Nico6692
55 6 11

Temps de déplacement  une heure 21 minutes

Durée  une heure 33 minutes

Coordonnées 3380

Uploaded 21 juillet 2018

Recorded juillet 2018

-
-
606 m
411 m
0
6,4
13
25,67 km

Vu 57 fois, téléchargé 7 fois

près de Petit-Thier, Wallonia (Belgique)

Petite balade entre autour de l'ancienne frontière belgo-prusienne.
Départ du parking de l'Eglise de Petit-Thier. Départ vers le fond du village et montée progressive vers la ferme des mauvaises pierre via le Grand Bois. Descente et transition vers Recht et grosse montée du Hinderberg. Au sommet suivre les singles tracks en direction de Mont Le Gros, retour sur Petit-Thier via la croix du Français.
Petit-Thier (en wallon Pitit-Tier) est une section de la commune belge de Vielsalm située en Région wallonne dans la province de Luxembourg. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Avec environ 400 habitants, Petit-Thier peut compter sur deux écoles, un club des jeunes et un comité des fêtes. Un club de foot et un club de tennis de table sont également actifs à Petit-Thier.
La frontière entre la Belgique et la Prusse était une frontière existante avant 1919, créée par le « Traité des limites» signé le 26 mai 1816 à Aix-la-Chapelle entre le royaume des Pays-Bas et le royaume de Prusse. Originellement frontière entre ces deux États, la partie occidentale accéda à l'indépendance en tant que Belgique à partir de 1830, indépendance formalisée par le Traité des XXIV articles signé en 1839, avec des frontières précisées par le Traité de Maastricht en 1843. Cette frontière fut abolie par le Traité de Versailles à la suite de la Première Guerre mondiale. Elle précède la frontière entre l'Allemagne et la Belgique. La frontière était constituée de deux parties, du tripoint avec le Luxembourg jusqu'à celui avec Moresnet neutre, également créé en 1816 par le traité des Limites. Au nord de Moresnet neutre, la frontière était constituée au sommet du Vaalserberg du seul quadripoint Prusse - Pays-Bas - Belgique - Moresnet neutre.
Un petit banc situé quelques mètres plus loin, permettra une petite pause bien agréable...
Ici, à 595 m au dessus du niveau de la mer, repose une ancienne meule de moulin, à environ un mètre de la borne belgo-prussienne...
Cet endroit fut habité par la famille Legros jusqu'en 1833, date à laquelle la maison tomba en ruine. Actuellement les prairies et pâtures s'étendant dans cette clairière appartiennent à une famille de Petit-Thier. À cet endroit (mont Legros), le visiteur a un merveilleux coup d'œil sur le hameau de Kaiserbaracke, faisant partie du village de Recht.
A une distance de 150 mètres de la borne numéro 100, à gauche du chemin forestier se trouve la Croix du Français portant le millésime 1812. Cette Croix en bois, peinte en couleur jaune, rappelle la mort d'un soldat français en 1812. Ce fut au temps de la guerre des Paysans, lors des grandes guerres napoléoniennes en Russie. Nos provinces étant annexées à la France, les jeunes gens furent enrôlés de force à l'armée française et envoyés au front en Russie. La plupart de ces soldats ne rentrèrent plus au pays et laissèrent leur jeune vie au champ de bataille. Exaspérés par les réquisitions, les contributions de guerre et l'enrôlement de force, les paysans du Limbourg et du Luxembourg se révoltèrent contre l'occupant français oppresseur. C'est ainsi que les jeunes gens de nos villages se soustrayaient au service militaire. En hiver, ils se cachèrent dans les maisons éloignées du village et en été, ils se réfugièrent dans les bois environnants. Le village de Petit -Thier connut beaucoup de réfractaires à l'armée française. C'est ainsi qu'en 1812 un escadron français, cantonné au hameau de Logbiermé (commune de Wanne) envoya deux cavaliers en mission à Poteaux. Arrivé non loin de l'endroit où se situe la croix actuellement, ils tombèrent dans une embuscade des réfractaires. Un soldat français fut tué, l'autre soldat fit demi-tour et retourna à Logbiermé pour chercher du renfort. Quand l'escadron français revint à l'endroit prénommé, les soldats français constatèrent que le cheval du cavalier tué avait disparu. Les Français entrèrent dans le village de Petit-Thier et obligèrent la population à enterrer le soldat français. On ne sait cependant pas, si le soldat a été enterré à l'endroit où il a été tué ou s'il a trouvé sa dernière demeure au cimetière de Petit-Thier. Cette croix est située sur une parcelle boisée appartenant au garde - forestier Gérardy, résidant au domaine de Tinseu Bois (Commune de Petit-Thier). Cette croix en bois est régulièrement entretenue et renouvelée par la propriétaire de la parcelle boisée de sapins. A droite du chemin, quelques mètres de là, on a érigé l'ancienne croix du Français', qui était précédemment érigée à l'endroit, où se trouve la croix actuelle.

Commentaires

    You can or this trail