Difficulté technique   Modéré

Durée  6 hours 58 minutes

Coordonnées 2212

Uploaded 29 mars 2015

Recorded mars 2015

-
-
202 m
14 m
0
21
41
82,83 km

Vu 875 fois, téléchargé 7 fois

près de Conqueyrac, Région Languedoc-Roussillon (France)

Dimanche 22, le ciel est bien gris quand nous nous mettons en selle à 9h00, mais il ne pleut pas...
L’un des participants diabétique a oublié son traitement, et notre première halte sera pour la pharmacie de Sauve, justement de permanence aujourd’hui. Ça nous évite de traverser une ville en travaux, aux rues défoncées, mais c’est reculer pour mieux sauter : mon parcours oriente le peloton sur les rives du Vidourle, sur un étroit chemin alternativement goudronné, cimenté et gravillonné qui fait râler quelques participants pas habitués à fréquenter ce type de chaussée avec leurs fringants vélos légers tout carbone.
Deux km de parcours du combattant, dans ce cadre pourtant bucolique où nous ne risquons pas de croiser une voiture, et nous voici débouchant sur la D999 direction Quissac ; petit détour par les
rues pavées du quartier de Vièle, le porche, le grand temple et le Pont Vieux, puis la route de Sommières nous accueille jusqu’au premier col du programme, la Croix de Gailhan (112m !).
Revoilà la berge du Vidourle aux abords de Salinelles, puis à l’entrée de Sommières, où la culture de la gestion des crues du Vidourle est largement commentée: le curieux peigne à embâcles en amont du nouveau pont, la caserne de pompiers en zone inondable (!), les impressionnants repères de crues dans l’étroite rue Antonin Paris, les arches du pont Tibère recouvertes de constructions dans l’ancien lit du fleuve, autour des places voûtées.
Incontournable photo du pont romain, et nous nous hissons sur la voie verte qui par une grande boucle nous amène directement à Calvisson, au pied des Trois Moulins, à 12 heures pétantes.
Nos amis calvissonnais nous attendent comme chaque année dans cette pinède plantée au sommet d’un long chemin caillouteux pour partager saucisse, vin et gâteau dans une généreuse ambiance
de retrouvailles cyclotouristes ; échaudés par le temps incertain, seuls une quarantaine d’autres cyclotouristes ont cette année osé
l’aventure ; tant pis : les parts seront plus généreuses, et nous ferons honneur pendant une longue heure aux nouveaux aménagements qui rendent le site encore plus confortable. Si du perron des moulins la vue ne porte aujourd’hui pas plus loin que jusqu’à la plaine de la Vaunage, c’est déjà merveilleux pour tous ceux qui découvrent cet endroit.
Beaucoup vont faire prudemment la descente à pied, puis notre chenille s’ébranle en direction de
Saint-Etienne d’Escattes.
Pour rejoindre Combas, j’ai dessiné l’itinéraire le plus court, par les chemins agricoles vallonnés à
souhait mais très dégradés où mes vaillants touristes découvrent que l’olivier se taille...
La suite du parcours est plus raisonnable... et roulante : le rond point des Quatre Chemins, Crespian,
Cannes, Sérignac où Yves fourvoie son groupe sur une fausse piste, Orthoux et la D999 jusqu’à Quissac.
La voie verte nous ramène dans un fauteuil jusqu’à l’ancienne gare de Sauve, d’où 4 petits km seulement nous séparent du pied de la dernière bosse du chemin de la Gardiolle.
Nous y sommes de retour à 16h00, à l’issue de 85 km ayant totalisé plus de 700 mètres de bosses, sans avoir essuyé la moindre goutte de pluie ni réparé la moindre crevaison. Mais les silex sont sournois ; nous l’apprendrons à nos dépens dans les prochains jours...

Commentaires

    You can or this trail