-
-
2 274 m
1 071 m
0
19
37
74,36 km

Vu 1247 fois, téléchargé 24 fois

près de Gèdre, Région Midi-Pyrénées (France)

C'est un peu "la balade des 3 cirques", puisqu'on va s'approcher successivement (plus ou moins près) des cirques de Troumouse, d'Estaubé et de Gavarnie (glaciaires, à la différence de celui du Litor, visité deux jours plus tôt).



Départ depuis la bifurcation entre la D921 (vers Gavarnie) et la D922 (vers Troumouse), à Gèdre (où se rejoignent les gaves de Gavarnie et de Héas).



On commence par le cirque de Troumouse. Une très jolie route de montagne (un peu ambiance Queyras !) avec peu de circulation. Quelques pêcheurs trempaient leurs bottes dans le gave de Héas.


A partir du péage (gratuit pour les vélos et les monocycles) au bout du hameau de Héas, les amateurs de lacets seront comblés ! Beaucoup de vaches et de moutons profitent également du paysage. Une petite descente permet de souffler au niveau de l'auberge du Maillet, avant la montée finale, assez raide (la route finit à 2103 m). Mais quel spectacle à l'arrivée ! Vue panoramique sur le plus vaste des 3 cirques avec ses 11 km de circonférence, que je n'avais vu qu'une fois auparavant, au cours d'un stage de géologie...



Après une pause bien méritée, redescente... mais pas jusqu'en bas : j'emprunte en effet la petite route (pentue) qui mène au lac des Gloriettes, alimenté par le gave d'Estaubé (qui se jette ensuite dans le gave de Héas). Effort récompensé : quelle couleur ! Le cirque d'Estaubé se cache au fond... mais il faudrait faire une randonnée pour le (re)voir de plus près. Depuis le barrage, la cime du Mont Perdu (3355 m), souvenir d'une superbe randonnée en Espagne (balcon de Pinède, lac glacé du Marboré et brèche de Tuquerouye), dépasse timidement de la ligne de crête. C'est le 3ème plus haut sommet des Pyrénées après l'Aneto (3404 m) et le pico de Posets (3375 m).



Redescente, cette fois-ci jusqu'à la voiture où j'en profite pour recharger un peu l'estomac, la gourde, le camel bag et la batterie du téléphone !



Et c'est reparti, direction Gavarnie. C'est après le village (où on distingue furtivement le haut du cirque de Gavarnie, au fond de la vallée) que l'ascension commence vraiment. Il faut tout d'abord atteindre le col de(s?) Tentes (2208 m)... et ça m'a paru interminable ! La combinaison de la pente, du cagnard de l'après-midi, de la fatigue, du paysage (joli mais quelque peu austère) et du relief qui "écrase" un peu n'ont pas contribué à me faire avancer plus vite. Et il ne se laisse apercevoir qu'à la fin, ce satané col ! En plus, chaque rare coin d'ombre était squatté par les moutons (et les insectes les accompagnant). J'ai quand même fini par y arriver, sans doute grâce aux encouragements de quelques marmottes qui se sont arrêtées au bord de la route, à quelques mètres devant moi. Braves petites bêtes velues !



Une fois au col de Tentes (où se situe le parking pour les randonneurs), le Port de Boucharo ou de Gavarnie (2273 m) nous tend les mains, à environ 1.5 km. Une route y menait auparavant, mais elle a été volontairement "désasphaltée" pour être rendue à la nature. Si la première moitié reste praticable, ce sont ensuite les éboulements qui se sont chargés de finir le travail ! Des blocs, parfois énormes, obstruent le chemin. J'ai essayé de continuer un peu en VTT, mais j'ai finalement décidé de terminer à pied, plutôt que de me vautrer lamentablement si près du but. Et j'ai mis enfin mon pied en Espagne, en profitant de la vue sur la vallée aragonaise de Bujaruelo et son paysage sauvage.

Il y a eu un projet de route pour relier cette vallée à celle de Gavarnie, mais les espagnols n'ont jamais construit leur partie et des parcs naturels ont été créés de chaque côté de la frontière (Parc National des Pyrénées en France et Parque Nacional de Ordesa y Monte Perdido en Espagne) pour le plus grand bonheur de la nature !



Avant de redescendre (et de faire chauffer les freins dans les virages), petit coup d'œil à la pancarte indiquant le sentier vers la fameuse brèche de Roland, souvenir d'une autre randonnée, cette fois-ci au pic du Taillon (3144 m), dont la silhouette nous surplombe "juste" au-dessus, quelques centaines de mètres plus haut...



Hautes-Pyrénées (65), avec un pied en Espagne (Aragon)
(fait en VTT avec cadre suspendu, mais tout est asphalté... sauf la piste du Port de Boucharo, dont la fin est si mauvaise qu'elle est même impraticable en VTT)



Commentaires

    You can or this trail