marterat. Il reste 400 mètres d'ascension pour atteindre en crète le Cap de Ruhos (alt.2618 m). Pas de difficulté particulière, il faut juste adopter une progression prudente. Le cheminement le plus pratique est le plus souvent en crête ou légèrement sur son flanc ouest Prendre le temps d'observer la colonie de rapaces (nous avons dû contourner une nichée de vautours fauves). Rencontre avec une famille de tetras très surpris par notre progression silencieuse. Au sommet, vue imprenable sur les pics alentour : Marterat, Montabone, Certescan, l'imposant Mont Rouch et la face Est du Valier. On oubliera l'emprise de Guzet Neige dans ce spectacle sauvage. On s'atardera davantage sur le glacier de l'Aneto qui brille au soleil du matin. Un petit saut vers la Montagnoule, à deux pas, pour observer le lac Mariola. Mais ce qui donne envie est ce qu'il reste à faire ... La crête qui file au nord vers le Tuc de Peyre Mensongère, se dessine tel un fil tendu entre les deux vallées de Couflens et d'Ustou. Pour cela il faut redescendre au col de Crusous, en profiter pour grignoter un bout avant d'attaquer la découverte de cet enchainement de petits sommets. Pour monter au premier (l'Arrech) on peut descendre un peu le flanc est pour prendre une sente qui remonte sur un collet franchissant l'arète est du pic, ou alors monter un peu plein nord, face à la pente pour filer en dévers sous le sommet vers le collet sans perdre d'altitude. Il suffit ensuite de progresser sur l'arête en montant plein ouest jusqu'au sommet. Le cheminement de pic en pic se fait alors facilement, toujours en suivant les sentes de troupeaux qui prennent le soin d'éviter les passages rocheux en basculant d'un versant sur l'autre : pic des Maurets, Peyrenère, Soubirou, Mont Sain, Pic de la Tèse. Au-delà la crête s'adoucit mais si la progression devient plus tranquille, le paysage reste grandiose : on découvre une nouvelle perspective, les sommets frontaliers masqué les uns par les autres sortent de leur cachette et ceux du piémont se rapprochent en prenant de l'ampleur. Le col de Pause semble à portée de main. Le cirque de Cagateille ouvre ses falaises lézardées de cascades ... Une fois arrivé au pied du Tuc de Peyre Mensongère (col de la Serre du Cot), monter au sommet ou emprunter l'un des itinéraires choisi pour rejoindre la vallée de votre choix par l'itinéraire qui vous convient !

Dans tous les cas vous en aurez plein les pattes et plein les yeux !

View more external

Commentaires

    You can or this trail