Durée  9 hours 8 minutes

Coordonnées 1868

Publié 8 septembre 2013

Recorded septembre 2013

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
2 717 m
1 222 m
0
3,2
6,5
13,0 km

Vu 20716 fois, téléchargé 1041 fois

près de Gavarnie, Midi-Pyrénées (France)

|
Afficher l'original
Si vous voulez voir cette route avec le texte et les photos insérées dans la description, visitez mon blog à ce lien:

GR 11 Stage 18 Goriz - Pineta (dans mon blog)

Sans trop nous arrêter pour en parler, nous avons décidé de nous lever tôt et de passer notre temps à nous promener dans une promenade plus tranquille et contemplative, nous permettant de profiter sans hâte de tous les environnements merveilleux que nous marchons.

En plus du premier jour, le protagoniste était la vallée de l’Ara et hier c’était celui d’Ordesa, aujourd’hui la vallée d’Añisclo deviendra protagoniste.

Un bon petit-déjeuner, comme hier au buffet, nous a mis au diapason et une fois pourvu du pique-nique que nous avions organisé, nous avons quitté le refuge lorsque les premiers rayons du soleil ont caressé les plus hauts sommets. Certains de ceux qui avaient dormi dans des tentes ont commencé à les quitter.

Au-dessus de nos têtes, nous avons eu toute la nuit le cylindre de Marboré, le cou du cylindre et Peña Roya, que nous quitterons avec l'intention de revenir plus tard pour nous rapprocher d'eux.

Il y a une petite installation météorologique en face du refuge. Vous devez passer par là, en le laissant juste à votre droite pour continuer le chemin clairement indiqué.

Ces premiers mètres de marche représentent nos adieux à la vallée d’Ordesa que nous avons visités hier. Nous aurons encore en vue pendant longtemps la profonde coupure que représente la vallée sur le sol, une coupure qui devient plus évidente lorsque nous nous dirigeons vers le Morrón de Arrablo, où nous allons le perdre de vue.

En arrivant au Collado de Arrablo, nous regardons en arrière pour dire au revoir au Refuge et nous pouvons voir tous ces sommets qui marquent clairement la fin de l'Espagne et le début de la France. Notre projet n'a pas envisagé la visite (pour cette fois) à ces endroits, mais nous voulons revenir, expressément, leur rendre visite.

En arrivant à Collado de Arrablo, nous devons choisir l'option, car il y en a deux: le premier consiste à traverser la Valle de la Ribereta Arrablo jusqu'à atteindre le fond du canyon Añisclo, pour passer de l'autre côté de la rivière Bellos, à Fuen Blanca, puis montez de l'autre côté de la vallée. La deuxième option consiste à contourner la bande qui borde la Punta de las Olas. Cette dernière option est plus difficile mais comme il n'y a pas que de la neige, mais que le terrain est sec et que les vues peuvent être fantastiques, nous avons opté pour cette deuxième option.

En prenant la décision, nous quittons Punta Custodia sur notre droite et nous faisons un virage à gauche pour passer sous le Morrón de Arrablo.

Nous avons trouvé curieux que, en passant par le Collado, un troupeau de moutons paissait sur les pentes de Punta Custodia. En passant et en nous entendant, ils ont commencé à nous approcher l'un après l'autre. Ils nous ont suivis pendant que nous montions la jupe de Ramon Soum, et les très "jodías" n’ont pas abandonné dans leur poursuite jusqu’à ce que nous soyons déjà tout à fait debout. Et j'ai pensé à ce que cela me coûtait de gravir les pentes et de «sucer» ce qui semblait être pour eux. Et ... il n'y a pas moyen d'avoir de la pratique!

Le Morrón de Arrablo ou Torre de Góriz (2.792 mètres), qui était au-dessus de nous, reste à notre hauteur.

Le sentier est bien balisé. Très pierreux, en montée avec une différence de 300 mètres sur 2 kilomètres. Nous prenons le temps, nous arrêtons encore et encore pour photographier.

Au bout d'un moment, nous nous sommes placés à la hauteur du Morrón et juste en dessous du Pico Añisclo ou du Soum de Ramond.

Où que nous soyons, la vallée d'Ordesa ressemble à un affaissement sur le sol, comme si, sur un terrain plat, quelqu'un avait heurté une hache géante par terre. Et cela a été le cas: le bûcheron a été les siècles et la hache des glaciers qui ont creusé la vallée profonde.

Quelques pas de plus et nous commençons à quitter le Soum de Ramond.

Presque sans nous en rendre compte, nous sommes arrivés, après avoir surmonté un écart de 400 mètres depuis que nous avons quitté le Refuge, pour rejoindre la Ceinture des Vagues. Pendant longtemps, tout le canyon et la vallée d'Añisclo, d'une beauté indescriptible, sont apparus sous nos yeux.

D'où nous sommes nous pouvons clairement voir presque tout le canyon, au fond, apprécier comment le Barranco de la Pardina commence à notre droite, au nord-ouest et un peu plus loin, juste dans l'autre direction, commence le beaucoup plus petit Barranco Mallo Sasé Et les pics les plus pertinents. Tout simplement spectaculaire.

