Coordonnées 182

Publié 30 août 2018

-
-
126 m
89 m
0
1,3
2,7
5,3 km

Vu 61 fois, téléchargé 3 fois

près de Les États, Wallonia (Belgique)

Belle balade champêtres avec visite d'une chapelle pas banale.

Pour arriver au point de départ, aller à l'angle de la rue d'en Haut et rue de Chisebais à Incourt.
Vous contournez le vaste site de l’ancienne carrière à quartzite ou grès siliceux. L’exploitation du quartzite d’Opprebais remonte à 1754. Elle se développa au 19e siècle, puis fut favorisée par la création d’une ligne vicinale au début du 20e siècle qui contournait Opprebais et desservait ses carrières. Jusqu’aux années 60, elle constituera un des fleurons économiques de la région. Cette pierre très dure au ton allant du gris rosé au gris verdâtre fut largement utilisée comme pierre à paver et dans une moindre mesure comme pierre à bâtir ; on la retrouve dans quelques soubassements ou pans de murs. L’extraction s’est arrêtée définitivement vers 1975. La fosse d’extraction est aujourd’hui occupée par un grand lac d’eau turquoise, d’origine souterraine (indiquant la hauteur naturelle de la nappe aquifère) et propriété de la Société Wallonne des Eaux. La végétation naturelle (saules, bouleaux) s’est progressivement emparée du reste des lieux qu’elle recouvre au fil des ans. Continuez légèrement à gauche pour arriver sur le site aménagé. Vous traversez l’ensemble du site de la carrière qui a été transformé en un espace rural convivial composé d’un centre de logements intergénérationnels, d’une Maison de la Nature (ne manquez pas le point de vue depuis cet endroit), d’espaces de loisirs et d’un sentier nature-découverte autour du plan d’eau. Ce parcourssanté que vous empruntez en partie permet de découvrir la faune et la flore locales grâce à des panneaux didactiques.
Tout un parcours de santé sur ce chemin
Carrière fréquentée par les plongeurs ! Le site de l’ancienne carrière de Dongelberg (à découvrir lors de la promenade J14) est impressionnant ; il réunit deux creusements presque mitoyens situés à proximité de l’ORBAIS. Le quartzite ou grès siliceux dit « de DONGELBERG » est une pierre dure et difficile à tailler, offrant une large palette de couleurs : une gamme de gris imprégnés de rouille et de reflets bleus, verts, rosés ou violacés. Il n’apparaît que localement dans l’architecture et sera, comme le quartzite d’OPPREBAIS, exploité intensivement sous forme de pavés dès la 2e moitié du 18e siècle. C’est au 19e siècle, grâce au pavage des grands axes routiers, que les carrières de DONGELBERG prennent leur essor ; elles se développent encore avec la création de la ligne de chemin de fer WAVRE-JODOIGNE en 1887-1889 qui passe à DONGELBERG et permet d’acheminer la production. Vers 1900, les carrières sont regroupées en « Société anonyme des Carrières de Quartzite de Dongelberg », devenant la deuxième plus grande carrière de l’arrondissement de Nivelles et employant plus de 150 ouvriers ! Mais suite à la concurrence de l’asphalte, l’entreprise déclinera progressivement au cours du 20e siècle. Le site est actuellement livré à une exploitation de pompage d’eau potable.
On peut ensuite admirer la vallée du ruisseau de l’Orbais, qui serpente dans une zone traditionnellement réservée aux pâturages, alors que les grandes cultures betteravières et céréalières sont installées plus haut, à flanc de coteau et sur le plateau.
Il faut s'arrêterà la chapelle Sainte-Ragenufle et même vous désaltérer à la fontaine. Ragenufle, martyre du 7e siècle, est la sainte patronne d’Incourt. La légende raconte que Ragenufle, jeune noble mérovingienne, s’enfuit de la maison familiale alors que ses parents voulaient la marier. Elle se réfugia dans une forêt voisine où elle finit par mourir ; une source surgit à l’endroit de son trépas. Une fontaine a été construite à l’endroit du miracle : elle donne une eau excellente à laquelle on attribue une vertu miraculeuse pour guérir les fièvres. De temps immémorial, les habitants s’y rendent en procession le jour de la Pentecôte après la messe, pour y réciter un chapelet, boire l’eau bénite et baiser la patène. Il s’agit de l’unique fontaine d’eau potable recensée en Brabant wallon
La collégiale Saint-Pierre, à Incourt, a été édifiée en 1780. Elle est certainement la quatrième église consécutive construite à cet emplacement. La première, déjà dédiée au Prince des Apôtres, a été bâtie en 650 sur la tombe de sainte Ragenufle, par ses parents, Ajus et Aja, grands seigneurs mérovingiens de la région, proches parents du bienheureux Pépin de Landen, maire du palais du célèbre roi Dagobert. Née vers 635, sainte Ragenufle refusa le beau mariage voulu par ses parents, mena une vie de pénitence dans la solitude et mourut d’épuisement le 14 juillet 650, à l’endroit où se trouve aujourd’hui sa célèbre fontaine, lieu de pèlerinage fréquenté par les fidèles. En 1036, les seigneurs d’Incourt fondèrent un chapitre de 12 chanoines ; cette institution fut installée en 1112. Transféré en 1454, à l’église Saint-Jacques de Louvain, le Chapitre Sainte-Ragenufle fut supprimé sous la domination française à la fin du XVIIIe siècle.

Commentaires

    You can or this trail