Télécharger

Distance

10,28 km

Dénivelé positif

201 m

Difficulté technique

Facile

Dénivelé négatif

201 m

Altitude maxi

316 m

Trailrank

65

Altitude mini

231 m

Type d'itinéraire

En boucle

Temps en mouvement

2 hours 12 minutes

Durée

3 hours une minute

Coordonnées

1428

Publié

21 août 2020

Recorded

août 2020
Soyez le premier à applaudir
Partager
-
-
316 m
231 m
10,28 km

Vu 186 fois, téléchargé 0 fois

près de Lac-Fortune, Québec (Canada)

C'est une marche à travers les monts les plus hauts des sentiers Opasatica (Nisowikwekon Pikwatina et Misabe-Mikan), en passant par la grotte du Mishibizhiw.

On peut parcourir les sentiers d'Opasatica avec des légendes algonquines. Je pense que raconter des histoires en y associant un lieu nous aide à comprendre qu'il existe une pluralité des mondes, des cultures d'hier et d'aujourd'hui, qui s'entrecroisent. C'est une autre forme de ballade. Vous ferez la connaissance de Mishibizhiw la pantère de nuit, du Thunderbird ou Oiseaux-tonnerre, maîtres des pouvoirs de l'air, du géant Windigo aux cornes de cerf et du diable de Kanasuta.

La boucle vers l'entrée 6 n'est pas recommandée à l'été car partiellement inondée, boueuse. Après la visite de la grotte, au kilomètre 1.4, allez à droite, directement vers la patte d'oie.
Photo

Mishibizhiw o katathong

C'est un abri sous roche appelé Mishibizhiw o Katathong qui signifie ''dans la cachette de Mishibizhiw''. Mishibizhiw peut se traduire par ''fabuleuse panthère de nuit''. Selon la légende, elle se cacherait dans ce lieu les jours de tonnerre. Dans les mythologies des peuples autochtones, les panthères sous-marines sont décrites comme des monstres aquatiques qui vivent en opposition aux Thunderbirds ou Oiseaux-tonnerre, maîtres des pouvoirs de l'air. Les Mishibizhiw sont considérées comme une force opposée mais complémentaire aux Thunderbirds, et elles sont engagées dans un conflit éternel. En été, sur la baie à Beauprès, on apperçoit l'ombre du Thunderbird cherchant la confrontation avec le Mishibizhiw (Voir El Rincón de José)
Photo

La Patte d'Oie

Lieu où se croise tous les sentiers, le rouge, le jaune et le bleu.
Photo

La roche platte

Lieu de baignade et de repos.
Photo

La Dunette

La dunette est la partie surélevée du gaillard arrière d’un vaisseau et qui s'étend sur toute sa largeur. La forme de la végétation en avant ressemble à la proue d'un tanker. Dans la marine à voile, elle sert au logement des officiers et des éventuels passagers. S’y trouve aussi la chambre de l’état-major, notamment celle du capitaine.
Photo

El Rincón de José

El Rincón de José (''le coin de José'' en espagnol) en l'honneur de José Mediavilla, espagnol d'origine, qui a créé et developpé tous les sentiers. Il en assure l'entretient depuis plus de 40 ans. On peut voir dans la baie une silhouette ou la forme d'une ancre de bateau ou d'un oiseau ayant les ailes en avant avec les algues dans la baie à Beauprès. C'est l'ombre de l'oiseau-tonnere (thunderbird) qui plane sur le lac, la tête et les ailes en avant
Photo

Nisowikwekon Pikwatina (334 m)

Second point le plus haut des sentiers d'Opasatica ''Nisowikwekon Pikwatina'' en algonquin signifie ''le mont des Trois Baies''. Le mont est situé au mileu des Baies Verte, à Beaupré et à l'Orignal. (Niso-=3 / Wikwek(on)=baie(s) / Pikwatina=montagne, mont)
Photo

Vue sur Kanasuta et le mont chaudron

Kanasuta signifie en algonquin « là où il y a trois rapides » mais selon James White Kanasuta signifie en ojibwé « endroit où les diables dansent ». Il avait d'ailleurs désigné la colline sous le nom de Swinging Hills, nom qu'elle garda jusqu'en 1971. Le diable parfois entre les deux monts se balançait sur une corde. Une autre légende algonquine est associée à la montagne. Elle aurait été le lieu d'une féroce bataille entre un bon et un mauvais manitous. Un chaos de blocs entre les deux sommets de la colline, nommé la « caillasse d'Enfer », serait un vestige de cette bataille. Au mont Chaudron, la légende veut que la montagne ait été utilisée comme endroit de sacrifice par les habitants du secteur, les ancêtres des Nishinawbes (Anishinaabes) et des Aski d'aujourd'hui, respectivement les Ojibwés et les Atikamekw. Son auparavant était ''Cheminis'', nom dérivé du mot « Chamminis », et que les anglophones ont plus probablement reconnu le mot « Shamanis » ou « le lieu de guérison ou des guérisseurs ». Le chaman est un guérisseur autochtone dans de nombreuses cultures et un mot très connu
Photo

Misabe-Mikan (347 m)

Zone rocheuse dégagée de toute végétation par le géant Windigo aux cornes de cerf, qui aurait laissé une trace de son passage, et y a posé le pied. ''Misabe-Mikan'' signifie en algonquin ''Passage du Géant'' (Misabe=homme grand et fort ou géant / Mikan=chemin, passage) Point le plus haut des sentiers d'Opasatica avec 347 m. Les Algonquins, divisaient l’année en deux cycles : l'un, froid sombre et stérile, sous la tutelle du Géant Windigo, et l'autre, chaud, clair et fertile, sous l’égide de la petite fée de l’Étoile du Matin, Winonah (Wabanana / Wapananah), reine du petit peuple des papillons, des insectes et des esprits des lieux. Pour les Amérindiens, le temps était compté en lunes. Autre détail intéressant, les medawiwin algonquiens possédaient des signes ou écritures magiques. La terminologie varie quelque peu selon les langues et les dialectes.
Photo

Vue lattérale des collines

Photo

Entrée des Sentiers d'Opasatica

Commentaires

    You can or this trail