-
-
1 263 m
276 m
0
53
106
211,4 km

Vu 113 fois, téléchargé 2 fois

près de Rodez, Occitanie (France)

|
Afficher l'original
TRANS ALP PIRENAICA
L'immense voyage
Une balade à vélo de l'Italie à l'Espagne en traversant les Alpes et le long des Pyrénées, reliant la mer Méditerranée à l'océan Atlantique, en pédalant vers les yeux.

1-trans-alp-pirenaica canon 114C'est le compte rendu d'un voyage à vélo effectué dans le court mois, du 1er août au 30 août 2015, initialement conçu par la tentative de 3 amis de combiner la période des vacances d'été pour tour à vélo



L'idée initiale impliquait le transfert à Barcelone par bateau de Gênes pour ensuite faire la traversée des Pyrénées du côté espagnol suite à la trace de la TRANS-PYRENAICA, un itinéraire très difficile qui combine les deux mers sur un parcours de 980 km dont 540 à chemins de terre avec environ 27000 mt. de différence de hauteur et qui fait partie du grand tour en vélo en Europe.
Malheureusement, le plan pour pouvoir commencer ensemble est immédiatement annulé pour les différents engagements de travail qui obligent mes compagnons à se désister.



Dans mon esprit, cependant, le voyage avait déjà commencé à prendre forme et le fait que je sois resté seul ne m'a pas empêché, dans ma tête était une idée folle, faire la TRANS-PYENAICA mais à partir de Valenza à vélo et surtout pour revenir là où je m'étais arrêté.
Une folie de près de 4000 km, temps disponible 30 jours, en plus en solitaire.



Le TRANS-ALP-PIRENAICA a commencé à prendre forme en décembre 2014 devant des cartes routières de France et d'Espagne, fantasmant sur les itinéraires et les lieux à traverser.
Au printemps je commence à mettre en place "Acquilante", le coursier (Ronzino) avec lequel je ferai le voyage, un cadre de Stumpjumper en aluminium M2 pour jantes de 26 ", robuste et fiable, monté avec le groupe Shimano SLX 2 × 10 frein XTR, fourche rigide en roues carbone Campabros de 26 de bonne facture, pneus Schwalbe HURRICANE 2.2, trio arrière de sacs du Vaude Karakorum, un sac de guidon, des porte-bagages avant et arrière (modèles très bon marché) modifiés à la main pour les renforcer et les adapter dans le long voyage.



2-routes

J'ai personnellement pris en charge l'assemblage du vélo, du groupe, de la transmission et des freins aux porte-bagages, profitant de l'expérience des années de compétitions en VTT.

La raison du choix d’un vélo aussi simple et aussi ancien réside dans sa simplicité. Sur la route, tout défaut doit être réparé rapidement et sans frais importants, et un vélo comme celui-ci me donne la garantie de trouver des pièces de rechange à peu près partout. En tant que voyage totalement autofinancé, j'ai dû optimiser les coûts.
Terminé le voyage mis en place une tente "igloo" FERRINO avec 3 sièges, empruntée à mes voyages en Europe, matelas, sac de couchage, ustensiles de cuisine et le nécessaire pour être autonome pendant un mois.



En ce qui concerne la préparation physique, je n'ai pas suivi un programme particulier, même si j'ai arrêté de participer en 2007, je continue à rouler régulièrement, j'ai seulement augmenté la distance à partir de janvier, réalisant 6/7 heures le week-end. avec le vélo de route que le vtt.



Même la planification de l'itinéraire à suivre n'était pas maniaque, je savais ce à quoi je m'attendais dans les Pyrénées mais en ce qui concerne le transfert à Cadaques et le retour de San Sebastian, j'aurais tracé le chemin jour après jour en fonction des conditions et des situations traiter.



Compter les jours d'abord et ensuite les heures arrivent enfin à la date de départ.
Le 1er août à 06h00, je pars pour la première des 29 étapes dont je vais avoir besoin pour faire mon voyage.
J'avais fixé un objectif minimum, aller à San Sebastian, mettant ainsi un terme à la traversée des Pyrénées, même si je n'avais jamais envisagé de ne pas pouvoir refaire le tour de Valence en train ou en bus.



Le voyage a été divisé en 3 phases.
Première phase: Valenza - Cadaques (1162 km)
Deuxième phase: traversée des Pyrénées du phare de Cap Creuss - Cadaques au phare de Higuer - Hondarrabie (1080 km)
Troisième phase: Hondarrabia - Valenza (1407 km)



4-1000 COLORTLa première semaine aurait été l'épreuve de 9 ans pour comprendre jusqu'où je pouvais aller et dès la première étape, j'ai commencé à m'emmener le plus loin possible.
A la fin de la première journée, j'avais parcouru 211 km avec une altitude de 2611 mètres à 11h et 12 minutes sur les pédales, parvenant à atteindre 5 km de la colline de Lumbarda dans la province de Cuneo. À la fin du premier jour, l'ambiance était à son comble, j'ai réussi à arriver là où je m'étais fixé et en excellent état.



