Durée  7 hours 32 minutes

Coordonnées 6866

Publié 25 juillet 2015

Recorded juillet 2015

-
-
67 m
18 m
0
22
43
86,81 km

Vu 1184 fois, téléchargé 11 fois

près de Saint-Jean-sur-Richelieu, Quebec (Canada)

Saint-Jean-sur-Richelieu est une ville du Québec, au Canada, située dans la MRC du Haut-Richelieu en Montérégie1.
Le décret de la population 2014 y dénombre 94 636 habitants2, ce qui en fait la seconde plus grande ville en Montérégie derrière Longueuil.

Histoire
Les débuts : une colonisation ralentie par un rôle stratégique de défense (1666-1790)

En 1666, un premier fort en bois, le fort Saint-Jean, est érigé sur la rive de la rivière Richelieu à l'initiative d'Alexandre de Prouville de Tracy3. Une première paroisse, Saint-Jean-l'Évangéliste, est fondée en 1667. Elle est nommée en l'honneur de l'évangéliste Jean de Patmos et Armand Jean du Plessis de Richelieu, cardinal français et ministre de Louis XIII3. Elle dessert le noyau urbain qui s’est constitué à l’intérieur des fortifications 4. Une première urbanisation à l’extérieur du fort se produit vers 1750 5, et le noyau villageois naissant est consolidé entre 1776 et 1786 par l’arrivée massive de Loyalistes. Un faubourg se forme le long de la route menant à Chambly (aujourd’hui la rue Richelieu), et celui-ci est nommé «The Rookery». À cette époque, déjà, nous y retrouvons tavernes, auberges, artisans et magasins 4. C’est donc un début d’activité commerciale pour la future rue Richelieu. En 1787, le commerce du bois est libéralisé et, en 1794, le commerce dans son entier. Des entrepôts sont alors construits le long de ce chemin et des quais sont jetés sur la rivière 4. L’activité portuaire était complétée, depuis 1776, par un chantier naval sur le site du fort. Plusieurs expéditions militaires contre les États-Unis partaient de ce point 6. En 1790, David Alexander Grant, Baron de Longueuil, renomme la ville Dorchester et y prévoit une première trame orthogonale de 16 îlots (quatre par quatre). Ces îlots existent toujours aujourd'hui et sont délimités de l'ouest à l'est par les rues Laurier, Longueuil, Jacques-Cartier Nord, Champlain et Richelieu et, du sud au nord, par les rues Frontenac, Saint-Georges, Saint-Jacques, Saint-Charles et Foch. Par la suite, la vocation portuaire et commerciale de la rue Richelieu est confirmée par l’établissement progressif des institutions civiques plus à l’ouest, sur la seconde terrasse, près des actuelles rues Longueuil et Jacques-Cartier.

Essor et industrialisation (1790-1876)
La ville prend pleinement son essor au dix-neuvième siècle avec le développement des transports : les diligences en provenance de Montréal s’arrêtent aux hôtels de la rue Richelieu, un chemin s’ouvre vers les Cantons-de-l’Est en 1797 et un premier pont est construit sur le Richelieu en 1827, coin Saint-Charles et du Quai, remplaçant le service de traversier établi entre Saint-Jean et Iberville par les frères Mott dès 1797. Le commerce entre le Canada et les États-Unis provoque à Saint-Jean la construction du premier chemin de fer canadien en 1836, qui relie la ville à La Prairie, près de Montréal. Rappelons que le Richelieu relie Saint-Jean et New York par le biais du lac Champlain et de la rivière Hudson. Le port de Saint-Jean se hisse même au 4e rang quant au commerce au Canada. En 1843, l’activité s’intensifie encore avec l’inauguration du canal de Chambly 7, qui rend le Richelieu navigable sur toute sa longueur 4. Montréal et Saint-Jean sont ensuite reliées aux États-Unis par voie ferroviaire dès 1853. Les activités portuaires diminuent donc à Saint-Jean au détriment de Montréal, mais plusieurs manufactures de céramique, entre autres, s’établissent le long de ces voies. Ces manufactures ont valu à Saint-Jean le surnom de capitale canadienne de la poterie et de la céramique. En juin 1860 paraît Le Canada français, un des plus vieux journaux francophones d'Amérique, qui n'a jamais cessé de publier jusqu'à ce jour. En 1876, un incendie détruit la rue Richelieu. Celle-ci est totalement reconstruite avec le visage qu’on lui connaît aujourd’hui.