Le chemin longe la Punta de las Olas. À un moment donné, cela devient un peu compliqué ... ou délicat, plutôt que de le parcourir. Pour ma part je me concentre bien là où je mets les pieds, car il y a beaucoup de cailloux, beaucoup, et à notre droite une pente courte et raide qui donne un gouffre. Je reconnais que le terrain pour lequel je me déplace habituellement n'est pas comme ça. En fait, Pepe et Jose vont comme chez eux.

Lorsque nous avons déjà en vue le Collado de Añisclo et La Suca, nous avons décidé de nous arrêter un moment et, sans sacs à dos, de faire plaisir au doigt, de prendre des photos au hasard, d'autres avec "pose" et d'autres surpris en action

Une partie des pics que nos yeux envisagent peuvent les identifier, mais pas les autres.

Heureux avec les photos prises, nous portons des sacs à dos et continuons.

Nous commençons à faire le Rincon de las Olas, à 5,9 kilomètres du point de départ.

En face de nous, sur la droite en direction de la marche, le Suca ou Pico Inferior de Añisclo nous contemple. Comme je n'ai pas de formation géologique, je ne peux pas expliquer comment la roche est composée, mais je peux indiquer ce que j'ai vu: le sommet est formé de roches de deux types complètement différents, l’une plus claire.

Nous continuons à marcher dans un sol pierreux qui, en hiver ou sous la pluie, doit être très dangereux. Nous, même si c'est sec, nous faisons attention, que ce n'est pas une question de trébucher.

Au dessus de nos têtes, la Punta de las Olas

À quelques mètres, un énorme printemps saute entre deux rochers. Le jet d'eau a l'épaisseur d'un bras. Nous vidons l'eau que nous transportons et remplissons celle qui sort des rochers. C'est de l'eau qui est "minérale"!

Munis d'eau, nous avons immédiatement trouvé une entrée à notre gauche. Nous devons monter d'environ 25 mètres. Les chaînes sont attachées aux murs qui aident à la montée. A mon avis, ce n'est pas plus dangereux qu'au moment où les chaînes sont finies, mais nous avons de la chance que tout soit sec. Un terrain humide ou enneigé devra être extrêmement prudent.

Immédiatement, nous trouvons une autre section, à mon avis beaucoup plus dangereuse car, malgré les chaînes existantes sur le terrain, la verticalité est importante et le gouffre de notre côté est considérable.

Nous avons mis les cannes dans les sacs à dos et sommes descendus en les tenant des deux mains. Avec prudence, oui. Mais je ne peux pas nier que toute cette section était, de loin, la plus excitante de la journée.

Nous arrivons au Collado de Añisclo. Lorsque nous regardons en arrière et voyons l'endroit où nous sommes descendus, je ne peux tout simplement pas y croire.

Enfin, nous sommes dans le Collado de Añisclo. Je dois avouer que c'est probablement l'un des plus beaux endroits que je puisse contempler sur cette route pyrénéenne. A notre droite le canyon Añisclo, parcouru par la rivière Bellos et regorge de végétation exubérante. Le Suca ou Pio Inferior de Añisclo (2 802 m). Derrière, les Tres Marías (Zuca Punchuda -2 781 mts, Zuca Roncha -2,757 et Zuca Plana -2,702-)

Du Collado, la vue sur la vallée de Pineta est impressionnante. En bas, à 1 216 mètres au-dessous de nous, le Parador de Turismo semble minuscule. Et nous devons sauver cette différence (de 25%) dans peu de temps!

De l'autre côté de la vallée de Pineta, le Llano de La Larri et les sommets de La Munia, Robiñera et Chinipro, à travers les environs desquels nous nous déplacerons demain.

À gauche (comme on le voit), les sommets de Peña Blanca et de Pola, Puerto Viejo, Blanco, de la Fenetre, Punta Forcarral et Pineta Peak.

Le panorama est tout simplement spectaculaire.

Le Collado de Añisclo a une zone plus herbeuse, qui regarde vers le canyon Añisclo et qui a invité à s'asseoir. Nous l'avons fait pendant quelques minutes, alors que nous prenions des fruits qui nous donneraient de la force pour la descente qui nous attendait.

Après la pause, nous avons commencé la descente. La descente est respectueuse, mais nous avons eu la chance de trouver le terrain complètement sec, ce qui nous a permis, bien sûr, de descendre les 4,5 kilomètres de pente raide avec une relative facilité et une bonne course.

Notre descente n'est interrompue que par les arrêts fréquents que nous prenons pour prendre des photos des fleurs.

Et nous avons l'immense chance de tomber dans la descente avec beaucoup d'edelweiss.

En perdant de la hauteur, nous sommes émerveillés par la grandeur des montagnes qui nous entourent. Un vrai régal pour les yeux et l'âme.

