-
-
496 m
186 m
0
23
47
93,81 km

Vu 19 fois, téléchargé 0 fois

près de Saint-Gaudens, Occitanie (France)

Dimanche 30 juin
ETAPE 8 - St Gaudens - Auch.

AURIGNAC - BPF 31
Les fouilles archéologiques dans la grotte d'Aurignac ont conduit à la définition d'une culture
préhistorique mondialement connue, l'Aurignacien. Cette culture dure d'environ 37 000 ans à
28 000 ans et correspond aux débuts du Paléolithique supérieur en Europe, marqués par
l'arrivée d'Homo sapiens.
Des vestiges gallo-romains sont également recensés. Au Moyen Âge cohabitent un domaine
bénédictin antérieur au XIe siècle et une seigneurie, appartenant à la famille d'Aurignac. Un
château est édifié en 1240, tandis qu'un capitaine châtelain est nommé en 1243. Les comtes
assurent la prospérité du lieu et la châtellenie prend de l'importance.
En 1336, quarante- quatre communes sont sous sa juridiction. Le comté est finalement donné
au roi de France par Marguerite de Comminges, puis définitivement supprimé en 1510.
Pendant les guerres de religion, Toulouse et le Comminges restent Catholiques. Aurignac
devient alors un centre militaire majeur, doté dès 1574 du premier bureau de poste
régulièrement desservi par chevaux et voitures.
L'administration est désormais exercée par des juges royaux achetant leurs charges, tandis que
les finances réorganisées au XVIIesiècle dépendent des aides, généralités intendances.
L'activité commerciale, qui a pris de l'ampleur dès le XVe siècle, est rythmée par plusieurs
marchés hebdomadaire et des foires.
2 500 habitants sont recensés en 1699, et la construction d'une troisième enceinte s'avère
nécessaire. Industrie la plus ancienne, la tannerie continue de se développer ainsi que la
poterie, localisée dans le quartier des Oulés. Pendant la Révolution, la municipalité se montre
très modérée. Au XIXe siècle, plusieurs commerçants et artisans assurent la prospérité
économique de la commune. Arrivés pendant la Seconde Guerre mondiale, des réfugiés
belges et alsaciens choisissent de s'installer définitivement. La découverte et l'exploitation de
gaz naturel à Saint-Marcet, Boussens entraînent également un afflux de population.

L'ISLE EN DODON - BPF 31
Entre Toulouse et Pyrénées, la ville, bourg fortifié du XIe siècle, rappelle les bastides de la
région toulousaine. Les comtes du Comminges l’ont édifiée ; l’un des premiers d’entre eux,
Bernard Dodon, lui a donné son nom.
Au centre de la ville, la place est entourée de maisons typiques du pays gascon, avec leurs
auvents et leurs enduits de diverses couleurs, qui cachent les colombages et protégeaient les
murs en torchis. Les ruelles et les placettes moyenâgeuses caractérisent encore le cœur de la
ville, qui entourait autrefois le château fort. L'église est un monument classé. Son chevet
fortifié avec ses deux tourelles, vestige de l’église du château fort, bâti dans le courant du
XIIe siècle, date du début du XIVe siècle. Le clocher, tour à 4 étages de 33 mètres de haut, a
été construit un siècle après le chevet. On pénètre à l'intérieur par un portail gothique. La
sacristie romane du XIIe siècle, était l’ancienne chapelle du château. Les vitraux sont d'Arnaud
de Moles, qui a conçu ceux de la cathédrale d'Auch. Les orgues de la fin du XIXe siècle sont
protégés par les monuments historiques.
La mairie, édifiée entre 1852 et 1854, est constituée d’un bâtiment central et de 2 halles
symétriques. Son architecture abritait des marchés importants qui se tenaient aussi sur toute la
place et au-delà dans la ville. La rue Droite abrite toujours des commerces très actifs. Elle
donne sur la porte du Moulin. À son extrémité, une grande maison du XIXe siècle rappelle
l’opulence passée des familles bourgeoises. La rue du Bourguet était une rue très
commerçante. Son évolution est liée à la transformation du monde agricole au cours des 30
dernières années, aux nouvelles habitudes de société dans un canton exclusivement rural. La
rue longeait au Moyen Âge le couvent des Jacobins, qui abrita à plusieurs reprises les États
Généraux du Comminges. Boulevard des Martyrs de Meilhan : l'ancien fossé du bourg fortifié
moyenâgeux a été comblé en 1960 pour construire le boulevard. Le canal, ancien bras mineur
de la Save, alimentait les moulins, puis entre 1888 et 1946, une petite usine électrique. Depuis
1980, le bâtiment abrite une salle de réunion. La passerelle a été jetée sur la Save en 1901, à
l'emplacement de l’ancien pont à 3 arches emporté par la crue de 1897. La Save, affluent de la
rive gauche de la Garonne, prend naissance sur le plateau de Lannemezan. Son déficit d’eau
en période d'étiage est en partie comblé par le système Neste créé au milieu du XIXe
siècle. L'eau provient alors des Pyrénées.



