Durée  10 hours 48 minutes

Coordonnées 3810

Publié 3 novembre 2014

Recorded novembre 2014

  • Rating

     
  • Information

     
  • Easy to follow

     
  • Scenery

     
-
-
2 773 m
340 m
0
16
32
63,55 km

Vu 5545 fois, téléchargé 112 fois

près de Codalet, Région Languedoc-Roussillon (France)

|
Afficher l'original
Itinéraire fantastique d'une journée dans laquelle je considère "escalader une montagne" d'en bas (quelque chose de similaire à ce que j'ai fait dans le Mulhacén, mais en commençant même plus bas). La montagne de Canigó me ​​donne une météo parfaite sur un dimanche ensoleillé de novembre. Voir la vidéo à la fin de la description.

Pour réaliser le plan, je considère l'ascension en deux phases, l'une à vélo et l'autre à pied:
1a. À Prades (350 m), approchez-vous du refuge des Cortalets (2 150 m) le long de la piste forestière qui traverse Villerach. Ils sont 29,2 km sans fin avec 1,837 m de montée cumulée.
2a. Escalade à pied de Cortalets à Pic Canigó (2.786 m) à travers la célèbre cheminée. Un autre 750m d'ascension accumulée.

Pour rendre la journée plus intéressante et mieux profiter du massif du Canigou, je planifie la descente sur différents itinéraires sur lesquels j'ai grimpé, donnant lieu aux deux circulaires:
2b. Descendez le Canigó sur le versant sud-ouest, ce qui est plus facile et plus court.
1b. Descente en vélo de Cortalets à Prades en passant par Taurinyà en passant par Sant Miquel de Cuixà. Ils laissent 1,807 m de descente trépidante.

Je considère que l'itinéraire est difficile en raison des exigences physiques des deux sections de l'ascension, en raison de la logistique nécessaire pour transporter le minimum de matériel des deux disciplines (VTT et alpinisme) et aussi de la descente brutale des Cortalets à Sant Miquel de Cuixà. perdre 1 500 m de dénivelé par des pistes très cassées, pleines de cailloux et de nids de poule (je vous recommande de vérifier les freins avant de faire ce parcours, vous en aurez beaucoup besoin). Ensuite, jusqu'à ce que Prades n'ait aucune difficulté.

Description détaillée: Après avoir profité du samedi pour visiter la vallée du Conflent, je dors dans le magnifique logement de la Villa du Parc de Prades. De là, grâce à Mireike et Oliver pour leur gentillesse et leur chaleur, j'espère que nous nous reverrons. Je commence à pédaler à l'aube de l'autre côté de Prades, sous un ciel absolument couvert de gris plombé. Je sors sur la route qui mène à Villerach et je commence à laisser tomber quelques gouttes. Je décide de continuer, la météo prévoit une journée ensoleillée ...

Je suis arrivé sans problèmes à Villerach, où non seulement les amis catalans m'ont fait avancer pendant le dîner hier soir, mais l'asphalte était terminé et la piste a commencé. Ce sera 23 km qui me mèneront à la hauteur de 2 150 m du Refugio de Cortalets. Je prends les choses en main, j'ai toute la journée devant moi et je dois réserver les jambes. En outre, il semble que le ciel commence à s’ouvrir. Je pédale et pédale. Je gagne mètre par mètre, mais 1800 mètres sont nombreux ...

Heureusement, je commence à deviner de légères zones bleues dans le ciel et le soleil illumine les montagnes voisines. Ce n’est pas que le jour se dégage, mais que je traverse les nuages ​​ancrés au fond de la vallée. Enfin, sur ma tête, ciel bleu. Ciel bleu pur et automnal, le même qui m'accompagnera tout au long de la journée. Je continue à monter la pente avec des pentes constantes qui me permettent de pédaler tout en regardant les paysages impressionnants (voir photos). De temps en temps, certaines sections deviennent plus verticales, mais abordables. La difficulté est la combinaison des pierres de plus en plus fréquentes avec la hauteur croissante. Je prévois quelques pauses à 1200 et 1700 pour manger et boire. J'ai traversé différentes sources et je ne m'inquiète pas de l'eau, sachant que les Cortalets peuvent le remplacer.

Près de 1800 mètres, la route devient très pierreuse et difficile à pédaler. L'effort, la hauteur et la fatigue supplémentaires signifient qu'à 1 900 mètres, vous pouvez marcher à terre et faire les 2,5 derniers kilomètres à pied. Il faut être très fort pour faire cette dernière section sur le vélo. J'arrive à la colline des Cortalets où se trouvent les voitures et j'arrive enfin à l'abri ... qui est fermé et absolument solitaire. Problème: je n'ai pas d'eau. Je cherche une source, je cherche la partie gratuite, je cherche un alpiniste, mais rien. Dilemme, sans eau, je ne pourrai pas monter au sommet du Canigó.

Je retire mes vêtements de motards et je porte les alpinistes, je me repose et je mange. Personne ne vient. Je décide donc de commencer à croire que je trouverai une source. Je prends le chemin sur la gauche qui mène à la Cresta del Barbet, il est bien indiqué et donne un peu de recul qui nous permettra de profiter d'une vue imprenable sur la face nord de Canigó. Je n'ai pas marché pendant 5 minutes et je rencontre Jon et Jana, deux alpinistes qui me donnent toute l'eau qu'ils ont et qui me permettent vraiment d'atteindre le sommet. Merci! Mille merci!

Comme si je revenais à la vie, je montais pas à pas, reposant les muscles fatigués du vélo et appréciant les chaussures rembourrées qui se trouvaient dans le sac à dos. Je quitte la forêt et fais face à la montée de la crête douce du Barbet tandis que la face nord de ma cible devient plus grise, raide et verticale.

