← Partie de France - Les Ardennes

 
-
-
490 m
273 m
0
3,8
7,6
15,27 km

Vu 9250 fois, téléchargé 126 fois

près de Les Hauts Buttés, Champagne-Ardenne (France)

LE MARAIS DES HAUTS-BUTTÉS
Au sein du massif ardennais, à 470 m d'altitude, dans la commune de Monthermé, le marais des Hauts Buttés constitue une clairière de 30 ha occupée par une lande tourbeuse humide. Les conditions écologiques particulières des lieux (sol acide, climat froid et humide) favorisent une végétation dominée par les sphaignes (mousses se gorgeant d'eau), les myrtilles, la callune et la molinie. Saules, bouleaux, pins et bourdaine viennent peu à peu coloniser le milieu.
Ceci donne un intérêt essentiellement botanique à ce site, malgré la diversité des invertébrés le fréquentant.
LE SANCTUAIRE DE SAINT ANTOINE DE PADOUE AUX HAUTS-BUTTÉS
Saint-Antoine de Padoue est réputé dans le monde entier pour faire retrouver les objets perdus.
Il soulage aussi les détresses et toutes les misères physiques, morales et spirituelles que les pèlerins lui confient.
Les murs de l'église sont donc tapissés de 2 000 plaques de marbres (ex-voto) de remerciements. La plus ancienne date de 1874 et la plus récente de 1986.
L'Eglise Saint Antoine de Padoue possède une construction relativement récente (1876). Une première chapelle a été construite au XVème siècle aux Vieux Moulins d'Hargnies. Une seconde chapelle fut construite à Hauts-buttés en 1779 (restaurée en 1822, érigée une succursale en 1858, mais devint insuffisante à cause du pèlerinage).
Une cloche de 1487, récupérée dans la chapelle des Vieux Moulins est dans l'église actuelle des Hauts-Buttés.
PÈLERINAGE SAINT ANTOINE DE PADOUE
L'origine de ce pèlerinage sur ce haut lieu ardennais remonte au pacte de Ryswick (1697). Les quelques habitants qui logeaient dans la forêt des Haies, au nord du hameau actuel des Hauts-Buttés, obtiennent, en 1706, la permission de construire une chapelle au lieu-dit "Vieux Moulins". Ce modeste oratoire est érigé en 1709 et dédié à Saint Antoine de Padoue canonisé par le pape Grégoire IX le 30 mai 1232, moins d'un an après sa mort. Le sanctuaire devient aussitôt un lieu de pélerinage spontané.
L'oratoire tombant en ruines, il est remplacé par un nouvel édifice construit en 1778 dans le hameau des Hauts-Buttés. Le jeune prêtre Wimet, nommé en 1868, trouve un bâtiment en piteux état. Une nouvelle église est alors construite en 1874 et bénie deux ans plus tard par Monseigneur Langénieux, cardinal-archevêque de Reims. A l'ombre de cet édifice, une maison de retraite est confiée aux Soeurs franciscaines de Lons.
Le rayonnement de ce pèlerinage attire chaque année près de 60.000 pèlerins qui inscrivent leurs intentions sur le livre d'or du pèlerinage et brûlent des milliers de cierges tout au long de l'année.
DÉPART : Eglise Saint Antoine de Padoue.

View more external

Commentaires

    You can or this trail