SIMORRE - BPF 32

La tradition veut que l'abbaye bénédictine de Simorre ait été fondée par Clovis. Avec sa
voisine de Saramon, elle fait partie des établissements religieux que le synode d'Aix-la-
Chapelle exempte d'impôts en raison de leur grande pauvreté. Elle connut une prospérité
notable au cours des Xème, XI ème et XII ème siècles grâce à d'importantes donations.
A la Révolution, le cloître et les bâtiments conventuels furent vendus, puis démolis.
Seule l'église abbatiale fut épargnée car elle servait, depuis 1141 aux habitants comme aux moines.
Eglise abbatiale Notre Dame Un chef d'œuvre de la brique égaré dans l'Astarac de la
pierre. Dédiée à Notre Dame, elle fut élevée sur l'emplacement de l'église précédente. D'importants travaux de restauration furent effectués entre 1844 et 1858 sous la
direction de Viollet-le-Duc. Son aspect sévère n'est atténué que par les arcs simulés de ses murs criblés de trous de boulin et par les nombreuses baies fenêtres à lancettes tribolées et roses de grand diamètre qui l'éclairent. Le matériau utilisé est la brique. En 1442, la nef qui ne comportait que deux travées reçut une travée supplémentaire un peu plus courte pour laquelle on employa la pierre qui venait de l'abbaye « fille » de Sarrancolin, rompant ainsi assez fâcheusement l'harmonie
générale de l’édifice.




Diumenge, 30 de juny. Etapa 8 - St Gaudens - Auch.

AURIGNAC - BPF 31
Les excavacions arqueològiques a la cova d’Aurignac van portar a la definició d’una cultura
mundialment famós prehistòric aurinenc. Aquesta cultura dura uns 37.000 anys
28.000 anys i correspon als inicis del paleolític superior a Europa, marcats per
l’arribada de l’Homo sapiens.
També es registren restes galoromanes. A l’edat mitjana conviu un domini
Benedictí anterior al segle XI i un seigniori, pertanyent a la família d’Aurignac. 1
el castell es va construir el 1240, mentre que un capità escuder va ser nomenat el 1243. Els comtes
assegurar la prosperitat del lloc i la castellanie cobra importància.
El 1336, quaranta-quatre comuns estan sota la seva jurisdicció. Finalment se li dóna el comtat
al rei de França per Marguerite de Comminges, després abolida definitivament el 1510.
Durant les guerres de religió, Tolosa i els comuns van romandre catòlics. Aurignac
després es converteix en un important centre militar, dotat ja des del 1574 amb la primera oficina de correus
assistit regularment per cavalls i carros.
L'administració ara és exercida pels jutges reials que compren els seus càrrecs
les finances reorganitzades al segle XVII depenen de l’ajuda, la administració general.
L'activitat comercial, que ha anat creixent des del segle XV, és puntuada per diversos
mercats i fires setmanals.
El 1699 s’enumeren 2.500 habitants i n’evidencia la construcció d’un tercer recinte
és necessari. La indústria més antiga, la adoberia continua desenvolupant-se
terrissa, situada al districte d'Oules. Durant la Revolució, el municipi es mostra
molt moderat. Al segle XIX, molts comerciants i artesans asseguren la prosperitat
econòmica del municipi. Arribats durant la Segona Guerra Mundial, els refugiats
Els belgues i els alsacians opten per establir-se definitivament. El descobriment i explotació de
gas natural a Saint-Marcet, Boussens també aporta una afluència de població.

