-
-
4 096 m
1 700 m
0
21
43
85,34 km

Vu 12705 fois, téléchargé 362 fois

près de Tighza, Tadla-Azilal (Morocco)

la traversée du massif du Mgoun entre Ait Bougmez (Arous) et Ait mgouna (Aguerzaka)demande une solide infrastructure (guide et muletiers)attention aux grands vents,tempêtes de neige et orages qui peuvent être ici redoutables.période favorable juin juillet.octobre pour les lumières ,mais les sources y sont souvent asséchées .
Ce long préambule passé, il m’a fallu six années pour oser revenir sur le Mgoun.

Certes ce n’est pas un sommet d’une grande beauté, mais ses formes massives et trapues, sa longue crete à 4000 m en fait un belvédère époustouflant sur le sud de l’Atlas.
La dorsale complète du Mgoun où se situent des sommets dépassant les 3800m mesure plus de 20 km de long.
La voie empruntée lors de notre traversée ne représente que 4 km ; c’est dire s’il nous reste encore du chemin pour la connaître intégralement.

C’est en compagnie de treize adhérents d’Auñamendi que j’ai envisagé ce retour avec l’aide d’un guide local cette fois ci.
L'animation et l’organisation seraient confiées à Pipas

Le but du séjour c’était la montée au Mgoun, second sommet du Maroc et surtout de traverser les gorges du Mgoun, monument du patrimoine naturel du Maroc.
Ethnologie,géologie,émotion,culture seraient les cairns qui jalonneront notre parcours.
La vallée du Mgoun, affluente du Dadès dans lequel elle se jette près de Qalaat Mgouna, est célèbre pour la culture des roses utilisées par l’industrie du parfum.
Elle est parsemée aussi de dizaines de milliers de lauriers roses dont les odeurs enivrent le marcheur ou le transhumant.
Des dizaines de hameaux aux maisons de pisé s'étalent le long de cette artère vitale qu'est la rivière.
Les premiers villages apparaissent dès 2300m.Ils sont bâtis à flancs de montagne pour échapper aux crues dévastatrices.

Chaque arpent de terre gagné à la nature est amendé et irrigué par la sequia.
Un ordre ancien régit pratiques pastorales ou agraires et vie en société patriarcale.
Ces populations (Ayit Mgoun) anciennement animistes sont islamisées de nos jours.Les prêtres ,qui vivent de services cultuels et séculiers, sont pour la plupart non berbères.
Suivant qu'ils soient mariés ou pas,ils n'ont pas le même statut auprès de la population.
Ce voyage serait aussi l'occasion de rencontrer les Ayit Atta ,ces fameux nomades qui ont rempli l'imaginaire de notre jeunesse, quand nous dévorions tous ces livres racontant l'Atlas et les déserts dont les auteurs s'appelaient Frison Roche,Felze,Henri Lhote,Hovel, Segonzac....

Ce samedi de juillet RDV était donné à la première heure sur le tarmac de l’aérodrome d’Hondarribia (Gipuzkoa).
Le soir à 20h30 nous étions tous blottis sur les sofas généreux du gite Tamazirt à Arous, au fin fond de la vallée des Ait-Bougmez, en plein cœur de l’Atlas, en train de siroter nos 3 verres de thé vert et manger le premier tajine au mouton de la semaine.
À Marrakech, il faisait 44 degrés et ce n’est ici,qu’enfin, nous pûmes trouver un peu de fraicheur, d’autant que la route entre Azilal et Agouti ne fut pas de tout repos.
Durant la traversée du jbel Talmest, sur les pentes du col de Tizi n’Oughbar , notre chauffeur nous donna des sueurs froides.
Passons.

Mes camarades n’auront pas le loisir de flâner le long des prairies et vergers de la vallée d’Ait Bougmez, ni d’admirer les traces de dinosaures du coté de Tabant.Ils ne verront pas le fameux grenier de Sidi Moussa inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO ,ancien lieu de culte au saint de l'islam.
Le départ du dimanche matin est donné à 7h.
Sept muletiers de Tabant et des environs harnachent leurs mules de charge voisinant le quintal.Ils nous donnent des nouvelles des guides de "Rêves Berbères" du village voisin d'Iskatefene.

Maintenant arrêtez vous un peu, je vous invite au voyage..
"Voyager c'est savoir s'arrêter" disait T'serstevens.

deux petits textes en euzkara de Xan Errotabehere ,qui symbolisent la philosophie de notre association :écoute ,observation ,humour.