Croissance et redéfinition (1876-...)
Au cours de la fin du dix-neuvième siècle et dans la première moitié du vingtième, la ville continue sa croissance, les faubourgs devenant des quartiers. L’avènement de l’usine Singer en 1906 marque le début de la véritable diversification industrielle de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui prend de plus en plus les atours d’une capitale régionale. L’ouverture du Collège Militaire Royal du Canada en 1952 et les développements de la base des forces canadiennes au cours de la Seconde guerre mondiale et en 1970 ont que confirmé la position de Saint-Jean-sur-Richelieu en tant que ville-garnison. Aujourd’hui, Saint-Jean est toujours une ville-centre, offrant emplois et services à la très grande majorité de sa population. La proximité de Montréal accroit la tendance à l’urbanisation vers le nord-ouest de la ville, et les pôles économiques suivent cette tendance, au détriment du centre-ville.
Après une légère périclitation vers le début des années 1990, Saint-Jean-sur-Richelieu semble maintenant sur une nouvelle voie de prospérité, attirant chaque année davantage de jeunes familles et d'industries. Le secteur touristique y est aussi bien développé grâce à l'International de montgolfières, le plus important événement du genre au Canada.
L'actuelle municipalité est issue de la fusion, en 2001, des villes de Saint-Jean-sur-Richelieu, d'Iberville et de Saint-Luc, de la municipalité de L’Acadie et de la paroisse de Saint-Athanase.