Je vois des gens au sommet de Canigó, ce qui me réconforte. Enfin, j'atteins la colline où commence la dorsale Gasamir Ridge, accessible uniquement aux grimpeurs bien équipés. Maintenant, il est temps de flanquer sur le versant sud en perdant pas mal et en suivant le chemin dégagé. Un peu plus loin, l’avancée est compliquée par la quantité de pierres, et sert d’échauffement pour la célèbre cheminée Durier déjà visible à droite du haut. Je prends de la hauteur rapidement jusqu'à l'entrée de la cheminée à la recherche des roches fixes et évite le chemin de terre qui glisse beaucoup.

La cheminée est bien balisée par des lignes jaunes: horizontale signifie "ne monte pas ici et oui cherche le bon chemin à droite ou à gauche"; vertical "par ici, en haut" (et même si vous descendez, bien sûr). Je l’ai imaginé plus facilement: il est assez aérien mais il a des atterrissages généreux au repos. Il monte sur du solide mais peut être une mauvaise transe pour les personnes peu habituées à ces situations, en particulier en descente. J'insiste sur ce point car étant la montagne emblématique du Canigó, elle attire généralement de nombreuses personnes qui ne sont pas toujours familiarisées avec les étapes techniques et aériennes modérées. En cas de doute, montez et descendez normalement des Cortalets, ce qui n’a pas d’étapes compliquées.

La fin de la cheminée vous laisse au même sommet du Canigó, avec sa croix et son grand indicateur. C'est un joli petit sommet cassé et une petite antenne. Rien à envier à de nombreux autres sommets supérieurs des Pyrénées centrales, ou à des sommets plus inaccessibles de montagnes plus techniques. Comme un peu et je commence à suivre la route normale très bien balisée que dans moins d'une heure me mènera aux Cortalets. La route et les vues sont très belles, j'aurais aimé en profiter davantage, mais le soleil commence à tomber et je dois descendre plus de 2 400 m.

J'arrive à Cortalets, le vélo continue là où je l'ai laissé. J'ai rencontré des amis hier soir et nous avons discuté un peu de la journée fantastique que nous avons eue. Je m'habille en motard en portant tous les vêtements chauds que j'ai, tandis que les ombres envahissent la vallée et que la température baisse. Et pour les descentes, celle que je dois commencer sur la piste qui mène à Taurinyà. La piste est très cassée, pleine de pierres, de zones avec des plaques de béton et il faut faire très attention car le vélo a tendance à prendre beaucoup de vitesse. Je peux voir peu de paysage, mais je sens les forêts et les murs de pierre fantastiques. Les derniers rayons du soleil illuminent les zones hautes et mes yeux commencent à s’habituer à la faible lumière. Les freins se sont constamment resserrés à différentes intensités et les bras très tendus.

Je traverse une zone où la piste se rétrécit et est protégée par des murs bas au bord du précipice. Je m'arrête une ou deux fois pour prendre une photo, mais je vais à contre-courant. Ou contre la tombée de la nuit. J'espère revenir à une autre occasion pour mieux connaître cette vallée, même si oui, ce n'est pas praticable pour les véhicules qui ne sont pas des 4x4 et je pense que cela aurait coûté beaucoup plus cher de monter ici.

C'est presque la nuit, et quand je commence à douter que je voie le prochain rocher ou le nid de poule ... Je frappe l'asphalte! Je mets le devant et me laisse aller, plongé dans l'obscurité, à Sant Miquel de Cuixà. J'arrive peu de temps à Prades et à Villa du Parc où j'ai la voiture.

Pic del Canigó de Prades en VTT et à pied (2 600 m de montée cumulée) d' Ignacio Sánchez Zárate sur Vimeo .

6 commentaires

  • Photo de Iszart

    Iszart 5 nov. 2014

    Datos técnicos.

    Subida Prades-Villerach-Cortalets:
    Distancia: 29,28km
    Ascenso acumulado: 1.839m
    Pendiente media: 7,11%
    Tiempo total: 4:44h
    Tiempo en movimiento: 4:00h

    Circular Cortalets-Canigó-Cortalets
    Distancia: 8,05km
    Ascenso acumulado: 750m
    Tiempo total: 3:54h
    Tiempo en movimiento: 2:54h

    Bajada Cortalets-Taurinyà-Prades:
    Distancia: 26,22km
    Descenso acumulado: 1.807m
    Pendiente media: 7,58%
    Tiempo total: 1:26h
    Tiempo en movimiento: 1:22h

  • Daniruiz8384 11 avr. 2015

    Felicidades por esa excursión, muy buena idea combinar la bici y el ir a pie aunque ha de ser muy dura.

  • Daniruiz8384 11 avr. 2015

    Ah y el video superchulo

  • Photo de Iszart

    Iszart 14 avr. 2015

    Muchas gracias por valorarla.
    Realmente es una ascensión fantástica aunque requiere no solo piernas, sino también cierta logística para llevar el mínimo equipo necesario para cada disciplina (bicicleta y montañismo). Yo la recomendaría a todo el que se sienta capaz de hacerla, para mi es de las ascensiones que guardo mejor recuerdo.
    Un saludo!!

  • Photo de SitoPero

    SitoPero 17 mai 2016

    gran ruta, la voy a hacer . y muy bien explicada, Felicidades y gracias por compartir esta experiencia, Bravo!!!

  • Photo de Gratacamins

    Gratacamins 5 sept. 2018

    Fantástica crónica y gran reportaje!!
    Gracias por compartir.
    Joan

You can or this trail