-->
Ighil M’goun (4088m) Auñamendi taldearekin
Ahal banitu lotu mendiak mendieri, herriak herrieri…(M. Erdozaintzi-Etxart)

Uztailaren 10-ean, hegazkinak eraman gaitu Hondarribitik Marrakex-era. Hamalau lagun Ipar Euskal-Herritik joan gira Marrokora, Goi-Atlas-eko mendien zeharkatzera, zortzi egunez. Antolatzailea : Beñat, Ahuñamendi elkarteko burua. Gure trekking-ean, behar ginuen besteak beste, M’goun (4088 m) gainditu eta honek dauzkan osin-arroilak jautsi. Gida profesionala ginuen : Pipas, Xuberotarra eta hunen lagun-mina Mohamed, tokiko aintzindaria. Zazpi mando, beste hainbeste mandazain eta sukaldaria. Karabana gaitza, koloretsua bezain nahasia, bainan trinkoa : denak bat. Ibilaldia ederretan ederren izan da, amestua zen heinekoa. Han ez zen deusen eskasik: ez jan, ez edanik, ez osagarririk, ez humore onik. Eta denen gainetik iguzki beroa eta zeruko izarrak.
Alabainan holako ibilbide batek, kirolaz gain, badauka beste altxorrik. Ehun bat herrixka zeharkatu ditugu. Jendea ‘Ait ata’ tribukoa, Berberoa, mendi laborantzatik bizi da. Lur-landa zatitxoak, mendiari hartu dituztenak, bat besteari datxikola, artatzen dituzte baratzeak bezala, urestatuz arroila bidez : sagardi, intxaur-ondo, luzerna, sekale, arto, baratze oparoak. Jendea badabil, etengabe bidexkaz bidexka, igitaia edo aitzurra bizkarrean, batetik bestera. Hemen, emazteak kokoriko igitaiekin belarra, ogia edo luzerna mozten eskutaraka, edo astotxo batekin ur-keta. Han ogia jotzen asto pare bat hesola bati loturik inguru-minguru… Jendeak beti irriño bat ezpainetan, begia dir-dir. Erlategian bezala jendea haia-haia doa. Gehienek neguko sei-zortzi ilabetez bederen ez dute ‘zibilizaturik’ kurutzatuko.
Gorago mendian 3 000 metroz goiti, daude familia osoak, ardi eta ahuntz tropekin, udako alapideetan. Zenbaitzuek kameluak badituzte libroan. Harrigarria nola lotzen den jendea biziari, zein gutirekin bizi daitekeen! Mortua ere bizi! Beharrean gertatuz, deus guti duten hura emanen dautzute, nobleziaz eta jendetasunez.
Nola ez aipa haurrak, nun nahitik ateratzen, bizi-biziak, lasterka. Baduzu beti buru ttipi bat nunbaitik zuri so. Begi borobil beltxak, kuriostateak janak. Agur ttipi bat eginez... Egun hemen haziak bainan bihar… nun biziko ?

Gogoetetan bat atxikitzekotz hau litzateke : Holako mendietan zein mendrea den jendea eta denbora berean zein handia! Planetako lau haizetan zehar, mendi handiek berdintsu moldatzen dute jendea eta jendea manera berean moldatzen da mendiari. Bai, nunbait hurbileko senditu gira.
Euskaltarrek ‘Ait Attarreri” agur eta ohore !

Auñamendi partez
Xan Errotabere
2010/07/19

-->

View more external

11-JUL-10 14:05:04
11-JUL-10 20:21:43

4 commentaires

  • maddi 16 nov. 2013

    I have followed this trail  View more

    superbe trek réalisé dans une bonne ambiance et avec des conditions météo très agréables.
    il parait que ce n'est pas tous les jours le cas dans la zone.
    tB accueil des berbères.

  • dede1963 4 janv. 2014

    Trek prévu en juillet 2014 !!
    En quatre jours, on espère, à partir d'Arous jusqu'à Aguerzaka.
    Que propose le Gite Abdo ?
    Et le gite Ighrem Izdarn ?

    Merci, bravo pour site !

  • Photo de arroil

    arroil 4 janv. 2014

    gite abdo au bord du chemin.
    rustique. (dans le style haut atlas)

    gite ighrem izdarn
    pas mal. les marcheurs y font souvent étape .faire "tratu" au village pour se faire préparer un mouton à la braise si vous êtes seuls ou avec un guide.
    il vaut mieux en prendre un : ça facile beaucoup les contacts et le lieu de repos le soir.

    les choses évoluent bien vite dans ces montagnes ,en 4 ans il peut bien se passer des événements. entre 2004 et 2010 ,j'ai été surpris de bien des changements.le société des montagnes change surtout au conact des nombreux touristes.

    izan ongi
    arroil.

  • Photo de Txominesku

    Txominesku 23 oct. 2016

    Merveilleux trek avec un groupe magnifique.

You can or this trail