• Photo de baad-fiord-nunavut→sisimiut-greenland
  • Photo de baad-fiord-nunavut→sisimiut-greenland
  • Photo de baad-fiord-nunavut→sisimiut-greenland
  • Photo de baad-fiord-nunavut→sisimiut-greenland
  • Photo de baad-fiord-nunavut→sisimiut-greenland
  • Photo de baad-fiord-nunavut→sisimiut-greenland

Difficulté technique   réservé aux experts

Durée  8 days 19 hours 7 minutes

Coordonnées 7459

Uploaded 1 novembre 2014

Recorded août 2014

-
-
137 m
-30 m
0
215
429
858,39 mn

Vu 579 fois, téléchargé 0 fois

près de somewhere (World)

A Trip exported from GARMIN Dakota 20 and SPOT
Après avoir retrouvé les quatre lieux d'hivernage d'Otto Sverdrup et du Fram, ainsi que l'endroit où il a dû bivouaquer plusieurs jours d'automne sur la côte Sud de la Terre d'Ellesmere en raison d'une tempête, nous quittons le Nunavut pour rejoindre le Sud du Groenland.

Christian
http://parcourir-le-monde.com

♦♦♦♦
Jeudi 21/08/2014
L'ancre est relevée à 3 h du matin alors qu'il neigeotte et nous quittons l'abri du Baad Fiord rejoignant l'immense Jones Sound (long de 130 milles nautiques et large de 60 milles), cap vers Nuuk à exactement 1'000 nautiques. Lors de mon quart (de 6 à 9 h), le paysage est fantasmagorique avec les icebergs qui se profilent dans le brouillard et la côte d'Ellesmere enneigée qui se laisse deviner.
Au cours de mon quart suivant (de 15 à 18 h), il neige vraiment alors que nous quittons le Jones Sound pour emprunter le Lady Anne Strait entre Devon Island et l’île Coburg où nous avions un temps envisagé de faire halte. La veille à la glace reste incontournable et de fait, nous croisons de temps à autre des blocs de glace bien plus dangereux pour un bateau que les icebergs qui s'aperçoivent de loin et facilement détectables au radar.
L'île Devon nous a offert le superbe spectacle de nombreux glaciers vêlant dans la mer alors que volent en nombre autour du bateau des goélands bourgmestres.
J'ai commencé hier soir le livre d'Arnaud Tortel « Les Amoureux du Pôle », il va m'occuper un moment.

Vendredi 22/08/2014
Lors de mon quart de nuit de minuit à 3 h, nous longeons toujours l'île Devon avec ses glaciers plongeant dans la mer de Baffin, environnés de nombreuses escadrilles de guillemots et quelques pétrels fulmar.
Nous avons perdu la côte lors de mon quart suivant (de 9 à 12 h) et d'ailleurs un vent quoi que faible nous impose un cap plus est que nous le souhaiterions, la mer est agitée avec une houle venant de l'ouest croisant des vagues soulevées par le vent du nord qui nous propulse, le bateau roule de manière éhontée. Nous sommes environnés de centaines de pétrels fulmar arctiques mais aussi de grands labbes et quelques sternes arctiques.
Quart suivant de 18 à 21 h, nous naviguons sous yankee et trinquette croisées marchant à 6 nœuds avec des pointes frisant les 7 nœuds.

Samedi 23/08/2014
Lorsque j'ai repris mon quart de 3 à 6 h, la mer était plus plate et nous glissions toujours à 5/6 nœuds, mais la première heure a été glaciale. Après le petit déjeuner nous sommes inondés de soleil et c'est superbe lorsque nous longeons - à bonne distance - des icebergs.
Lors du quart suivant (de 12 à 15 h), nous sommes entrés dans le Détroit de Davis qui sépare le Groenland de la Terre de Baffin glissant plus rapidement avec une moyenne lors de notre quart de 7,6 nœuds et des surfs jusqu'à 10,1 nœuds. Idem pour notre quart de 21 h à minuit.

Dimanche 24/08/2014
Très beau lever de soleil lorsque je suis monté sur le pont pour prendre mon quart (de 6 à 9 h). Le vent était plus faible, la mer étant plus plate, pourtant nous avons continué à glisser à 5/6 nœuds.
Au quart de 15 h, nous sommes par 70°46 de latitude nord, plus au nord que Nordkapp de l'Europe et pourtant l'atmosphère a changé, nous ne sommes plus dans les hautes latitudes, le ciel est plus clair, le soleil quoi que voilé, est bien présent, les éclairages sont moins rasants et la température est plus élevée.
Au quart de 15 à 18 h, la température agréable (10°) autorise de mettre une couche en moins ! Le dernier iceberg remonte à 10 h ce matin, la veille à la glace se relâche.
J'ai terminé le livre de Mike Horn « Conquérant de l'impossible ».

Lundi 25/08/2014
Depuis hier soir 21 h 30, le vent est tombé comme l'avaient prévu les fichiers Grib et nous avons continué notre descente vers le sud au moteur. Lors de mon quart de 9 h à midi, le ciel s'est dégagé pendant une bonne demi-heure laissant apercevoir les montagnes du Groenland à 130 milles nautiques ! En relation avec la prévision météo, Olivier envisage une courte escale dans deux jours à Sisimiut. À suivre...

Mardi 26/08/2014
De quart (de 3 à 6 h), j’étais à la barre lorsqu'à 5 h 30 nous avons assisté au plus fascinant lever de soleil qu’il m’ait jamais été donné de voir. Comment décrire un tel festival de couleurs s'étendant sur 40° d'arc au-dessus du Groenland, du mauve à l'orange saumon en passant par toute la gamme des roses. Il aurait fallu tenter des dizaines de photos en variant les réglages de l'appareil mais étant à la barre...
À 9 h 30, on est de nouveau à la voile, cette fois sous grand voile, yankee et trinquette, au près dans un vent faible, marchant quand même à 7 nœuds alors qu'on longe la côte du Groenland visible à 15 nautiques. Lors de notre second quart de la journée (midi à 16 h), sous le soleil, pour la première fois, j'ai pu ôter gants, bonnet et veste de quart, gardant quand même une grosse polaire sur un gilet en duvet et une fine polaire.
Aujourd'hui encore des pétrels fulmar arctiques ont tracé des arabesques autour du bateau. Nous avons aussi aperçu quelques escadrilles de guillemots de Brunnich et, à deux reprises, des bandes de phoques en chasse.
À 20 h 30, nous avons embouqué le Jacobs Skaer et mouillé à quelques pas de Sisimiut de l'autre côté du fjord à Manitssorqsuaq après avoir couru 856,7 milles nautiques en six jours.
J'ai repris la lecture du livre de David Lewis « Ice Bord l'Antarctique en solitaire » après avoir parcouru le beau livre de Jean-Louis Étienne « Antarctica ».

View more external

Commentaires

    You can or this trail