Chronologie johannaise
• 1609. Champlain remonte le Richelieu5.
• 1666. Le premier Fort Saint-Jean est construit par le Régiment de Carignan-Salières5.
• 1710. Les terres où se trouve aujourd'hui la ville sont concédées au Baron de Longueuil5.
• 1747. La route qui relie Saint-Jean à La Prairie est construite5.
• 1748. Le Fort Saint-Jean est reconstruit5.
• 1760. Le Fort Saint-Jean est déserté et brûlé durant la nuit du 29 au 30 août5.
• 1764. Gabriel Christie et Moses Hazen achètent la partie de la Baronnie de Longueuil adjacente à la rive ouest du Richelieu ainsi que la seigneurie de Bleury5.
• 1775. Lors d'une bataille s'étant déroulée sur le site de l'actuel club de golf de Saint-Jean, le général américain Montgomery est repoussé par le capitaine De Lorimier5.
• 1775. 3 novembre. Capitulation du Fort Saint-Jean face aux troupes américaines après 45 jours de siège5.
• 1776. Construction du blockhaus d'Iberville. Il servait à protéger le Fort Saint-Jean8.
• 1797. Un traversier relie les deux rives du Richelieu entre Saint-Jean et Iberville5.
• 1814. Construction, à Saint-Luc, des casernes de Blairfindie8.
• 1816. Construction de l'église St. James5.
• 1826. Construction du premier pont entre Saint-Jean et Iberville, le pont Jones5.
• 1832. Félix-Gabriel Marchand, premier ministre du Québec de 1897 à 1900, naît à Saint-Jean5.
• 1836. Inauguration du premier chemin de fer canadien, qui relie le Richelieu au Saint-Laurent entre Saint-Jean et La Prairie5.
• 1839. Construction des bâtiments actuels du Fort Saint-Jean, situés autour de l'ancienne place d'Armes8.
• 1843. Ouverture du Canal de Chambly, entre Saint-Jean et Chambly5.
• 1845. Création de la municipalité de paroisse de Saint-Jean-l'Évangéliste5.
• 1848. Création de la municipalité du village de Saint-Jean5.
• 1850. Fondation de l'académie de Saint-Jean, qui deviendra le Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu en 19685.
• 1856. La municipalité du village de Saint-Jean reçoit son statut de Ville5.
• 1858. Construction de l'édifice de la place du Marché5.
• 1860. Fondation du journal «Le Franco Canadien», par Charles Laberge, Félix-Gabriel Marchand et Isaac Bourguignon. Ce périodique fusionnera avec le Canada Français en 18955.
• 1868. Les Sœurs Grises fondent ce qui deviendra le premier hôpital de Saint-Jean5.
• 1872. Le premier aqueduc de la ville est construit5.
• 1873. Fondation de la banque de Saint-Jean, qui fermera en 19085.
• 1876. Un grand incendie détruit la rue Richelieu et le côté est de la rue Champlain au centre-ville5.
• 1887. La Bell Telephone Company s'établit à Saint-Jean et y instaure le premier service téléphonique5.
• 1911. Fondation du Séminaire de Saint-Jean (plus tard incorporé au Cégep).
• 1916. Inauguration du pont Gouin, en remplacement du pont Jones5.
• 1916. La Ville de Saint-Jean obtient son statut de Cité5.
• 1922. Fondation de l'école d'infirmières de Saint-Jean5.
• 1933. Érection du diocèse de Saint-Jean-de-Québec, dont Saint-Jean devient le siège5.
• 1952. Fondation du Collège militaire royal de Saint-Jean5.
• 1959. Création de la bibliothèque municipale5.
• 1966. Inauguration du pont Félix-Gabriel Marchand5.
• 1968. Création du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu5.
• 1970. La Cité de Saint-Jean et la municipalité de paroisse de Saint-Jean-l'Évangéliste fusionnent pour former la Ville de Saint-Jean, qui devient Saint-Jean-sur-Richelieu en 19785.
• 1984. Création du Festival de montgolfières du Haut-Richelieu, devenu en 2001 l'International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu. Ce festival attire pas moins de 300 000 personnes chaque année et fait rayonner la ville à travers le monde9.
• 2001. Fusion des villes de Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Luc et Iberville, de la municipalité de L'Acadie et de la paroisse de Saint-Athanase.
• Mai 2011 : La ville subit les effets des inondations du bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu10.
Octobre 2014 : Un sympathisant de l'État Islamique Martin «Ahmad» Rouleau renverse deux militaires dans un stationnement (en), en tuant un. Il est abattu quelques minutes plus tard par la police municipale11. Cet événement s'est produit deux jours avant une fusillade est provoqué au parlement d'Ottawa.

Réseau routier
La ville de Saint-Jean-sur-Richelieu est située à la confluence de nombreuses voies routières, autoroutières et ferroviaires.
L'autoroute 35 constitue la pierre angulaire de réseau routier de Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle possède 6 échangeurs menant vers la ville, soit les sorties 39 (route 104, ancienne sortie 3), 42 (route 133, ancienne sortie 6), 43 (route 223, 45 (route 219, rue Pierre-Caisse), 47 (route 104, boulevard Saint-Luc) et 50 (Chemin Saint-André). Une fois complétée en 2017, elle connectera directement Saint-jean au Vermont, aux États-Unis, et à Montréal et à l'autoroute des Cantons-de-l'est. La route 104, le boulevard Saint-Luc, est situé dans l'ancienne ville de Saint-Luc, desservant le quartier sous un boulevard urbain à 4 voies séparées excepté un petit tronçon près de l'église. Elle se poursuit vers l'ouest vers La Prairie. De plus, la 104 forme un multiplex avec la 35 entre les sorties 47 et 39, puis se continue vers l'est vers Mont-Saint-Grégoire. La route 223, le boulevard du Séminaire, est la principale artère commerciale de Saint-Jean, traversant la ville du nord au sud, suivant la rive ouest de la rivière Richelieu. La route 219, quant à elle, quitte la ville par le sud-ouest vers Napierville, alors qu'elle est la suite de la rue Pierre-Caisse, ainsi que le chemin Grand-Bernier. De plus, la route 133 est le chemin des Patriotes, étant située au nord d'Iberville, vers Chambly en suivant la rive est de la rivière Richelieu. Elle quitte la ville par le sud vers Henryville et la frontière Canado-Américaine, et est une route extrêmement empruntée, car elle est le seul lien entre Saint-Jean et les États-Unis.
(Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Jean-sur-Richelieu)