La plus grande inconnue de ce voyage n'était pas la seule étape, mais je ne savais pas comment mon corps réagirait après la première semaine et au fil des kilomètres, une expérience entièrement nouvelle pour moi avec ces charges de travail.



Le deuxième jour, j'ai fait face à la Bonnette, la route la plus haute d'Europe (2802 mètres) où j'ai passé 5 bonnes heures pour l'ascension du village français d'Isola.
Scène difficile et à la fin de la journée, j'ai été vraiment éprouvé mais les Alpes étaient maintenant derrière.
Dans les 4 jours suivants, j'ai parcouru une moyenne journalière très élevée de 166 km, ce qui m'a permis de rejoindre le port de Selva vendredi, où j'ai passé le premier jour de repos, même si c'était très actif.



Samedi, avec le vélo "léger", j'ai atteint Cadaques et de là le Cap de Creuss, point de départ exact de la Transpirenaica et j'ai traversé les 25 premiers kilomètres de piste.
Ce jour a certainement été l'un des plus difficiles. En fait, même si je n'ai voyagé que sur 52 km, je suis très conscient de la durée du voyage.
Calculs à la main jusqu'à Cadaques J'avais parcouru 1162 km et grimpé à plus de 12 000 mètres d'altitude en 5 jours. Les jours suivants, j'ai dû parcourir la moitié des 1080 km à pied et grimper à 27 000 mètres d'altitude.

Canon 162-trans-alp-pirenaic 481

Dans mon esprit, la conviction de ne pas avoir réussi à vaincre les Pyrénées avec toute la charge dans un délai raisonnable pour me permettre de retourner à Valence d'ici la fin du mois.
En dépit de passer toute la journée samedi 8 août dans la peur et l'anxiété le dimanche je suis parti sans rien changer, ni la charge ni le chemin.
À partir de là, le voyage prend des connotations très différentes, non plus un voyage de vacances, mais une véritable entreprise physique et psychologique, et le temps disponible sera toujours mon principal antagoniste.



Le 9 août, de El Port de Selva, j'arriverai à Hondarrabia, sur l'océan Atlantique, à la frontière franco-espagnole, 11 jours intenses, d'effort, d'émotions, de paysages inoubliables, d'immenses espaces, de solitude, de villages isolés. pâturages, massifs montagneux d'une beauté déconcertante, passant du groupe de Pedraforca au canyon palpitant du Mont Perdu, jusqu'aux montagnes couvertes de fougères des terres basques.



Quand je vois une colline près d'un bunker dans les montagnes près d'Etxalar, je vois les contours bleus de l'océan fondre en larmes comme un enfant imprégné d'un mélange de satisfaction et de soulagement.
La traversée de la Transpirenaica est viable en 14-16 jours, je n’en ai employé que 11 avec mon Acquilante. Je me rends compte que j'ai fait quelque chose de grand, comme la scène 16, 141 km, 12h et 25 minutes sur les pédales et 3990 mètres d'altitude, avec une moto qui pesait jusqu'à 40 kg, bien au-delà de mes limites.



Je passe ma deuxième journée de repos entre le magnifique camping du phare d'Higuer et une visite à la belle ville de Saint-Sébastien.
Je suis calme, avec la conviction que la partie difficile est maintenant derrière et que le chemin du retour peut être plus facile, je ne vais plus avoir à gérer les routes de terre à partir de maintenant.
En fait, j'étais sur le point de faire face à la semaine la plus difficile.



6-1000 EMOTIONUnited August 22 Début du voyage retour le premier des 6 massacres qui m'amèneront à Bourg Saint Maurice à seulement 29 km de la frontière avec le Val d'Aoste d'ici jeudi 27 août, terme impératif pour pouvoir retourner à Valenza en dedans Dimanche 30 août.



En 6 jours, je couvrirai 1106 km, ce qui portera la moyenne quotidienne à plus de 186 km, soit une altitude de 11436 mètres, soit près de 2000 mètres par jour.
L'étape 27 de Vlillard de Lans à Bourg Saint Maurice, qui remonte à l'ensemble du Val d'Isère, sera une véritable épreuve, 189 km dont 140 entre larmes et malédictions suite à de fortes douleurs dans la soprasella, étape de loin la plus difficile.



Dans les jours qui ont suivi, la situation s’est considérablement améliorée grâce au fait que je me suis rendu compte que je l’avais déjà fait, j’avais achevé mon TRANS-ALP-PYRENAICA, mon immense voyage. À la fin, il y avait 3649 km, 52993 mètres d’altitude et 219 heures de selle en seulement 30 jours.

Commentaires

    You can or this trail