Temps en mouvement  une heure 18 minutes

Durée  une heure 41 minutes

Coordonnées 1037

Publié 27 mai 2018

Recorded mai 2018

-
-
551 m
422 m
0
1,5
2,9
5,83 km

Vu 127 fois, téléchargé 2 fois

près de Oraison, Provence-Alpes-Côte d'Azur (France)

Pont 14 la Baume Oraison
Cette boucle propose une découverte du patrimoine naturel et culturel de cette partie collinaire de la commune d'Oraison, le Bois de Saint Martin.
Du départ jusqu'au Pont 14 le chemin est particulièrement parfumé avec des plantes aromatiques de plein soleil et autres : thym, sarriette, fenouil... Des orchidées et autres végétaux profitent aussi de cette exposition.
Le large panorama que l'on découvre en arrivant au Pont 14 est profondément marqué par l'histoire géologique de la région : failles de la Durance encore actives qui séparent les formations de poudingue dites de Valensole - rive gauche de la Durance -, et de l'autre côté, rive droite, le bassin de Forcalquier d'origine marine et lacustre. Au-delà, vers le nord, les préalpes de Digne et du Dévoluy et, de l'ouest vers le sud, la montagne de Lure, le Luberon, les chaînes Aixoises et Marseillaises...
La vaste plaine de la Durance et ses terrasses, juste sous nos pieds, est fortement impactée par la présence de l'homme et ses activités agricoles, artisanales et industrielles et ce, depuis plusieurs millénaires. Ce terroir profite aujourd'hui largement de l'irrigation sous pression grâce à la construction, dans les années 1960, du canal EDF. Autrefois, seule la partie basse de cette plaine était arrosée en gravitaire par le canal du moulin d'Oraison, avec une prise d'eau dans le terroir de Dabisse, commune des Mées ce fut l'occasion de nombreux conflits. La Durance est aussi un axe vital de communication.
Le canal, que le pont 14 permet de traverser, alimente l'usine électrique souterraine d'Oraison.
Le sentier, hors balisage jaune, nous fait traverser une sorte de friche industrielle où l'on peut découvrir des restes de blocs de béton oubliés-là depuis la fin de la construction du canal EDF. Le bas de cette petite vallée a servi de carrière pour l'approvisionnement en matériaux (terre et galets) lors de la construction du canal.
Remontée jusqu'au chemin balisé. Sur la gauche, dans un virage, une charbonnière oubliée marque l'entrée du vallon de la fontaine de la Baume. La végétation toute provençale, caractérisée par une prédominance de chênes blancs dans les vallons et ubacs puis de chênes verts dans les zones plus ensoleillées, laisse pourtant apparaître une espèce nouvelle, introduite il y a une quarantaine d'années par l'ONF : le cèdre, essence au port droit et majestueux (aperçu de ces plantations sur photo aériennes GOOGLE MAPS).
La fontaine de la Baume, une source autrefois en activité, s'est aujourd'hui quasiment perdue. Des vestiges de murs marquent encore son emplacement : sans doute un bassin.
Les imposantes ruines de la Baume rappellent que, ici, dans ce cadre particulièrement isolé et quelque peu austère, une ou plusieurs familles vivaient en autarcie ou presque. La présence d'un pigeonnier signale-t-elle une propriété d'origine noble ? Une aire à battre le blé, peu avant l'oratoire est encore bien visible.
Dans la redescente vers la plaine par le ravin de Mars (évocation d'une bataille ?) on remarquera la présence d'anciennes charbonnières, ce qui n'a rien d'étonnant dans cette dense forêt de Saint Martin.
Dans ce court itinéraire nous sommes en permanence restés dans des terrains du mio-pliocène, formation dite de Valensole 1 et 2 : des poudingues composés de galets soudés entre eux par un ciment argilo-calcaire. Ces dépôts de matériaux issus des montagnes à l'entour, transportés par de puissants cours d'eau, ont duré une dizaine de millions d'années.
Itinéraire, texte et photos : Ch B

Commentaires

    You can or this trail