Plattsburgh
Plattsburgh est une ville des États-Unis, siège du comté de Clinton, dans la région de North Country (New York) (en), dans l'État de New York. Avec près de 20 000 habitants, il s'agit de la plus importante agglomération de cet État sur la côte Adirondack le long du lac Champlain. Avec sa banlieue, Plattsburgh (town), l'aire métropolitaine compte près de 32 000 habitants. Le village de Plattsburgh est fondé en 1785 et tient son nom de Zephaniah Platt, un des premiers propriétaires terriens de la région.

Géographie


La rivière Saranac au parc Verdantique.
Plattsburgh est sis sur la rive ouest du lac Champlain dans la partie nord-est de l'État de New York. La rivière Saranac traverse la ville pour se jeter dans le lac Champlain. Le territoire de la municipalité occupe une superficie de 17,1 km2 dont 13,1 km2 sont terrestres et 4,0 km2 sont des surfaces d'eau.

Urbanisme
Plattsburgh est desservie par l'autoroute 87 qui relie la frontière canadienne (autorooute 15 en provenance de Montréal à la capitale de l'État, Albany. La route fédérale 9 et la route d'État 22 la traverse en direction nord-sud, alors que les routes d'État 3, 190 et 374 le font en direction est-ouest.
La plus proche ville importante aux États-Unis est Burlington (Vermont) qui peut être atteinte en contournant le lac Champlain ou par traversier depuis Cumberland Head vers Grand Isle (Vermont) et par un traversier saisonnier depuis Port Kent, 16 km au sud de la ville. La métropole la plus proche est Montréal, Canada, à environ 100 km au nord.
L'aéroport international de Plattsburgh, anciennement la base aérienne de la USAF, a été terminé en février 2007. Il offre des vols vers Boston, par US Airways. Allegiant Air et Myrtle Beach Direct offre également des vols vers plusieurs destinations en Floride et à Myrtle Beach. FedEx and UPS offre un service de cargo.
Plattsburgh compte un service d'autobus régionaux par le Clinton County Public Transportation. Il est également desservi par Greyhound et Adirondack Trailways pour les connexions interurbaines mais la ville n'a pas de gare routière, l'arrêt se faisant à des points de service, comme des motels, le long des routes principales. Cependant la ville a une gare de train avec service par Amtrak entre Montréal et New York.

Histoire
Nouvelle-France
En 1609, le découvreur et premier gouverneur de la Nouvelle-France, Samuel de Champlain, se rend dans la vallée du lac Champlain. La région est occupée par les amérindiens Iroquois qui sont opposés aux tribus de la vallée du Saint-Laurent. Les Français prennent parti pour ces derniers et de nombreuses expéditions militaires sont menées pour pacifier la région. Le calme revient finalement au traité de paix Montréal de 1701. La région est surtout un réservoir de fourrures pour les marchands de Montréal et un territoire d'évangélisation pour les missionnaires. Elle devient également la région frontière entre la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre. Le puissant fort Carillon est construit plus au sud pour repousser toute invasion vers le cœur du territoire français.

Conquête anglaise et guerre d'indépendance américaine
La guerre de Sept Ans est le dernier chapitre de la lutte pour la suprématie de la Grande-Bretagne en Amérique du Nord. Le 8 juillet 1758, les troupes françaises, sous le commandement du Marquis de Montcalm défont un opposant britannique supérieur en nombre à la bataille de Fort Carillon. Le printemps suivant les Britanniques ont pris le contrôle des Grands Lacs et menacent Québec. Les Français ne peuvent défendre adéquatement la région et le fort est détruit avant le repli des troupes pour ne pas le laisser aux troupes britanniques qui devaient l'attaquer.
Avec le traité de Paris de 1763, toute la Nouvelle-France passe dans le giron britannique qui transforme tous les territoires à l'ouest de Appalaches en territoires indiens afin de limiter l'expansion des colonies américaines qui commencent déjà à s'agiter. Les Britanniques firent peu de choses dans la région car dès 1774, c'est la déclaration d'indépendance des États-Unis.
La bataille navale de l'île Valcour durant guerre d'indépendance des États-Unis se déroule au large de Plattsburgh dans le lac Champlain en 1776 et se conclut par une victoire britannique. Cependant, la guerre tourne à l'avantage des Treize colonies et se termine en 1783. La région passe donc sous contrôle de la nouvelle nation par le traité de Paris.