L'ILLA A DODON - BPF 31
Entre Tolosa i Pirineus, la ciutat, ciutat fortificada del segle XI, rememora les bastides del segle XIX
Regió de Tolosa. Els comtes de Comminges la van construir; un dels primers
Bernard Dodon, li va donar el seu nom.
Al centre de la ciutat, la plaça està envoltada de cases típiques del país gascó, amb seu
tendals i els seus revestiments de diversos colors, que amaguen les mitges fustes i protegeixen la protecció
parets de fang. Els carrerons i les places medievals encara caracteritzen el cor
ciutat, que abans envoltava el castell. L'església és un monument catalogat. La seva nit de nit
fortificada amb les seves dues torretes, vestigi de l'església del castell, construïda en el curs de la
Segle XII, data del començament del segle XIV. El campanar, una torre de quatre plantes de 33 metres d'altura,
es va construir un segle després de la nit. Entrem a l'interior per un portal gòtic. la
Sagristia romànica del segle XII, era l’antiga capella del castell. Les finestres són Arnaud
de Moles, que va dissenyar els de la catedral d'Auch. Els òrgans de finals del segle XIX ho són
protegit per monuments històrics.
L’ajuntament, construït entre 1852 i 1854, consta d’un edifici central i 2 halls
simètrica. La seva arquitectura allotjava mercats importants que també hi eren
lloc i més enllà de la ciutat. Rue Droite és encara la seu de negocis molt actius. ella
té vistes a la porta del Moulin. Al final, es recorda una gran casa del segle XIX
l’opulència passada de famílies burgeses. La rue du Bourguet era un carrer molt transitat
anar de compres. La seva evolució està lligada a la transformació del món agrícola durant els 30
últims anys, a nous hàbits socials en un cantó exclusivament rural. la
El carrer de l'edat mitjana era el convent dels jacobins, que va acollir diverses vegades els Estats
Generals de Cominges. Boulevard des Martyrs de Meilhan: l’antiga rasa del poble fortificat
medieval es va omplir el 1960 per construir el boulevard. El canal, antic braç menor
de la Save, va alimentar els molins, després entre 1888 i 1946, una petita fàbrica elèctrica. de
1980, l'edifici acull una sala de reunions. El pont es va llançar a la Sava el 1901,
el lloc de l'antic pont de tres arcs portat per la inundació de 1897. El Sava, afluent del
marge esquerre del Garona, comença a l'altiplà de Lannemezan. El seu dèficit hídric
durant un període d’aigua baixa s’omple parcialment el sistema Neste creat a mitjans del segle XIX
segle. L’aigua prové des dels Pirineus.

SIMORRE - BPF 32

Segons la tradició, l’abadia benedictina de Simorre va ser fundada per Clovis. Amb els seus
veí de Saramon, forma part dels establiments religiosos que el sínode d’Aix-la-Chapelle
Capella sense impostos per la seva gran pobresa. Ella coneixia la prosperitat
notable durant els segles X, XI i XII gràcies a importants donacions.
A la Revolució, el claustre i el

Commentaires

    You can or this trail