Lorsque nous avons baissé la moitié de la chute et que nous avons encore 600 mètres pour atteindre le fond de la vallée, nous trouvons la ceinture de Tormosa, que nous couvrons sur près d’un kilomètre pendant que nous continuons à descendre.

Nous avons trouvé une première zone boisée de hêtres et de pins et dans le Barranco de la Solana, nous avons trouvé un ruisseau qui coule rapidement pour déverser ses eaux dans la rivière Cinca, au fond de la vallée.

Après le ruisseau, nouvelle zone de forêts précieuses.

Et enfin, nous sommes arrivés à la vallée et nous avons été submergés par la beauté du fond de la vallée, avec la belle vue offerte par Pineta Peak et Monte Perdido

Nous avons traversé le lit de la rivière asséchée, absolument pierreux et plein de gravier de la rivière Cinca. Selon plus tard, quand la rivière ne transporte pas beaucoup d'eau, elle coule sous terre, sous les pierres.
Derrière certains arbres se trouve le refuge Pineta, où nous nous préparons à nous reposer après une journée absolument inoubliable.

View more external

Muy complicado
Fuente manantial
Cadenas en el suelo
Inicio bajada a Pineta
Cascada

19 commentaires

  • Photo de Crispal

    Crispal 9 févr. 2014

    ¡Vaya pasada de ruta, Dalits! Pilla fuera de mis circuitos, pero me ha encantado la descripción y las fotos. Y bien que me gustaría poder hacerla alguna vez.

  • Photo de Dicaru

    Dicaru 23 avr. 2014

    Sencillamente espectacular, Dalits. La descripción completísima. Gracias por compartir.

  • Photo de Manbema

    Manbema 22 mai 2014

    Impresionante descripción del recorrido, que he seguido en tu blog. ¡Qué envidia!

  • Photo de Mirafrin

    Mirafrin 25 mai 2014

    I have followed this trail  View more

    Otro recorrido típicamente pirenaico, sin un solo palmo que desmerezca. Espacios como estos son los que te hacen enamorar de Pirineos en general y de estos tramos aragoneses en particular. Tu descripción me ha parecido magnífica y el aporta gráfico lo mismo, en especial por el añadido que le pones a algunas fotos. Enhorabuena.

  • Photo de Pelopua

    Pelopua 27 mai 2014

    Evidentemente, todo el Pirineo es una pasada, pero estos recorridos por el aragonés, una maravilla. Las fotos preciosas y la descripción del recorrido muy entretenido. Felicidades.

  • Photo de Parian

    Parian 30 mai 2014

    I have followed this trail  View more

    Otra etapa inolvidable. Tu descripción magnífica, con todo tipo de detalles. Las indicaciones de los nombres de los picos en las diversas fotos, una labor impagable, Dalits. Gracias.

  • andres1958 6 juin 2014

    ruta espectacular en todos los sentidos
    https://es.wikiloc.com/rutas-senderismo/gr-11-etapa-18-goriz-pineta-5205325/photo-2863930

  • Photo de pmbrea

    pmbrea 31 août 2014

    Me la apunto, gracias por compartirla.

  • Photo de LATOUR 3000

    LATOUR 3000 13 mars 2015

    muchas gracias por compartirla
    es de gran importancia para los de mas

  • Photo de Dalits

    Dalits 13 mars 2015

    De nada LATOUR 3000. Esa es la intención, que sea de alguna utilidad para los otros.

    Un cordial saludo.

  • Photo de Cocinilla

    Cocinilla 21 mars 2015

    Guardado el track. Espero que caiga este verano. Magnífica descripción y buenas fotos. Gracias.

  • Photo de Depuntillas

    Depuntillas 29 mars 2015

    I have followed this trail  View more

    Durísima y muy difícil etapa, al menos para mi. Buen track y fotos, que me han traido muchos y buenos recuerdos.

  • Ginés540 28 juin 2015

    Muchísimas Gracias, la descripción genial el miercoles 08 de Julio pasaré por alli y me preocupaba el paso por las cadenas y si estaba bien marcada o no, pero con vuestra descripción me ha quedado claro y me tranquiliza, es un lujo dar con gente como vosotros,

  • Miquel Simon 5 mai 2018

    Una descripción perfecta, llena de detalles y aportando tu experiencia. Encantado.

  • Photo de sextante

    sextante 10 janv. 2019

    Dalits, una ruta extraordinaria, que está a la altura de la gran descripción que haces y de las buenas fotos que aportas. Gracias por compartirla.

    UN SALUDO

  • evaracksa 31 juil. 2019

    Esta ruta, bueno, especialmente la bajada del collado de Añisclo, se puede haver con mochila de unos 10 kg aproximadakente? La verdad es que en las fotos se ve practicamente como una pared.

  • Photo de Dalits

    Dalits 31 juil. 2019

    Nosotros la hicimos con mochilas de ese peso.

  • evaracksa 2 août 2019

    Gracias Dalits!! La verdad es que es una ruta increíble! Imagino que esta bien señalizada, no?

  • Photo de Dalits

    Dalits 2 août 2019

    Sí. No hay problema para seguirla.

You can or this trail