Fondation
Zephaniah Platt reçoit un titre de propriété de la part de George Clinton, le gouverneur britannique, dans la région après la conquête britannique. Il fonde finalement la ville en 1785, en accord avec les nouvelles autorités américaines. La plupart des habitants sont cependant d'origine française et divisent la ville selon leur traditions. Les rues reçoivent ainsi le nom des filles de commerçants et politiciens proéminents, de personnages célèbres comme Champlain et Montcalm. Ainsi, contrairement à la tradition anglaise d'appeler l'artère principale « Main Street », la rue principale de Palttsburgh est nommé « Cornélie », qui deviendra plus tard Cornelia. Le village est incorporé en 1815 et devient une ville en 1902.

xixe siècle
Au xixe siècle, Plattsburgh se développa comme port sur le lac Champlain. Lors de la guerre de 1812, la bataille navale du lac Champlain se déroula juste au large de la ville. Malgré une puissance de feu ennemie supérieure, les forces navales américaines parviennent à vaincre un escadron britannique. Cette victoire leur permet de couper les lignes de ravitaillement navales des troupes britanniques et contraint celles-ci à se replier au Canada.
La population se diversifie et en 1861, une première synagogue, Temple Beth Israel, est construite1. L'école normale de Plattsburgh est construite en 1889. Elle brûle en 1929 mais est reconstruite en 1932. Elle deviendra l'Université d'État de New York (SUNY) à Plattsburgh.

xxe siècle


Bombardier B-47 avec inscription « Pride of the Adirondacks », un des deux avions exposés au parc aéronautique Clyde A. Lewis
Dans la seconde moitié du xixe siècle, Plattsburgh obtiendra une importante base de la United States Air Force durant la Guerre froide. Sa position stratégique près des grands centres de la côte Est des États-Unis et en subsidence des montagnes Adirondacks permettait des conditions d'utilisation optimale. Elle fut le site de la première escadre de la côte Est du Strategic Air Command dont le 380e escadron de bombardement, un escadron de réapprovisionnement en vol et un escadron aérospatial. Des bombardiers B-52 Stratofortress et FB-111, ainsi que des avions ravitailleurs y furent stationnés. Ses immenses pistes furent désignées comme l'un des quatre sites d'atterrissage pour la navette spatiale américaine.
Le 1, le 556e escadron de missile stratégique y commença ses activités. Les douze missiles de type Atlas F à carburant liquide étaient cachés dans des silos autour de la base. Dix de ceux-ci étaient de l'autre côté du lac au Vermont. L'escadron fut mis en alerte durant la crise des missiles cubains en 1962 puis fut démantelé en 1965, alors que les nouveaux missiles Minuteman à carburant solide, plus faciles à entretenir, furent déployés dans d'autres bases.
La base aérienne fut fermée le 29 septembre 1995 par des coupures dans les dépenses militaires après la fin de la Guerre froide. Les terrains furent rétrocédés à la communauté et le Plattsburgh Airbase Redevelopment Corporation (PARC) y a attiré des industries et des lignes aériennes civiles. L'aéroport dessert surtout le nord de l'État de New York et tente même de concurrencer l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, à environ 100 km au nord, en offrant des vols à rabais vers différentes destinations.

xxie siècle
Durant les années 1980 et depuis la crise économique de 2008, le dollar canadien est fort par rapport au dollar américain et de nombreux Canadiens viennent faire des achats à Plattsburgh, où les taxes sont moins élevées. Comme la majorité de ceux-ci viennent du Québec, l'affichage bilingue anglais/français est assez courant. L'économie de la ville dépend surtout maintenant des industries autour de l'ancienne base aérienne, des usines de Bombardier Transport2 et Nova Bus3 qui assemblent des trains, rames de métro et autobus pour le marché des États-Unis, ainsi que de la papetière Georgia-Pacific.

