-
-
1 273 m
718 m
0
2,9
5,8
11,53 km

Vu 1721 fois, téléchargé 24 fois

près de Bellecombe-Tarendol, Rhône-Alpes (France)

11,6 km, 710 m de dénivelée, 14 participants.

Départ : Tarendol au point 31T 0686948, 4914515. Accompagnateur : Claude RICARD.

Décidemment, les jeudis se suivent et se ressemblent ! Malheureusement !
En effet, aujourd’hui encore la météo n’est pas de la partie et un ciel gris générateur de quelques gouttes de pluie nous attend au point de ralliement à Buis.
Seuls quatorze irréductibles se présentent au départ, gonflés à bloc et décidés à combattre l’adversité et à contrer les éléments.
Nous rejoignions Tarendol sans encombre et à la sortie des voitures, un vent froid nous surprend. Les derniers préparatifs sont donc vite expédiés et c’est avec plaisir que nous attaquons la montée qui va nous conduire au col de Soubeyrand à 990 m d’altitude.
Nous contournons le Charamelet et longeons le Plan d’Aubre pour atteindre le pylône de télécommunication qui sera le point culminant de notre randonnée du jour.
Il est alors presque midi et l’horloge biologique de certains commence à manifester quelques signes d’impatience ; nous recherchons alors un coin abrité pour nous restaurer car le vent du nord à près de 1300 m d’altitude est froid et violent et ne nous incite pas à une contemplation passive et sans borne du paysage par ailleurs fort beau et ce tout au long de la balade.Le repas se déroule dans l’habituelle convivialité sous le regard d’un Ventoux enneigé par une chute de neige de la veille.Francis arrose la naissance d’une nouvelle petite fille venue au monde fin mars et les bulles nous aident à partager sa joie !
La station assise, malgré les calories absorbées au cours du repas et des libations diverses qui l’accompagnent, se traduit assez vite par une sensation de froid qui nous amène à reprendre la route sans tarder. Direction le col d’Ambonne que nous atteignons rapidement.
Une longue descente très pentue nous amène au village de Poët-Sigillat. Nous suivons la D568 pendant quelques centaines de mètres puis la quittons sur la droite pour rejoindre Tarendol et nos voitures par un sentier plus poétique que la départementale.
Au passage, nous nous attardons un instant au cimetière de Tarendol où repose l’écrivain René Barjavel décédé en 1985.
Guy Soubrier

Commentaires

    You can or this trail