Durée  55 minutes

Coordonnées 287

Publié 12 septembre 2019

Recorded août 2019

-
-
650 m
528 m
0
1,0
2,1
4,13 km

Vu 4 fois, téléchargé 0 fois

près de Arcizans-Avant, Occitanie (France)

photo

Arcizans-Avant

Architecture sacrée

Chapelle de Pietat

Saint Savin, anachorète du Lavedan Savin (ou Sabinus) est né probablement en Catalogne espagnole à une date inconnue (selon les auteurs, entre le Ve siècle et le IXe siècle, ce qui montre à quel point on sait peu de choses de lui ! peut-être fils d'un comte de Barcelone et neveu du comte de Poitiers Hentilius Savin devint le précepteur de son fils, Forminius, qu'il incita à entrer en même temps que lui au monastère bénédictin de Saint-Martin de Ligugé. Après avoir passé trois ans au monastère de Ligugé, Savin serait ensuite retourné dans les Pyrénées, s'installant en Bigorre pour évangéliser le Lavedan près du monastère bénédictin de Saint-Savin (dans le département des Hautes-Pyrénées actuellement), construit en lieu et place d'un fort gallo-romain dénommé anciennement Palatium Æmilianum ("Palais Émilien"), pour s'adonner à la prière, à la contemplation et aux mortifications; Savin s'éloigne quelque peu de ce monastère pour mener une vie solitaire d'ermite, d'anachorète dans la vallée d'Argelès au lieu-dit "Pouey-Aspé" où il aurait vécu pendant treize ans. Il aurait même creusé une tombe dans laquelle il s'ensevelissait fréquemment tout vivant. Sa charité était immense et il aurait accompli plusieurs miracles de son vivant ainsi qu'après sa mort. Il serait mort à cet endroit ; l'abbatiale de Saint-Savin conserve ses reliques, descendues de son ermitage pour y être vénérées.
Carrefour

Chemin a Argelest

panoramique

claustro y mirador

Lac

Reservoir d'eau

Architecture sacrée

L'abbaye de Saint-Savin-en-Lavedan

Saint-Savin fut un des plus grands centres religieux du pays de Bigorre. Le monastère date au moins du Xe siècle et a été construit en lieu et place d'un fort gallo-romain dénommé anciennement Palatium Æmilianum (« Palais Émilien »). En 841, le monastère est pillé et brûlé par les Normands ; il l'aurait été antérieurement par les Sarrazins. En 945, le comte Raymond Ier de Bigorre la dote richement, lui attribuant un territoire dénommé le Pascal de Saint-Savin comprenant les huit villages de Saint-Savin (Sen Sabi), Castet, Lau (Laou), Balagnas, Adast (Adas), Nestalas, Soulom et Uz ; l'église Saint-Jean-de-Saint-Savin était leur église paroissiale commune

Commentaires

    You can or this trail