Administration
Le conseil municipal se compose d'un maire élu au suffrage universel et de six conseillers élus chacun dans un district. Le républicain et conservateur Donald Kasprzak est maire depuis 2007, à la suite de sa réélection en 2010 avec 77,4 % devant Kathryn McCleery du Working Families Party.
Composition du conseil municipal
2010-2014
Maire Donald Kasprzak
District 1 Tim Carpenter
District 2 Mark Tiffer
District 3 George Rabideau
District 4 Jim Calnon
District 5 Chris Case
District 6 Chris Jackson

Démographie
Au recensement de 2010, la ville comptait 19 989 personnes, 7 600 résidences et 3 473 familles. Les habitants sont à 89,88 % caucasiens, 3,5 % africain-américains, 0,38 % amérindiens, 2,77% asiatique, 3,4 % d'origine latino-américaine et le reste est d'origine variée ou mixte. Le revenu moyen par résidence était de 28 846 $US et la médiane par famille de 46 337 $US.

Économie
Le tourisme est une activité économique importante de Plattsburgh, notamment avec le Cumberland Bay State Park et la plage municipale situés sur la baie Cumberland, au nord-est de la ville.

Culture
Plattsburgh compte plusieurs établissements culturels et lieux historiques dont la bibliothèque publique de Plattsburgh, la bibliothèque Feinberg, le Crab Island Memorial, le monument de Samuel de Champlain, le monument McDonough, la maison Kent-Delord, le centre d'histoire Samuel de Champlain, le musée historique du comté de Clinton, le musée de la Guerre de 1812, le Champlain Valley Transportation Museum, le musée d'art de l'université d'État de Plattsburgh, le Srand Arts Center et le Strandt Theatre4. Le film Frozen River, réalisé en 2007 par Courtney Hunt, est tourné à Plattsburgh.
Plattsburgh dispose de trois journaux : The Clinton County Free Trader Today d'un tirage de 15 000 exemplaires et fusionné avec le North Countryman en 20105, The Plattsburgh Press Republican à quelque 17 000 exemplaires6 et le Plattsburgh Burgh publié à environ 8 000 exemplaires7. Plattsburgh compte deux stations de télévision, WPTZ, chaîne 5, affiliée à NBC et WCFE-TV, chaîne 57, membre de PBS.
(Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Plattsburgh)
Km 0 JCT Autoroute 35 vs rue Champlain
Km 2 Écluse
Km 2.5 Pont Saint-Jean
Km 3.1 Marina Saint-Jean
Km 3.5 JCT Frontenac vs Jacques-Cartier
Km 8.1 JCT Jacques-Cartier Sud vs Route 223
Km 10.4 Jardinière Bessette
Km 16.2 Route 223 Sud
Km 22 St-Paul-de-l'Île-aux-noix
Km 24.3 Fort-Lennox
Km 29.6 Culture du soya
Km 31.6 Lacolle
Km 33.4 Culture du maïs
Km 39.1 Douanes US
Km 40.4 Rouses Point
Km 41.5 Marina Rouses Point
Km 42.8 Quai
Km 46.6 Lac Champlain
Km 51.9 JCT Route 9
Km 56.6 Chazy River
Km 57.8 Lac Champlain
Km 59.7 Rivière
Km 60.7 JCT Lake Shore vs North Farm
Km 63 Lac Champlain
Km 64.4 Lac Champlain
Km 66.3 Bombard
Km 68.3 Lac
Km 69.8 Bateaux
Km 75.4 Point Au Roche
Km 78.4 JCT Point Au Roche vs Route 9
Km 81 Chevaux
Km 81.9 Plattsburgh
Km 83.5 Théâtre Cumberland
Km 86.7 JCT Margaret vs Cumberland

Commentaires

    You can or this trail